Aller au contenu principal

Communication
A l’heure du digital, la caution des médias traditionnels est indispensable aux marques

Le Cluster Bio Auvergne-Rhône-Alpes a organisé une formation digitale pour apprendre à ses adhérents à communiquer via les médias traditionnels et surtout les influenceurs.

Des influenceuses lors d'un atelier découverte organisée par Pomme Tentation.
© Tentation

Comment les relations médias et influenceurs apportent une valeur ajoutée au bio ? Attentes des journalistes et des influenceurs, ton à employer par les marques, contrepartie financière… Tous ces points ont été abordés lors de une formation digitale, contexte sanitaire oblige, tenue par Isabelle Barèges et Ludivine Di Méglio, cofondatrices et attachées de presse chez l'agence ComRP et organisée par le Cluster Bio Auvergne-Rhône-Alpes le 3 novembre dans le cadre du report des B.I.O.N’Days.

La visibilité gratuite acquise, en hausse dans les budgets

Une marque utilise trois types d’expositions pour communiquer auprès de ses consommateurs : les POEM, soit Paid, Owned and Earned Media, c’est-à-dire la visibilité achetée (publicités, sponsoring, etc.), la visibilité détenue (site Internet, réseaux sociaux de la marque, newsletter…) et la visibilité gratuite acquise. « C’est cette dernière qui va nous intéresser aujourd’hui : relations presse, influenceurs, mentions sur les réseaux sociaux, avis consommateurs… , souligne Isabelle Barèges. Basé sur une stratégie de contenu, elle a pour objectif de gagner la confiance des consommateurs, de développer une bonne image de marque et d’augmenter sa notoriété. »

Selon un sondage de 2019, les marques utilisaient 35 % de leur budget de communication dans la visibilité achetée, 31 % dans la visibilité détenue, et 34 % dans la visibilité acquise, cette dernière étant en hausse, avec un effort d’engagement vers les médias (61% vers les journalistes contre 39 % vers les influenceurs).

Médias traditionnels et influenceurs : deux stratégies à associer

A l’heure du digital, la caution des médias traditionnels est indispensable aux marques. Pour autant, la prédominance des médias digitaux – les Français y passent en moyenne 4 heures par jour – a rendu les relations médias protéiformes. « Médias traditionnels et influenceurs sont deux stratégies complémentaires qu’il faut associer, estiment Isabelle Barèges et Ludivine Di Méglio. Ce n’est pas une question de rentabilité de l’un des deux types par rapport à l’autre. Les journalistes apportent de la crédibilité là où les influenceurs apportent de l’expérience, par les tests produits par exemple. »

Côté médias traditionnels, le format éditorial de la recette est en belle croissance et est particulièrement adapté pour le secteur. La communication corporate (RSE, approvisionnement, valeurs…) est également à utiliser avec les médias traditionnels, selon les deux communicantes.

Envois de produits aux influenceurs ou de codes promotionnels (qui génèrent ainsi du trafic sur le propre site de la marque), organisation de concours ou de challenges par l’influenceur, l’événementiel (ateliers ou visites d’entreprise), co-création de produits ou partenariat type “ambassadeur” de la marque sont autant de possibilités de travailler avec les influenceurs. Quand on voit l’évolution des hashtags dédiés au bio (de cet été à novembre, le #organic est passé de 41 millions d’utilisation à 44, et le #bio de 7,7 millions à 9 millions), cela peut être un bon complément de communication pour le secteur du bio.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Le marketing alimentaire peut-il être "responsable" ?
Comment impulser une démarche responsable dans le secteur agroalimentaire ? Le marketing alimentaire peut-il être responsable ?…
« L’intérêt pour nous de la serre est de protéger les cultures du Mistral », témoignait Julien Bernard aux invités de Légumes de France. © RFL
Des légumes sous serre photovoltaïque pour la vente directe
Légumes de France a organisé mi-octobre une visite de la serre photovoltaïque d’un de ses adhérents.
Comment valoriser l’agroécologie, attendue par un consommateur qui n'est pas prêt à payer plus ?
Sans pesticide de synthèse, HVE, Global Gap… Comment valoriser ces produits agroécologiques, plus chers à produire, auprès des…
Mathieu Lancry
Mathieu Lancry (coopérative Norabio) : « La contractualisation avec Biocoop permet d’éviter toute spéculation »
Marché du bio, impact de la Covid-19, et produits équitables : Mathieu Lancry, président de Norabio et administrateur de Biocoop…
Alain Alarcon Banagrumes
Banagrumes lance Orlana, une marque pour les fruits et légumes conventionnels « avec un plus »

Le grossiste rungissois Banagrumes vient de lancer une nouvelle marque Orlana. Celle-ci s’adresse aux fruits et légumes…

Les carottes de Noriap sont mises en marché par Kultive sous la marque "Carottes Ch'tis".  © Noriap
Noriap se lance dans la carotte pour le marché du frais
Après un test considéré comme concluant par la coopérative picarde, les surfaces sont appelées à doubler pour la prochaine…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes