Aller au contenu principal

Différend sanitaire avec l’Algérie : près de 800 taurillons rapatriés en France

Une « différence d’interprétation » du statut sanitaire de trois animaux serait à l’origine du rapatriement par voie maritime. L'ONG Welfarm dénonce les « souffrances infligées aux animaux ».

algérie
Chaque année, de nombreux animaux partent sur des navires du port de Sète à destination de l’Algérie. (Archives)
© Bernard Griffoul

Le 2 septembre dernier, un navire a quitté le port de Sète avec à son bord 789 taurillons français à destination d’Alger. À son arrivée le 4 septembre, les autorités algériennes ont refusé le déchargement des animaux en raison des risques sanitaires encourus. Alerté par l’ONG Welfarm, le ministère de l’Agriculture a réagi lors d’un point presse le 21 septembre.

Le débarquement a été refusé au port d'Alger par les autorités algériennes pour une « différence d'interprétation » de documents sanitaires, a expliqué le cabinet du ministre de l'Agriculture. Le différend porterait sur l'interprétation des documents joints au certificat d'exportation de trois animaux, indiquant « IBR positif » en raison de leur vaccination contre la rhinotrachéite infectieuse bovine.

Le navire doit revenir prochainement au port de Sète, où les animaux seront euthanasiés en raison du risque d'introduction de la fièvre aphteuse lié à leur affouragement dans le port d'Alger.

Une inspection prévue à l'arrivée du navire en France

L’ONG Welfarm a alerté les autorités sanitaires, françaises, communautaires et internationales, s'inquiétant des « souffrances infligées aux animaux » en raison de la durée du trajet, et des conditions de vie dans ces navires qu'elle qualifie de « cargos-poubelle ».

Elle explique : « Après avoir été transportés jusqu’au port de Sète, les taurillons ont passé 15 jours sur le navire. Si l’on ajoute à cela le temps des traversées de la Méditerranée, les animaux auront donc passé près de trois semaines à bord du navire bétailler. Plusieurs d’entre eux seraient morts. Les cadavres tout comme les déjections des animaux n’ont pas été évacués. Les conditions d’hygiène à bord sont donc catastrophiques. En raison de leur gabarit, ces taurillons ont des besoins (abreuvement, alimentation, espace) particulièrement importants qui ne peuvent être satisfaits dans la situation de promiscuité et d’attente insoutenable qui leur est imposée ».

Le cabinet du ministère a promis une inspection à l'arrivée du navire en France.

Les plus lus

Il est « urgent » de s’occuper de l’agriculture alerte Jean-Marc Jancovici
Dans un message posté sur Linkedin, Jean-Marc Jancovici réagit à un article des Echos relatant la visite d’Emmanuel Macron aux…
méthanisation concurrence élevage fourrage
La méthanisation concurrence-t-elle l’élevage ? L’exemple breton
La méthanisation risque-t-elle de concurrencer l’approvisionnement des élevages ? Le débat reprend à l’occasion de cet été 2022…
investissement photovoltaïque agriculture
Investissements : optimiste pour 2022, le Crédit agricole exprime des « incertitudes » pour 2023
La première banque de l’agriculture a accordé un montant record de prêts en 2021 au monde agricole et annonce un bon premier…
Arnaud Gaillaut, président des Jeunes agriculteurs, et Emmanuel Macron à Terres de Jim.
Pacte d’orientation et d’avenir pour l’agriculture : les 4 annonces d’Emmanuel Macron
A Terres de Jim dans le Loiret, le président de la République a annoncé les grandes pistes sur lesquelles il compte travailler…
Jean Jouzel Giec changement climatique agriculture
« Changement climatique : les agriculteurs doivent faire partie des solutions », selon Jean Jouzel
Entretien avec Jean Jouzel, climatologue, ex vice-président scientifique du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution…
méthaniseur agricole
Energies renouvelables : revalorisation du tarif d’achat du biométhane
Afin d’accroître la production de biométhane en France, le gouvernement publie deux textes visant à revaloriser le tarif d’achat…
Publicité