Aller au contenu principal

Maraîchage : comment maintenir Macrolophus dans les abris pendant l’hiver

Malgré certaines contraintes, la punaise auxiliaire Macrolophus peut être maintenue dans les abris en hiver afin de faciliter et de limiter son coût de réinstallation dans la culture d’été.

Les punaises mirides prédatrices, comme Macrolophus pygmaeus, sont indigènes en France et sont très intéressantes dans la régulation naturelle des ravageurs. Ce sont des insectes prédateurs à tous les stades, capables de s’attaquer à une large gamme de ravageurs : aleurodes, acariens, thrips, œufs de papillon et jeunes chenilles (Tuta), pucerons. Cet auxiliaire incontournable est cependant coûteux (environ 0,14 euro HT/individu) et son installation est lente et parfois difficile.

Couper puis disperser les soucis

Des travaux d’expérimentation ont montré que le souci (Calendula officinalis), utilisé comme plante-hôte, est très favorable à Macrolophus. Cette plante rustique permet à Macrolophus de s’alimenter, car celui-ci peut prélever de la sève en piquant les tiges de soucis et se nourrir du pollen des fleurs. Macrolophus peut aussi y trouver des proies, principalement des collemboles, mais aussi des aleurodes, des cicadelles. « Des observations en plein hiver ont montré qu’à l’extérieur et à l’intérieur des abris, Macrolophus était présent et actif sur le souci, et qu’il pouvait s’y reproduire pendant cette période pourtant défavorable », précise une fiche technique éditée par l’Acpel et le Grab.

Ainsi, le souci assure une présence durable de l’auxiliaire au sein de bandes fleuries, dans les abris et peut aussi être utilisé sous forme de plantes-relais pendant l’hiver. C’est ce qu’a testé Bastien Bono, producteur d’aubergine et de tomate ancienne l’été, et de la salade l’hiver à Saint-Martin de Crau. « Avec l’appui du conseiller de la Chambre d’agriculture et l’expérimentateur de l’Aprel, nous avons mis en place un essai de 2015 à 2017 pour conserver sur l’exploitation les Macrolophus pendant l’hiver. A l’automne, nous avons semé du souci en ligne à l’intérieur des tunnels contre les bâches. L’objectif est de faire basculer les Macrolophus en fin de culture de tomate vers le souci semé. Ensuite, dans les tunnels, nous avons cultivé des salades. Et au printemps, l’objectif est de faire basculer les Macrolophus depuis le souci vers la culture de tomate », témoigne le producteur.

Les soucis ainsi semés pourront se maintenir plusieurs années, avec cependant des pertes de densité à cause de la sécheresse ou du froid. Au printemps, le transfert des Macrolophus vers la culture s’effectue au plus tôt dès le premier palissage des tomates. « La première fois, nous avons laissé sécher les soucis en coupant l’irrigation. Le transfert s’est fait, mais la population de Macrolophus sur la culture était peu nombreuse. En revanche, l’année suivante, nous avons coupé puis dispersé les soucis au pied des tomates. Et nous avons eu beaucoup plus de Macrolophus sur la culture. Nous avons eu très peu de Tuta, ni d’aleurodes », explique Bastien Bono.

Adapter la technique aux productions hors-sol

« L’expérimentation à l’aide du souci demande des adaptations mais elle a surtout montré de nombreux intérêts pour la profession. Les résultats montrent qu’en coupant et déplaçant les soucis aux pieds des tomates, quinze jours après, nous obtenons cinq Macrolophus par bras de tomate. A la même date, la stratégie classique de lâcher présente un Macrolophus par bras de tomate », explique Laurent Camoin, ingénieur-conseil maraîchage à la Chambre d’agriculture des Bouches-du-Rhône. Ainsi, sur cette exploitation, la mise en place de la protection intégrée à l’aide de Macrolophus notamment permet de baisser l’IFT de synthèse de 70 % en moyenne. De plus, en comptabilisant toutes les interventions nécessaires, la stratégie avec le souci coûte 0,11 euro/m² alors que la stratégie classique de lâcher coûte 0,42 euro/m² (données 2017). Toutefois la stratégie a des contraintes.

Des soucis installés sur une parcelle ne rendront pas un service immédiat. Ils permettront d’héberger les Macrolophus à l’automne, pour l’année suivante. « Si les soucis sont implantés après le 15 octobre, il est peu probable qu’ils soient colonisés spontanément par les Macrolophus indigènes dès leur premier automne », mentionne la fiche. Ils ne joueront donc leur rôle de refuge hivernal qu’au deuxième automne. « Nous avons communiqué les résultats de ces essais auprès des maraîchers lors de la Conférence maraîchage de la Chambre d’agriculture en novembre 2017. Suite à cela, des producteurs nous ont demandé d’adapter la technique au mode de production hors-sol. Nous avons sollicité le CTIFL qui porte actuellement un projet à ce sujet. Il devrait débuter », précise le spécialiste.

Sources
Le Treiz’Maraîchage n°41 – juin 2019
Fiche : Le souci, plante hôte de Macrolophus. Grab-Aprel (rédacteur Jérôme Lambion-Grab)

Trois conseils à respecter

 

1- Il faut anticiper la mise en place des soucis pour qu’ils soient suffisamment développés à la fin de la culture d’été, pour accueillir les populations de Macrolophus avant l’hiver. L’idéal est d’installer les soucis au moins un mois avant la fin de la culture d’été.

2- 5 à 10 soucis/100 m2permettent d’héberger suffisamment de Macrolophus pour protéger les cultures.

3- L’objectif est d’obtenir 2 Macrolophus par m2 de culture à protéger.

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Emballages plastique : vers l’annulation de l’interdiction pour les fruits et légumes ?
Le Conseil d’Etat a recommandé l’annulation du décret instituant l’interdiction de ventes des fruits et légumes dans un emballage…
La Cité maraîchère est implantée dans le quartier Marcel Cachin, composé de grands ensembles HLM des années 1960, rénové récemment.
Seine-Saint-Denis : la Cité maraîchère de Romainville au cœur de la ville
En Seine-Saint-Denis, la Cité maraîchère de Romainville est une expérimentation agricole urbaine unique. Propriété de la…
Le prix des palettes et des emballages bois n’est pas près de baisser
Si le prix de matière première est en baisse, celui de l’énergie et d’autres intrants, comme la main d’œuvre, va toujours…
70% des surfaces de serres de tomate chauffées au gaz sont équipées de cogénération.
Tomate sous serre : y aura-t-il assez de gaz cet hiver ?
Les serristes utilisant la cogénération sont très inquiets concernant les prix mais aussi la disponibilité en gaz cet hiver, même…
Pour Interfel, le fonds d’aide alimentaire durable rate sa cible
Enveloppe trop faible, fléchage déficient : pour l’interprofession fruits et légumes Interfel, le fonds d’aide alimentaire…
Biomonde : « Les fruits et légumes bio sont un des moteurs de la distribution bio », selon Sönam Walterspiler
Dans une période troublée pour la filière bio, Biomonde se veut au plus près de ses adhérents et soutient les magasins qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes