Aller au contenu principal

Controverses
Election présidentielle 2022 : les marqueurs forts des programmes agricoles

En passant au peigne fin le programme des candidats à la présidentielle, on constate des thématiques communes, comme la souveraineté alimentaire, ou une meilleure rémunération des agriculteurs. En revanche, les propositions les plus clivantes sont celles sur le modèle pour la Ferme France.

Elysée
En passant au peigne fin le programme des candidats à la présidentielle, on constate des thématiques communes, comme la souveraineté alimentaire, ou une meilleure rémunération des agriculteurs.
© Nicolas Nova - Flickr

Alors que les Français ont redécouvert, il y a tout juste deux ans, la notion de pénurie alimentaire lors du premier confinement lié à la crise Covid, on peut déplorer qu’ils aient la mémoire courte car le sujet de l’agriculture et l’alimentation ne fait pas du tout partie des thématiques de cette campagne électorale à la présidentielle 2022.

Que contiennent les programmes politiques des candidats autour de l’agriculture et de l’alimentation ? C’est ce qu’a voulu mettre en évidence le groupe Réussir Agra dans le cadre des Controverses de l’Agriculture et de l’Alimentation le 15 février dernier, en invitant neuf candidats ou leur représentant. Cet évènement était organisé en partenariat avec le Salon de l’Agriculture, le Cevipof (centre de recherche politique de Sciences Po) et le SNPAR, syndicat national de la presse agricole et rurale.


Restaurer une souveraineté alimentaire

L’épisode Covid a tout de même influencé les candidats car il est beaucoup question de « souveraineté alimentaire ». Sur les neufs programmes analysés, plusieurs parlent d’augmenter la part des produits locaux dans la restauration collective, sorte de prolongement de la loi Egalim. C’est Marine Le Pen (RN) qui va le plus loin en proposant 80 % de produits alimentaires français dans les cantines.

Cet objectif est parfois associé à une politique d’aide alimentaire. L’idée du chèque alimentaire fait son chemin, y compris Emmanuel Macron (LREM). Fabien Roussel (PCF) propose un Fonds alimentaire national de 10 Mrds€ pour généraliser le repas à 1€ dans les cantines scolaires. Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise) propose quant à lui une « Sécurité sociale de l’alimentation » : un chèque de 100 à 150 euros par mois et par foyer les plus modestes à dépenser dans des circuits de distribution labellisés pour développer les filières locales.
 

Quel modèle pour la Ferme France

Mais il est un point où les programmes politiques divergent très fortement, c’est celui du modèle pour la Ferme France. Yannick Jadot veut aller vers la fin des pesticides à échéance 2035 et la fin des élevages en cage. Jean-Luc Mélenchon parle d’une « agriculture paysanne et écologique » et une sortie de l’élevage industriel. Anne-Hidalgo parle quant à elle de 30% de SAU en bio à l’horizon 2030 et les tiers restants engagés dans des processus agroécologiques.

 

Le marqueur des pesticides

Si la majorité des autres candidats reconnaissent la nécessité de réduire l’usage des pesticides, leur volonté affichée est de ne pas le faire tant qu’il n’existe pas de solutions alternatives. Nombreux sont ceux qui veulent même mettre fin à la surtransposition des normes, afin d’éviter que ne rentrent sur le territoire national des produits agricoles n’ayant pas les mêmes exigences environnementales ou de bien-être animal que celles imposées en France. Un discours souvent entendu, jamais mis en œuvre jusqu’alors.

Pour transformer l’agriculture, LREM et LR veulent quant à eux s’appuyer sur les nouvelles technologies, y compris les NBT dans le domaine de la génétique. Quant à Eric Zemmour, il soutient la robotique, mais c’est pour pouvoir se passer de la main d’œuvre étrangère !

Voir notre dossier : Election présidentielle 2022 : quelle place pour l'agriculture ?

Des revenus dignes pour les agriculteurs

Autre objectif annoncé : assurer un revenu décent aux agriculteurs. Valérie Pécresse (Les Républicains) en fait le point de départ de son programme politique. Pour certains, cela passe par une meilleure répartition de la valeur, c’est le cas d’Emmanuel Macron (LREM) qui souhaite poursuivre la loi Egalim, tout comme Anne Hidalgo (PS) : renforcement des organisations de producteurs, contrats tripartites et pluriannuels. Pour Marine Le Pen, il s’agit de « mettre un terme aux marges abusives de la grande distribution » et Eric Zemmour veut quant à lui mettre fin aux regroupements de la grande distribution.

 

Prix garantis et quotas laitiers, le retour

L’extrême gauche et l’extrême droite se rejoignent pour que l’Etat soit plus interventionniste sur les prix des productions agricoles. Fabien Roussel propose la fixation de prix de référence des productions agricoles, Jean-Luc Mélenchon parle de prix planchers. Et Nicolas Dupont Aignan (Debout la France) souhaite remettre en place des quotas, en particulier pour le lait, et des prix garantis. Elles se rejoignent aussi pour stopper toute signature d’accord de libre-échange qui aurait des conséquences négatives sur l’agriculture.
 

Qu'ont retenu les participants des controverses de l'agriculture 2022 ? Retrouvez ci-dessous notre micro-trottoir :
 

Les plus lus

Agriculteur en retraite
Réforme des retraites : quels changements pour les agriculteurs ?
Le projet présenté par Elisabeth Borne n’entraine pas la disparition du régime agricole mais aura des conséquences sur la…
exploitation agricoles et ligne électrique
Prix de l’électricité bloqué à 280 euros/MWh : les agriculteurs éligibles doivent vite renvoyer leur formulaire
Un bouclier tarifaire est instauré pour les TPE ne bénéficiant pas de tarif de vente réglementé. Les agriculteurs peuvent y être…
Paysage de ampagne française vue du ciel
Politique agricole commune : tout savoir sur la nouvelle PAC
Le 1er janvier 2023 entre en application une nouvelle Politique agricole commune. Reussir.fr vous en dit plus sur ses…
Salon de l'agriculture, hall des animaux, porte de Versailles
Salon international de l’agriculture 2023, mode d’emploi
Le Salon de l’agriculture se tiendra du 25 février au 5 mars 2023, porte de Versailles à Paris. « L’agriculture : le vivant au…
Ovalie, vache égérie du salon de l'agriculture 2023, et ses deux veaux
La vache Ovalie ne viendra pas seule au salon de l’agriculture 2023
L’égérie du prochain Salon international de l’agriculture a donné naissance début janvier à des jumelles. Ses éleveurs se…
inrae
Comment les cultures associées peuvent augmenter la production agricole
Grâce à ses travaux, une équipe internationale de scientifiques, dont des chercheurs d’Inrae, a mis en avant l’intérêt des…
Publicité