Aller au contenu principal

En octobre, cueille des champignons... en faisant très attention

L’automne, la saison des champignons ! Remplir un petit panier peut être tentant, mais attention, tous les ans les centres antipoison enregistrent des cas d’intoxication. Pour éviter que la cueillette ne vire au cauchemar, petit rappel des recommandations de l’Anses.

Coulemelle.
© Amanda Hinault / flickr

Chaque année, les cueilleurs de champignons se réjouissent de l’arrivée de l’automne. Mais chaque année aussi, surviennent de nombreuses intoxications. « Les conséquences sur la santé peuvent être graves et conduire à une hospitalisation voire le décès : troubles digestifs sévères, complications rénales, atteintes du foie pouvant nécessiter une greffe », rappelle l’Anses. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail renouvelle donc une fois encore ses recommandations aux fins connaisseurs ou cueilleurs occasionnels : « Restez vigilants ».

Entre le 1 juillet et le 31 décembre 2019, plus de 2000 cas d’intoxication ont été rapportés aux Centres antipoison. Le pic se produit généralement en octobre, un mois où les conditions météo sont généralement favorables à la pousse des champignons. En 2019, 57 % des cas d’intoxication ont eu lieu sur cette période.

Même si elles restent minoritaires, certaines intoxications peuvent survenir à la suite d’un achat sur un marché ou dans un commerce, ou d’un repas dans un restaurant (4 % des cas). Dans 3 % des cas, il peut s’agir aussi de l’ingestion d’un morceau de champignon non comestible par un enfant en bas âge ou par un adulte présentant des troubles cognitifs (maladie d’Alzheimer, déficience intellectuelle, …), précise encore l’Anses.

L’agence signale aussi quelques cas de confusion entre espèces de champignons favorisée par l’utilisation d’applications de reconnaissance sur smartphone.

Une liste de recommandations

« Mieux vaut prévenir que guérir », dit le proverbe. A la veille du 1er octobre, l’Anses renouvelle donc une liste de recommandations.

  • Ramasser uniquement les champignons que vous connaissez parfaitement : certains champignons hautement toxiques ressemblent beaucoup aux espèces comestibles. Attention ! Des champignons vénéneux peuvent pousser à l’endroit où vous avez cueilli des champignons comestibles une autre année. 
  • Au moindre doute sur l’état ou l’identification d’un des champignons récoltés, ne pas consommer la récolte avant de l’avoir faite contrôler par un spécialiste en la matière. Les pharmaciens ou les associations et sociétés de mycologie de votre région peuvent être consultés. 
  • Cueillir uniquement les spécimens en bon état et prélever la totalité du champignon : pied et chapeau, afin d’en permettre l’identification. 
  • Ne pas cueillir les champignons près de sites potentiellement pollués : bords de routes, aires industrielles, décharges.
  • Bien séparer par espèce les champignons récoltés pour éviter le mélange de morceaux de champignons vénéneux avec des champignons comestibles. 
  • Déposer les champignons en séparant les espèces, dans une caisse, un carton ou un panier, mais jamais dans un sac plastique qui accélère le pourrissement. 
  • Conserver les champignons en évitant tout contact avec d’autres aliments au réfrigérateur (maxi 4°C) et les consommer dans les deux jours après la cueillette. 
  • Consommer les champignons en quantité raisonnable après une cuisson suffisante et ne jamais consommer des champignons sauvages crus. 
  • Ne jamais donner à manger les champignons que vous avez cueillis à de jeunes enfants.
  • Ne pas consommer de champignon identifié au moyen d’une application de reconnaissance de champignons sur smartphone, en raison du risque élevé d’erreur.
  • Ne pas consommer de champignons commercialisés par des non professionnels, « à la sauvette ». 

Photos utiles pour les centres antipoison

Précaution supplémentaire : l’Anses encourage à photographier les cueillettes de champignons avant cuisson, en séparant les espèces. En cas d’intoxication, les photos peuvent être utiles au toxicologue pour le choix du traitement.

Si des symptômes (diarrhées, vomissements, nausées, tremblements, vertiges, troubles de la vue, …) apparaissent suite à une consommation de champignons, il faut immédiatement appeler un des 8 centres antipoison :

Angers :  02 41 48 21 21   

Bordeaux :  05 56 96 40 80

Lille :  08 00 59 59 59   

Lyon : 04 72 11 69 11

Marseille : 04 91 75 25 25

Nancy : 03 83 22 50 50

Paris :   01 40 05 48 48

Toulouse : 05 61 77 74 47

Conserver les restes de la cueillette

Le délai d’apparition des symptômes est variable, le plus souvent de quelques heures après la consommation, mais il peut être plus long et dépasser 12 heures. L’état de la personne intoxiquée peut s’aggraver rapidement.

En cas de symptômes, il est utile de noter les heures du ou des derniers repas, l’heure de survenue des premiers signes et de conserver les restes de la cueillette pour identification.

Bien sûr, en cas de détresse vitale (perte de connaissance, détresse respiratoire etc.), appelez le 15 ou le 112.

Question-réponse

Et pour finir, une petite question digne du Jeu des mille euros :  pourquoi certains champignons sont-ils toxiques quand ils sont consommés avec de l'alcool ?

Réponse : à cause de la coprine contenue dans ces champignons, qui empêche l'élimination de l'acétaldéhyde issu de la transformation de l'alcool au niveau du foie. Ce composé qui est un poison, en s'accumulant dans le sang, provoque une intoxication.

Pour en savoir plus : voir le site de la « Société mycologique de France ».

Lire aussi dans Terres et Territoires : « Champignons : une liste rouge voit le jour dans le Nord et le Pas-de-Calais ».

                       

Les plus lus

Julien Denormandie masque gouvernement agriculture
[INTERVIEW] RIP, viande végétale, PAC, retenues d'eau : le ministre de l'Agriculture prend position
Pour le ministre de l'Agriculture, les zones intermédiaires sont « un sujet de préoccupation majeur ». Recevant Agra Presse et la…
gendarmerie
Un éleveur verbalisé 135 € par la gendarmerie pour le transport de cinq veaux dans un utilitaire
Le fait-divers remonte au vendredi 9 octobre. Un éleveur rentre d’une foire aux bestiaux en Meurthe-et-Moselle. A bord de son…
Un blé à plus de 200 €/t : des signaux positifs sur le marché des céréales
Le blé a franchi le cap des 200 €t rendue Rouen. Autre signal positif : le blé français gagne en compétitivité face à l’origine…
Le salon de l'agriculture 2021 est annulé
La décision était attendue avec la crise du coronavirus. L’édition 2021 du Salon international de l’agriculture de Paris est…
En Ile-de-France, une ferme bio trouble la tranquillité des néo-ruraux
Nouvel épisode de tension entre professionnels agricoles et riverains dont la vision de la ruralité rime surtout avec…
La « plus grande ferme d’insectes au monde » va s'installer près d'Amiens
Après Dole dans le Jura, la start-up française Ÿnsect devrait mettre en production un deuxième site au nord d’Amiens, dans la…
Publicité