Aller au contenu principal

Isère : un intérêt limité des sondes pour piloter l'irrigation des noyers

La Senura vient de clôturer ses travaux sur l’irrigation dans les vergers de noyers. L’utilisation d’outils d’aide à la décision ne révèle pas de grandes possibilités d’amélioration de la gestion de l’eau.

Selon Delphine Sneedse, chargée d’expérimentation à la Senura, les sondes ne permettent pas de s'affranchir des contraintes pratiques, telles que les tours d'eau ou les restrictions d'usage de l'eau.
Selon Delphine Sneedse, chargée d’expérimentation à la Senura, les sondes ne permettent pas de s'affranchir des contraintes pratiques, telles que les tours d'eau ou les restrictions d'usage de l'eau.
© I. Brenguier

Est-il nécessaire de s’équiper en sondes pour arroser son verger de noyers ? Sans doute pas. C’est ce que révèlent les travaux menés par Delphine Sneedse, chargée d’expérimentation à la Senura, Station d’expérimentation nucicole Rhône-Alpes, basée à Chatte en Isère. « Réalisés dans l’objectif de voir si une gestion plus fine de l’irrigation permettait de diminuer les apports d’eau sans pénaliser les rendements et les calibres, ils ont mis en avant que la marge de manœuvre pour réduire les consommations d’eau est faible car les pratiques des nuciculteurs impliqués dans ces essais répondent aux besoins des noyers sans excès ou surconsommation d’eau », indique la chargée d’expérimentation.

Pour elle, « le bilan des essais est plutôt mitigé. Nous remarquons peu de différences significatives entre la modalité « Senura » gérée avec des sondes et la modalité « producteur », gérée sans. En outre, par rapport à la baisse moyenne des quantités d’eau apportées par parcelle, sur la durée de l’essai, elle ne dépasse pas 20 % par rapport aux pratiques des producteurs ». Selon Delphine Sneedse, dans certaines situations, les sondes peuvent être un outil d’aide à la décision utile pour ajuster le déclenchement des irrigations, adapter les quantités d’eau aux besoins des sols, anticiper et éviter les périodes de stress hydrique qui fragilisent les arbres et mettent en péril leurs productions.

Suivi, coût et maintenance supplémentaires

Mais la technicienne le rappelle : « Elles ne permettent pas de s’affranchir des contraintes pratiques, telles que les tours d’eau ou les restrictions d’usage de l’eau en période de sécheresse ». Ainsi, s’il est important que les producteurs mettent tout en œuvre pour réduire les apports d’eau sans mettre en difficulté les arbres, la chargée d’expérimentation n’est pas certaine de l’intérêt qu’ils peuvent avoir à s’équiper en sondes. Car cet équipement représente un suivi, un coût et une maintenance supplémentaires pour eux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

La France perd sa seule usine de transformation des artichauts
La seule usine française (installée en Bretagne) assurant la transformation des artichauts a fermé ses portes. Un manque à gagner…
Entre Le Marché de Léopold et les Comptoirs de la Bio, c’est fini !
Le Marché de Léopold table désormais sur son modèle actionnarial et opérationnel pour assurer son développement.
bananes équitables en rayon
100 % certifiées et projets pilote en production : comment Lidl s’engage pleinement pour la banane ?
Biodiversité, rémunération, environnement, pesticides… Lidl France s’est engagé dans la responsabilisation de ses filières de…
Pommes de terre bio : « Il est urgent de relancer la consommation !»
La baisse de consommation et les incertitudes sur les rendements amènent certains opérateurs à se désintéresser de la pomme de…
Légumes de France appelle son réseau à effectuer des relevés de prix et d'origine en magasins
Le syndicat Légumes de France veut vérifier les prix pratiqués en magasin, ainsi que la place des productions françaises vis-à-…
« On observe moins de pucerons sur pommier en présence de romarin »
Sylvaine Simon, ingénieure de recherche INRAE, expose les résultats d'un essai mené dans un verger de pommiers bio, visant à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes