Aller au contenu principal

Pesticide
Faut-il autoriser le glyphosate au-delà du 15 décembre 2022 ?

Afin de décider si elles renouvellent ou non l’autorisation d’utiliser du glyphosate dans l’Union européenne après fin 2022, les agences de sécurité des aliments et des produits chimiques lancent une consultation publique ouverte durant 60 jours.

Pesticide
Pour l'heure la classification pour la mutagénicité sur les cellules germinales, la cancérogénicité ou la toxicité pour la reproduction n’a pas été considérée comme justifiée pour le glyphosate.
© S. Leintenberger Archives Réussir

[Mis à jour le 27 septembre]

L’Agence européenne de sécurité des aliments (Efsa) et l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) ont lancé ce jeudi 23 septembre un processus de consultation publique en parallèle des évaluations scientifiques pour déterminer si le glyphosate doit être autorisé au-delà du 15 décembre 2022.

Au cours de cette consultation ouverte durant 60 jours, l’Efsa recueillera des commentaires sur le rapport d’évaluation relatif au renouvellement de l’approbation du glyphosate. L’ECHA recueillera pour sa part les commentaires sur le rapport concernant la classification harmonisée et l’étiquetage du glyphosate. Ces deux rapports ont été préparés par le groupe d’évaluation sur le glyphosate (GEG), composé des autorités nationales compétentes en la matière de la France, la Hongrie, les Pays-Bas et la Suède.

Lire aussi : Glyphosate : « aucune classification supplémentaire en tant que cancérogène n’est justifiée » selon une évaluation européenne

Pour rappel, le glyphosate, largement utilisé dans les produits phytopharmaceutiques, est actuellement classé comme substance causant des lésions oculaires graves et comme substance toxique pour la vie aquatique avec des effets à long terme. « La classification pour la mutagénicité sur les cellules germinales, la cancérogénicité ou la toxicité pour la reproduction n’a pas été considéré comme justifiée », soulignent l’Efsa et l’ECHA. L’évaluation scientifique initiale menée par le GEG ne recommande pas de modifier cette classification.

Lire aussi : Glyphosate : l’Anses entérine l'interdiction en labour et des réductions de doses en non-labour

L’association Générations Futures, qui s’inquiète du processus de réévaluation du glyphosate, et invite d’ores et déjà « les citoyens, les chercheurs, les institutions à faire part de leur avis critique sur le dossier de réhomologation du glyphosate dans le but d’aboutir à l’interdiction de l’utilisation de cette substance dangereuse ». Selon elle, le dossier proposé par les industriels « a exclu près de 60% des études de toxicité/écotoxicicté du glyphosate publiées ces 10 dernières années ». Des propos contestés par la plateforme Glyphosate France.

Lire aussi : Glyphosate : les industriels contestent les propos de Générations Futures

Alors que selon un sondage Ifop commandé par Générations Futures (1), 74% des Français se disent opposés au renouvellement de l’autorisation du glyphosate par l’Union européenne, l’association affirme que ses équipes travaillent activement à des argumentaires qu’elle mettra prochainement à disposition du public sur la plateforme Shake ton politique.

Lire aussi Se passer du glyphosate en interculture, des-solutions et des questions

« Quand allez-vous vous mettre réellement à combattre le glyphosate ? » Répondant à cette question d’un auditeur le 22 septembre sur France inter, Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, a indiqué pour sa part qu’ « elle ferait confiance aux scientifiques », se félicitant qu’Emmanuel Macron ait annoncé que les décisions d’autorisation des pesticides se feraient bien désormais au niveau européen. « Le président de la République avait fait une déclaration vive, en disant « on va supprimer sous trois ans le glyphosate » et il est revenu en arrière car il s’est rendu compte lui-même qu’il avait parlé trop vite. Depuis il est allé voir un agriculteur dans l’Eure qui fait de l’agriculture de conservation mais qui dit avoir besoin de glyphosate, les viticulteurs et arboriculteurs qui versent dans leurs terrains en pente le disent aussi », a-t-elle également commenté.

Réalisé en ligne du 21 au 22 septembre 2021 auprès d’un échantillon de 1009 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Lire aussi : Usage du glyphosate en viticulture : ce qui va changer

Lire aussi : Le crédit d’impôt glyphosate de 2 500 € est opérationnel

 

 

 

Les plus lus

Une pétition lancée pour demander la dissolution de l’association L214
Agacés par les actions menées par l'ONG animaliste, des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour demander…
Plein de gazole non routier
Flambée du GNR : les entreprises de travaux agricoles demandent le remboursement anticipé de la TICPE
La fédération nationale des entrepreneurs des territoires demande le remboursement partiel anticipé de la TICPE sur le gazole non…
Et si une agriculture intensive préservait mieux l’environnement ?
Une étude que vient de publier l’université de Cambridge arrive à une conclusion à laquelle on ne s’attendait pas vraiment : une…
vaches limousines avec colliers Nofence sous les pommiers.
« Nous testons les clôtures virtuelles pour faire du pâturage tournant »
Soutenus par le conseil régional et la chambre régionale d’agriculture d’Ile-de-France, Florentin Genty et son frère Germain du…
Pacifica et Groupama annoncent une augmentation de l’assurance récolte de 10 à 25 % en 2022
Chez Pacifica et Groupama, une hausse des primes de l’assurance multirisque climatiques est prévue en 2022. Pour ces Pacifica,…
Le PDG d’Ecomiam ne veut pas céder aux attaques de l’association L214
Le 8 novembre, l’entreprise Ecomiam a été « attaquée » par l’association L214. Coups de téléphone, mails, messages publiés sur…
Publicité