Aller au contenu principal

Dérogation pour les néonicotinoïdes : 18 associations demandent au ministre de l’Agriculture de renoncer

Le projet de dérogation accordée aux betteraviers pour l’utilisation de néonicotinoïdes soulève des protestations. 18 associations viennent de signer une lettre pour demander au ministre de l’Agriculture de ne pas accorder cette dérogation si « temporaire et très encadrée » soit-elle.

ITB

C'est une des mesures prévues dans le cadre du plan de soutien gouvernemental à la filière betterave-sucre. L’éventualité d’une dérogation accordée aux betteraviers pour l’utilisation de néonicotinoïdes contre la jaunisse de la betterave soulève des protestations. Dix-huit associations ont demandé le 18 août au gouvernement de ne pas accorder cette dérogation, dénonçant un « recul important » dans la protection des abeilles. Les insecticides interdits depuis 2018 sont en effet reconnus dangereux pour les pollinisateurs en raison de leur mode d’action qui touche le système nerveux des insectes.

Un courrier au ministre de l’Agriculture

Dans un courrier adressé au ministre de l'Agriculture Julien Denormandie, Générations futures, le WWF, la Ligue de protection des oiseaux (LPO), la Confédération paysanne, l'Union nationale de l'apiculture française (UNAF) ou encore Stop pesticides l'appellent à « ne pas déroger à l'interdiction des néonicotinoïdes ».

Le ministère de l'Agriculture a annoncé début août vouloir permettre aux planteurs de betteraves à sucre d'employer ces insecticides interdits depuis 2018, « dans des conditions strictement encadrées ». L’objectif est de répondre à la demande de la filière afin de protéger les cultures vis-à-vis des pucerons verts, vecteurs du virus de la jaunisse.

Pour les ONG, les arguments avancés pour la dérogation (manque d'alternatives, impact limité car il est utilisé en enrobage de semences pour les cultures de betterave) ne tiennent pas.

Lire aussi « Barbara Pompili défend la dérogation des néonicotinoïdes sur betteraves »

Les plus lus

« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
« Le RIP pour les animaux s’essouffle » observe Jean-Baptiste Moreau, éleveur et député
Jean-Baptiste Moreau est agriculteur dans la Creuse et député. Il se prononce contre le projet de référendum sur les animaux…
Bien-être animal : un groupe Facebook s'attaque au RIP pour les animaux d'Hugo Clément
Franck Reynier est l’initiateur du groupe Facebook « Unis pour la ruralité » qui dit « Non au Rip » sur les animaux. Il a accepté…
Les agriculteurs méthaniseurs en colère contre la baisse annoncée des tarifs
Le nouveau cadre tarifaire de l’énergie issue de la méthanisation « défavoriserait fortement les sites agricoles de petite et…
Vital Concept sur le Tour de France : certains coureurs « deviendront sans doute agriculteurs »
Patrice Etienne, à la tête de l’entreprise de fourniture agricole Vital-Concept, a décidé de s’engager il y a trois ans dans le…
RIP pour les animaux : la contre-offensive s’organise
Face au RIP pour les animaux, le monde rural a décidé de réagir. Un groupe a été créé sur Facebook et une pétition contre le…
Publicité