Aller au contenu principal

Portail Réussir: le média dédié à l'agriculture, l'agroalimentaire et l'alimentation.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

53e congrès des JA à Roanne
Didier Guillaume au congrès des Jeunes Agriculteurs : « L’installation fait partie des priorités du gouvernement »

Après trois jours de débats, c’est le ministre de l’Agriculture en personne qui est venu clôturer le 53e congrès national des Jeunes Agriculteurs le 6 juin à Roanne. La grande thématique était cette année la transmission des exploitations. Didier Guillaume s’est voulu rassurant.

© Paul Quentin / agriculture.gouv.fr

Le ministre de l’Agriculture s’est rendu à Roanne le 6 juin, au congrès des Jeunes Agriculteurs (JA). Dans ce département de la Loire, terre d’élevage, Didier Guillaume a voulu apporter des messages positifs aux jeunes porteurs d’un projet d’installation. « Je prends l’engagement qu’aucun jeune, en 2019 et en 2020, ne puisse pas s’installer car il manque de l’argent. L’installation fait partie des priorités du gouvernement, et l’argent des DJA(1) sera présent partout ! », a -t-il promis.

Ces propos sont relatés dans Le Sillon qui évoque aussi l’augmentation du nombre de ces installations aidées. « Une bonne nouvelle pour la France », selon le président de JA, mais qui « laissait craindre un dépassement de l’enveloppe initialement prévue et donc un manque de financement pour la dotation jeunes agriculteurs », souligne le journal départemental.

L’annonce du ministre a donc rassuré les futurs installés. Didier Guillaume a également précisé qu’il souhaitait « engager un grand plan de formation », précise l’hebdomadaire, afin de « réorienter les programmes dans les lycées agricoles » et être plus proche des réalités du terrain.

Le ministre a ensuite abordé d’autres sujets en répondant aux interrogations des jeunes agriculteurs « sous un format inédit de questions /réponses », souligne le Sillon.

Au nombre des inquiétudes, celle des marchés et de la mondialisation. Le ministre a « rappelé que la France ne signerait pas un accord entre l’Union européenne et les pays du Mercosur qui permettrait d’importer des produits qui ne correspondent pas aux standards européens et français », rapporte le journal. Mais il y a un mais. « L’enjeu politique, c’est de faire monter l’ensemble des standards européens, a précisé Didier Guillaume, car si la France dit non et que l’ensemble des pays est pour cet accord, cela pose problème ».

Autres sujet abordé : celui de la loi Egalim et de la grande distribution qui peine à jouer le jeu. « Le compte n’y est pas », a reconnu le ministre.

Enfin, la question de l’Agribashing a été soulevée. Sujet d’actualité, brûlant et douloureux. Face au sentiment « d’injustice » évoqué par Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, le ministre en appelle à la justice, qui doit faire son travail le plus rapidement possible.

 

(1) Dotation jeunes agriculteurs

 

 

 

 

 

Les plus lus

Vignette
Antoine Thibault réagit à la vidéo de L214 sur la filière des veaux laitiers
Une nouvelle vidéo de L214 tourne sur les réseaux sociaux. Cette fois l’association de défense animale s’attaque à l'élevage de…
Réduire les phénols volatils grâce aux écorces de levures
Vigne
Traiter les vins avec des écorces de levure peut contribuer à limiter les mauvais goûts liés aux contaminations par Brettanomyces…
Soufflet Vigne monte en puissance sur le conseil
Vigne
L’ouverture d’un nouveau magasin à Vinzelles, dans le Mâconnais, sonne le coup d’envoi de la mise en place de la nouvelle…
Thierry Julien, président de France Vin Bio : "Il ne faut pas accepter de brader nos vins"
Vigne
A la tête de France Vin Bio, l’association nationale interprofessionnelle des vins bio, Thierry Julien considère que la…
Berthoud investit dans la pulvérisation ultralocalisée en signant un partenariat avec Carbon Bee Agtech
Machinisme
Berthoud, spécialiste de la pulvérisation agricole, a signé un partenariat avec la start-up Carbon Bee Agtech, afin de développer…
La conversion à la viticulture biologique doit s'anticiper sur tous les plans
Vigne
La conversion au bio est plus ou moins facile et coûteuse en fonction des exploitations. Le passage à l’agriculture biologique…
Publicité