Aller au contenu principal

La secrétaire d’État à la Biodiversité veut stopper la croissance des dégâts de gibier

Bérangère Abba, la secrétaire d’État à la Biodiversité dit avoir l’intention de « mettre un coup d’arrêt » à la croissance des dégâts de gibier. Des mesures sont en cours de discussion au ministère de la Transition écologique avec les chasseurs et les agriculteurs.

La FNSEA demande des mesures pour parvenir à réduire les effectifs de gros gibier d’au moins 30 %.
© Vincent Marmuse (archives)

La secrétaire d’État à la Biodiversité Bérangère Abba a indiqué, dans un entretien accordé à Agra Presse, son intention de « mettre un coup d’arrêt à la croissance des dégâts » de gibier grâce à des mesures encore en cours de discussion qu’elle pourrait dévoiler prochainement. Après les discussions renouées depuis dix-huit mois avec les chasseurs comme avec le ministère de la Transition écologique, la FNSEA attend désormais rapidement « des moyens pour abaisser les populations ». Les dégâts de sanglier sur les cultures, en particulier, sont en hausse très forte depuis plusieurs années. Espérant réduire les effectifs d’au moins 30 %, le syndicat majoritaire souhaiterait « rendre possible le prélèvement toute l’année, supprimer les critères de sélection appliqués dans certaines régions, et autoriser le piégeage ainsi que la chasse dans les parcelles en cours de récolte », liste Florent Lepretre, représentant syndical au sein de la Commission nationale de l’indemnisation des dégâts de gibier.

Les chasseurs ne veulent pas payer pour les zones non-chassables

Les chasseurs, de leur côté, insistent sur la prise en compte des zones non-chassables. « Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricoles pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où ne pouvons pas mettre les pieds », rappelle Willy Schraen, président de la Fédération nationales des chasseurs (FNC). Alors que l’agrainage demeure un dossier délicat, chasseurs et agriculteurs tomberaient en revanche d’accord pour faciliter la chasse de nuit dans les parcelles agricoles, « en faisant attention à l’aspect sécurité », précise Florent Lepretre.

Lire aussi « Un contrat entre chasseurs et agriculteurs pour réduire la population de sangliers de 20 % »

Lire aussi « Sangliers dans les cultures - Les chasseurs ne veulent plus être les seuls à payer les dégâts »

Les plus lus

Quel que soit le scénario envisagé, tous les secteurs connaîtront une diminution de leur production oscillant entre 5 et 15%, l’élevage étant le secteur le plus durement touché, selon l'étude.
Agriculture en Europe : les prédictions funestes d’une étude cachée
L’étude du centre commun de recherche européen, sortie sans aucune promotion en plein été, fait couler de l’encre en cette…
Océane Future agricultrice : « Il y a beaucoup trop de préjugés sur les femmes en agriculture »
A 19 ans, Océane est agricultrice et active depuis déjà 5 ans sur les réseaux sociaux. Elle se destinait à ce métier depuis…
Stéphane Le Foll
Stéphane Le Foll : « le seul problème du monde agricole c'est de penser qu’il faut produire plus »
Ex-ministre de l’Agriculture et actuel maire du Mans, Stéphane Le Foll a annoncé se présenter à une primaire socialiste qu’il…
Macron et jeunes agriculteurs
Jeunes agriculteurs : Emmanuel Macron met Océane, 19 ans, à l’honneur
Le président de la République, en déplacement à la foire agricole des Terres de Jim, en a profité pour saluer le dynamisme des…
Capture d'écran video Facebook
Son champ sert de parking pour un rallye, coup de gueule d’un agriculteur
Julien Saillat, agriculteur en Haute-Savoie, a vu ses champs envahis ce week-end par des centaines de voitures à l’occasion du…
La secrétaire d’État à la Biodiversité veut stopper la croissance des dégâts de gibier
Bérangère Abba, la secrétaire d’État à la Biodiversité dit avoir l’intention de « mettre un coup d’arrêt » à la croissance des…
Publicité