Aller au contenu principal

En déplacement en Normandie, le ministre de l’Agriculture met l’accent sur les produits locaux

Julien Denormandie était en visite en Seine-Maritime le 1er mars. Le ministre de l’Agriculture a visité le MIN de Rouen et deux fermes d’élevage du Pays de Caux. Au menu des discussions : l’approvisionnement local et les circuits courts, la loi Egalim, la rémunération des éleveurs, l’agroécologie, la gestion de l’eau en agriculture…

Le ministre de l'agriculture a visité une ferme du Pays de Caux en Seine-Maritime le 1er mars.
© agriculture.gouv.fr

Sans crise sanitaire, début mars est la traditionnelle période du Salon de l’agriculture. Cette année, la grande ferme ne s’est pas installée Porte de Versailles à Paris mais le ministre de l’Agriculture a voulu « saluer la force du monde agricole et sa capacité à se réinventer » en se rendant le 1er mars en Seine-Maritime. Julien Denormandie était accompagné de Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, et de Sébastien Windsor, président des chambres d’agriculture (APCA) et agriculteur en Seine-Maritime.

Visite au MIN de Rouen et chez des éleveurs

La journée a débuté au Marché d’intérêt national (MIN) de Rouen, engagé dans une démarche d’approvisionnement local et de circuits courts. La visite s’est poursuivie dans le Pays de Caux, chez un éleveur de vaches laitières de race Normande, puis à la ferme du Tors. Les sujets de la rémunération des éleveurs, de l’agroécologie et de la gestion de l’eau en agriculture ont été évoqués.

Lors de cette journée, Julien Denormandie a mis en avant l'approvisionnement local en restauration collective, s'appuyant sur un « bel exemple de valorisation » en race normande, rapporte Sébastien Windsor. Cette filière longue est basée sur la contractualisation et sur un cahier des charges pour l'engraissement, qui permet de « valoriser jusqu'à 50 à 60 centimes de plus au kilo », précise l’agriculteur.

Vers un élargissement de la liste des produits concernés par la loi Egalim ?

Ce déplacement a été l'occasion pour les professionnels de regretter la définition trop restrictive des produits concernés par la disposition de la loi Egalim qui prévoit, d'ici début 2022, 50 % de produits locaux, bio, sous Siqo (signes officiels de qualité et de l'origine) ou durables en restauration collective. « Actuellement, des labels comme Bleu-Blanc-Coeur ou Saveurs de Normandie ne rentrent pas dans ce cadre », déplore Sébastien Windsor dans un entretien à Agra Presse. Selon le président de l’APCA, le ministre de l'Agriculture s'est montré « ouvert » à ce que ce type de produits soient favorisés dans le cadre des PAT (projets alimentaires territoriaux). Cette voie permettrait de « sécuriser l'approvisionnement en produits locaux », espère la présidente de la FNSEA Christiane Lambert.

Les plus lus

[Covid-19] Agriculteurs : téléchargez l'attestation obligatoire au-delà de 10 km et pendant les horaires du couvre-feu
Pendant le confinement, les agriculteurs continuent à travailler. Pour les déplacements au-delà de 10 km ou pendant les horaires…
Emilie Faucheron
Vignes, fruits, betteraves anéantis par le gel : des agriculteurs témoignent
La gorge nouée, émus, des vignerons, arboriculteurs et betteraviers témoignent sur les réseaux sociaux des dégâts considérables…
Antoine Carré, président des Jeunes agriculteurs de Côte d'Or
[Pac - Manifestation à Dijon] Antoine Carré, président des Jeunes agriculteurs de Côte d’Or : « On m’a mis les menottes dans le dos, comme un délinquant »
Antoine Carré, président des Jeunes agriculteurs de Côte d’Or, en Gaec sur une exploitations polyculture élevage (limousines…
Gel
Une deuxième vague de froid, plus humide, attendue après le pire gel qu’ait connu l’agriculture française depuis 1950
Les agriculteurs français viennent de vivre un épisode de gel catastrophique et doivent se préparer au retour d'un froid, moins…
Religieuses et agricultrices : elles recherchent 700 000 € !
Dans le Gers, une communauté de moniales cisterciennes est installée depuis 1949 à l’abbaye de Boulaur. Le site abrite une…
Serge Zaka (ITK)
[Météo] Les records de la vague de chaleur plus graves que l'épisode de gel pour l'agriculture
Sur son temps personnel, le passionné Serge Zaka, docteur en agroclimatologie chez ITK et administrateur de l’association…
Publicité