Aller au contenu principal

Le projet AlterCarot co-construit des systèmes légumiers agroécologiques

Le projet AlterCarot a pour objectif de réduire les IFT de 60 %, notamment ceux du désherbage.  © RFL
Le projet AlterCarot a pour objectif de réduire les IFT de 60 %, notamment ceux du désherbage.
© RFL

« Le projet AlterCarot consiste à co-construire, évaluer et diffuser des systèmes légumiers agroécologiques, incluant la carotte, et n’utilisant des pesticides qu’en ultime recours », explique Emilie Casteil, Association Carottes de France. « Les objectifs du projet sont de réduire les IFT de 60 % sur l’ensemble de la rotation et sur la culture de carotte en particulier, tout en maintenant des systèmes économiquement viables ; mais également de s’interdire l’utilisation des matières actives susceptibles d’être retirées du marché ou pouvant faire l’objet de fortes restrictions dans les prochaines années », précise la lettre d’information du GIS PIClég. Ainsi, des leviers agronomiques et environnementaux seront combinés au sein d’un dispositif en « observatoires pilotés » comprenant cinq Systèmes de Culture (SdC) menés en réseau au sein des deux principales régions productrices de carotte pour le marché du frais : la Nouvelle-Aquitaine et la Normandie. AlterCarot cible les trois grands types de bioagresseurs telluriques : adventices, champignons pathogènes et nématodes. Les bioagresseurs aériens sont travaillés en parallèle. Le projet, qui court de 2019 à 2024, est financé dans le cadre du plan Ecophyto piloté par les ministères en charge de l’Agriculture, de l’Ecologie, de la Santé et de la Recherche, avec l’appui technique et financier de l’Office français de la biodiversité. AlterCarot rassemble cinq partenaires : Carottes de France, l'Inrae de Rennes, Invenio, le Sileban et l’Unilet. Il est labellisé par le GIS PIClég.

Les plus lus

Pomme de terre : Douar Den se donne les moyens pour se développer
La société coopérative bretonne vient d’augmenter son capital social afin de pérenniser son activité dans un période troublée…
Pommes : pour Daniel Sauvaitre (ANPP), revaloriser de 0,20 € le kilo n'est pas inaccessible vu les prix depuis trois ans
Le geste des producteurs de pommes le 14 janvier pourrait préfigurer d’autres actions, possiblement plus « musclées », si leur…
Distribution : quel approvisionnement fruits et légumes pour la nouvelle enseigne Toujust ?
 FLD s’est entretenu avec Fabrice Gerber, fondateur de la nouvelle enseigne Toujust, à l’occasion du salon Sirha de Lyon. Il…
Des vergers de pommiers arrachés pour dénoncer les prix d'achat producteur
Des opérations d'arrachage de vergers de pommiers ont eu lieu dans toute la France le 14 janvier. La filière pomme réclame une…
Pourquoi la filière framboise intègre l’AOPn Fraises de France
L’Association de valorisation de la filière framboise (AVFF) fait désormais partie de l’AOPn Fraises de France. Les raisons de…
Pourquoi Pomanjou va investir 29 millions d’euros dans une station fruitière ?
Pomanjou, filiale du groupe Innatis, va regrouper ses activités de stockage-calibrage et conditionnement-expédition, aujourd’hui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes