Aller au contenu principal

« 18 microfermes maraîchères ont été suivies pendant trois ans »

Le projet Mimabio avait pour objectif d’acquérir des références en maraîchage biologique sur petites surfaces pour la région Paca. Un séminaire de restitution des résultats a été organisé le 24 mars 2022. Oriane Mertz, conseillère maraîchage biologique à Agribio 84 et Agribio 13, témoigne des principaux enseignements de ce projet.

Oriane Mertz, conseillère maraîchage biologique à Agribio84 et Agribio13
© Agribio84

Quels ont été les axes de recherche de ce projet ?

Le premier axe de recherche a été l’analyse des trajectoires technico-socio-économiques de 18 microfermes situées dans le Vaucluse, les Bouches-du-Rhône, le Var et les Alpes-Maritimes, entre la deuxième et la cinquième année d’activité. Les fermes ont été sélectionnées sur sept critères : le maraîchage devait être l’activité principale avec une diversité de plus de 20 légumes, elles devaient faire maximum 1,3 ha, la commercialisation se fait en circuit court, elles étaient installées depuis trois ans, elles avaient une comptabilité et une faible mécanisation. Cette enquête a aussi été menée auprès de six agriculteurs ayant arrêté leur activité et auprès de techniciens, formateurs. Le second axe a été la co-construction de 21 essais en expérimentation paysanne dans 20 fermes pendant trois ans. Ils se regroupent sous quatre thématiques : matériel et technique, soins des plantes, association de cultures et fertilité des sols.

Quels sont les principaux résultats de l’analyse des trajectoires ?

Sur le plan économique, toutes les exploitations ont augmenté le chiffre d’affaires entre l’année 2 et l’année 5 après installation. Le revenu a aussi augmenté de moins de 500 €/mois en année 2 à 1 250 €/mois en année 5. Sur le plan technique, tous les maraîchers, faiblement équipés au moment de l’installation (moins de 20 000 €) ont tous investi de façon progressive au cours des cinq premières années d’activité pour 40 000 € à 100 000 €. Ils se sont équipés de tracteurs et d’outils, de serres, de matériel d’irrigation ou de motoculteurs ou d’outils non motorisés. La moitié des fermes ont évolué soit en augmentant leurs surfaces et en embauchant des salariés saisonniers, soit en se diversifiant vers des ateliers de poules pondeuses qui sont parfois devenus l’activité principale. L’autre moitié n’a changé ni d’activité principale, ni de surface.

Comment sera partagé ce travail ?

L’ensemble des résultats de cette étude seront disponibles sur le site internet bio-provence.org. Des fiches ont été rédigées sur chacune des 18 fermes ainsi qu’une fiche « Réussir son installation ». Sur la partie expérimentation, deux guides seront disponibles : « Mener une expérimentation sur ma ferme » et « Co-construire des expérimentations en milieu paysan » ainsi qu’un livret des résultats d’essais.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Quelles sont les clés de réussite du rayon fruits et légumes, selon Olivier Dauvers ?
Lors de Medfel 2022, l’expert en grande consommation Olivier Dauvers a présenté les clés de la réussite du rayon fruits et…
Camille Poulet a choisi une multichapelle double paroi Richel pour la qualité de l’outil et le suivi assuré par le fabricant.
« La serre multichapelle permet une meilleure maîtrise du climat, plus de sérénité et plus de précocité »
Productrice à Saint-Rémy de Provence, Camille Poulet a construit 1 ha de serre multichapelle double paroi gonflable pour produire…
Inflation : 38 % des Français ont diminué leurs achats de fruits et légumes frais
Dans sa dernière enquête, l’Observatoire E.Leclerc des Nouvelles Consommations révèle l’impact de l’inflation et de la flambée…
« Avec peu de surfaces de framboisiers, on peut obtenir une bonne rémunération rapide », témoigne David Gery, enchanté par sa nouvelle activité.
En Corrèze, un éleveur bovin se diversifie avec la culture de framboises
En Corrèze, David Gery a réussi la diversification de son exploitation en devenant avec succès éleveur et producteur de…
Un nouveau président à AOPn Tomates et Concombres de France
L’AOPn Tomates et Concombres de France a été hier un nouveau président : Jean-Pierre La Noë.
[Medfel 2022] Comment Arnaud Montebourg compte révolutionner et restructurer une filière d’amandes françaises
La Compagnie des Amandes a expliqué comment elle compte rémunérer ab initio les producteurs partenaires et a fait le point de ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes