Aller au contenu principal

Ecophyto 2+ : découvrez les 16 projets aidés pour réduire les pesticides en agriculture

Améliorer le dialogue entre riverains et agriculteurs, mesurer la concentration de pesticides dans l’air en Martinique, ou encore identifier des itinéraires techniques en agriculture de conservation des sols pour supprimer le glyphosate comptent parmi les objectifs des 16 projets soutenus dans le cadre d’Ecophyto 2+.

16 projets visant à réduire l'utilisation des produits phytosanitaires bénéficient d'une aide de 1,55 million d'euros.
16 projets visant à réduire l'utilisation des produits phytosanitaires bénéficient d'une aide de 1,55 million d'euros.
© Gabriel Omnes

Le ministère de la transition écologique vient d’annoncer les 16 projets lauréats de l’appel à projets national dans le cadre du plan Ecophyto 2+ pour la période 2020-2021. Ils bénéficient d’un soutien de 1,55 million d’euros. 24 candidatures avaient été déposées pour une demande de subvention à hauteur de 4,8 millions d’euros.

Lire aussi : Cinq ans pour diminuer de moitié l’utilisation des pesticides dans l’agriculture française

Voici la liste des projets retenus visant à accompagner les acteurs qui s’engagent pour la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires et de leurs impacts :

  • PADDeC proposé par l’association Atmo dans les Hauts-de-France : coconstruction avec les acteurs locaux d’un programme autour des pesticides pour concilier enjeux et attentes des riverains et agriculteurs.
  • DiaT-ASS proposé par l’Union régionale des centres permanents d’initiatives pour l’environnement de Paca : expérimentation de formes de dialogue territorial sur trois sites pilotes.

Lire aussi : Réglementation ZNT - Le Conseil d’Etat annule les zones de non-traitement pour mieux les renforcer

  • ORUP-Oc proposé par le centre régional pour l’enfance et l’adolescence inadaptées (Creai) d’Occitanie : produire pour les acteurs publics une typologie des environnements locaux des cultivateurs et des préconisations.
  • Pestimar proposé par l’Ecole des hautes études en santé publique en Martinique : documenter la fréquence et la concentration de pesticides dans l’air et les poussières dans des logements et écoles en zones rurales et urbaines sur une période d’un an.
  • Fonecol proposé par l’université de Lorraine et le CNRS : mesurer les effets des substances fongicides sur la composition du microbiome de nectar de fleurs de colza.
  • Cistox proposé par le CNRS et le centre d’étude biologiques de Chizé : évaluer l’exposition d’une tortue aquatique, la cistude d’Europe, aux pesticides dans plusieurs zones humides du territoire métropolitain en fonction du contexte agricole et environnemental.
  • Plantes de services et couverts végétaux proposé par l’association pour la promotion d’une agriculture durable : identifier des itinéraires techniques en agriculture de conversion des sols pour gérer efficacement et durablement les mauvaises herbes en vue de réduire voire supprimer le recours au glyphosate.

Lire aussi : Etude Inrae sur la fin du glyphosate : d'importants surcoûts pour les grandes cultures sans labour

  • BioindicFin proposé par l’Institut de recherche sur la biologie de l’Insecte à Tours : mesurer finement et rapidement le niveau de contamination d’un milieu en produits phytosanitaires via un insecte auxiliaire de culture très commun dans les vergers.
  • Freins proposé par les Chambres d’agriculture de France : identifier les difficultés des agriculteurs à changer leurs pratiques vers la réduction de l’usage des pesticides et les leviers efficaces pour les surmonter. Ce programme vise à améliorer le fonctionnement du réseau Dephy Ferme.
  • Alter-glypho proposé par l’Inrae et le Centre de Bourgogne Franche-Comté : analyser les pratiques et performances réelles des agriculteurs du réseau Dephy qui utilisent le glyphosate, de ceux qui ne l’utilisent pas et de ceux qui l’ont abandonné, en grandes cultures et en viticulture.

Lire aussi : Les groupes Dephy, force d’exemple et d’inspiration

  • Pes0p proposé par le Cirad : mesurer la régulation naturelle des arthropodes sur l’île de la Réunion.
  • Rebeca proposé par le Cirad : étudier la régulation de la cochenille (ravageur des agrumes en Guyane) via le Gyranusoidea Tebygi et la coccinelle Cryptolaemus montrouzieri.
  • SynBioTox proposé par l’Inrae : évaluer l’impact des pesticides sur le fonctionnement écologique des zones tampon humides artificielles.

Lire aussi : Phytos : les modalités de séparation entre la vente et le conseil enfin précisées

  • ESACV proposé par la fondation nationale des sciences politiques : analyse sociologique des effets de la séparation des activités de conseil et de vente de pesticides sur les organisations économiques (coopératives, négociants) et les « identités professionnelles » (techniciens, agriculteurs, contrôleurs).
  • ESPRES par l’Inrae Centre Grand-Est Nancy et le laboratoire agronomie et environnement de Nancy-Colmar : analyser l’effet de la réduction des pesticides sur la pollinisation, la régulation des ravageurs et leurs interactions.

Les plus lus

Il est « urgent » de s’occuper de l’agriculture alerte Jean-Marc Jancovici
Dans un message posté sur Linkedin, Jean-Marc Jancovici réagit à un article des Echos relatant la visite d’Emmanuel Macron aux…
investissement photovoltaïque agriculture
Investissements : optimiste pour 2022, le Crédit agricole exprime des « incertitudes » pour 2023
La première banque de l’agriculture a accordé un montant record de prêts en 2021 au monde agricole et annonce un bon premier…
méthanisation concurrence élevage fourrage
La méthanisation concurrence-t-elle l’élevage ? L’exemple breton
La méthanisation risque-t-elle de concurrencer l’approvisionnement des élevages ? Le débat reprend à l’occasion de cet été 2022…
Arnaud Gaillaut, président des Jeunes agriculteurs, et Emmanuel Macron à Terres de Jim.
Pacte d’orientation et d’avenir pour l’agriculture : les 4 annonces d’Emmanuel Macron
A Terres de Jim dans le Loiret, le président de la République a annoncé les grandes pistes sur lesquelles il compte travailler…
Jean Jouzel Giec changement climatique agriculture
« Changement climatique : les agriculteurs doivent faire partie des solutions », selon Jean Jouzel
Entretien avec Jean Jouzel, climatologue, ex vice-président scientifique du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution…
estives Lozère sécheresse
Sécheresse – décapitalisation : « coopératives et négociants voient arriver beaucoup d’animaux depuis deux semaines »
La présidente de la Chambre d’agriculture de Lozère exprime sa crainte de voir la décapitalisation des bovins viande s’amplifier…
Publicité