Aller au contenu principal

Asperges alsaciennes : comment rester à un prix attractif ?

Inflation, volumes inférieurs... les producteurs d'asperges alsaciennes ont commencé la saison en se positionnant sur le prix.

Botte d'asperges blanches alsaciennes.
Cette année, les volumes d'asperges alsaciennes ont été moins élevés pour leur grand rendez-vous annuel de Pâques.
© Noah Primeurs

Avec la météo un peu fraîche, la campagne asperges en Alsace a commencé timidement début avril. Cette année la production totale est estimée autour de 1 500 tonnes, en ligne avec les années précédentes. Ce volume est essentiellement commercialisé en local, auprès de clients fidèles à ce produit saisonnier.

En Alsace, la consommation d’asperges est parmi la plus élevée en France, avec une moyenne d’une fois par semaine pour les nombreux aficionados, et deux à trois fois par saison en moyenne pour les autres.

Selon l’association des producteurs d’asperges d’Alsace, avec les températures négatives annoncées jusqu’à -2 °C, la production a été ralentie et pour le week-end de Pâques, pic habituel de consommation de la saison, les asperges alsaciennes ont été au rendez-vous mais en quantité moindre. Les producteurs tablaient sur une arrivée des volumes pour la mi-avril, pas avant.

L’inflation constitue également une bonne raison de s’inquiéter pour des rotations satisfaisantes tout au long de la campagne, laquelle devrait s’achever aux alentours du 15 juin. Alors afin d’essayer de rester attractifs, les producteurs ont décidé de commencer à vendre leur produit au même prix que l’année dernière, c’est-à-dire 15 euros le kilo, quitte à diminuer leur marge, malgré la hausse des coûts : énergie, main-d’œuvre et emballage. La traditionnelle fête de l’asperge, prévue à Hoerdt, devrait faire office de relance de la consommation le 14 mai.

Lire aussi : Asperges françaises : à quelle campagne s'attendre cette année ?

Les plus lus

Grégory Spinelli, champignonnière du Clos du Roi
Grégory Spinelli, producteur de champignons dans le Val d'Oise : « Nous ne sommes plus que quatre producteurs franciliens »
Grégory Spinelli est à la tête de la champignonnière souterraine du Clos du Roi, en plein cœur d’une zone résidentielle de Saint-…
L’intelligence artificielle peut-elle révolutionner la filière fruits et légumes ?

Medfel 2024 a mis en débat cette question brûlante : à quoi donc pourrait servir l’IA dans les entreprises de fruits et…

Rémy Frissant, cofondateur d’Amandera, à Medfel 2024
La bio doit-elle se réinventer ?

La bio doit revenir à ses fondamentaux et mieux communiquer envers le consommateur. C’est ce qui ressort de la conférence…

Les tomates cerise marocaines à des prix défiant toute concurrence, côtoie l’offre française en saison.
Tomates marocaines : pourquoi les producteurs français ont mené une opération de sensibilisation

Des producteurs de tomates ont envahi vendredi 26 avril les rayons fruits et légumes de plusieurs supermarchés dans quatre…

Fraises françaises : quel bilan à mi-saison ?

Après un début de campagne tardif dans plusieurs régions de production et des conditions climatiques fluctuantes, l’AOPn…

En 2024, Savéol prévoit une hausse de ses volumes en tomates et en fraises

Après une année 2023 marquée la baisse des volumes, mais une légère progression de son chiffre d’affaires, la coopérative…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes