Aller au contenu principal

Emmanuelle Ducros dans le champ médiatique de l’agriculture

Emmanuelle Ducros, journaliste au journal l’Opinion, est très présente sur les réseaux sociaux et dans les médias pour parler d’agriculture et d’alimentation. A sa façon, avec ses opinions…  Adulée par certains, décriée par d’autres, elle reconnaît vouloir « secouer les choses ».

Emmanuelle Ducros, journaliste au journal l’Opinion, est sur tous les fronts médiatiques pour défendre l’agriculture française. Ses prises de position font bondir certains tandis que d’autres applaudissent des deux mains. On lui reproche de pencher en faveur d’une agriculture trop intensive et de se laisser séduire par le discours des lobbies agroalimentaires.

Le 17 septembre 2019, Guillaume Erner, dans son « Humeur du matin » sur France Culture, évoquait le phénomène Emmanuelle Ducros. « Héroïne pour les uns » et « troll pour les autres », le chroniqueur se disait « très intéressé par cette histoire » qui l’amenait finalement à poser la question à ses auditeurs : « Etes-vous pour ou contre Emmanuelle Ducros ? ».

Des prises de position quotidiennes, entre « contradiction » et « provocation »

Un an après, la journaliste de l’Opinion est toujours très présente sur les réseaux sociaux et autres médias. Elle se bat au quotidien et ne manque pas de prendre position sur les sujets concernant l’agriculture, l’alimentation, l’écologie, le bio…

Sans forcément se prononcer pour ou contre, faisons-nous notre propre opinion… En lisant par exemple l’interview que la journaliste a accordé à Strip Food le 22 octobre dernier.

Dans ses réponses aux questions posées par Stéphane Brunerie, qui se présente comme « observateur » mais aussi « acteur » en tant que Directeur Marketing pour une entreprise de l’agroalimentaire, elle reconnaît être dans la « contradiction » et même la « provocation » pour « secouer les choses ». Un style « utile et nécessaire » pour traiter de sujets agricoles et agroalimentaires qui sont « extrêmement complexes et souvent traités à l’emporte-pièce sans beaucoup de nuances », estime-t-elle.

La communication « faite par les agriculteurs sur leur quotidien » fonctionne

Au nombre de ces sujets d’actualité qui font polémique : le RIP (référendum d’initiative partagée) sur les animaux, lancé par le journaliste Hugo Clément. Dans une interview accordée à Réussir Bovins Viande, Emmanuelle Ducros estime que ce projet est un « piège intellectuel ». Elle dénonce les associations antispécistes dont la finalité est « purement et simplement l’abolition de l’élevage ». Alors que « chacun s’accorde à ne pas vouloir faire souffrir les animaux », le RIP « joue sur les émotions, non sur la rationalité », estime-t-elle. Et d'ajouter : « il y a beaucoup de marketing derrière ».

A ses yeux, la communication « extrêmement positive » en agriculture est celle « faite par les agriculteurs sur leur quotidien, par le biais des réseaux sociaux ».

Lire l’intégralité de l’article Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel » dans Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Covid-19] Agriculteurs : attestation obligatoire à télécharger pour se déplacer sur et en dehors de l'exploitation
Pendant toute la durée du reconfinement, une attestation permanente de déplacement pour l’exploitant et les salariés est…
Une réserve d’eau individuelle de 10 000 m3 chez un agriculteur irrigant en Limagne
Chez Mathieu Daim, agriculteur dans le Puy-de-Dôme, la construction d’une réserve d’eau de 10 000 m3 s’est achevée récemment. Une…
Confinement - une éleveuse refait le clip des « inconnus » sur sa ferme
Julie, étudiante et fille d’éleveur, aime rire et le fait savoir sur les réseaux sociaux. Depuis le confinement du mois de mars,…
Plan de relance : 1,2 milliard d’euros destiné à l'agriculture
Les agriculteurs vont être concernés par le Plan de relance du Gouvernement. Le volet « Transition agricole, alimentation et…
[VIDEO] "Ecologie de la diffamation, incantation et contre-vérités" : la coup de gueule du ministre de l'Agriculture sur les néonicotinoïdes
Le projet de loi sur la réintroduction des néonicotinoïdes de façon temporaire dans les cultures de betteraves a provoqué mardi…
Des « datas centers » dans les cours de ferme pour utiliser la chaleur générée par la méthanisation
Installer des « data centers » en zone rurale, c’est l’objectif de la start-up Datafarm. L’idée, relatée par Agra'up, la…
Publicité