Aller au contenu principal

La secrétaire d’État à la Biodiversité veut stopper la croissance des dégâts de gibier

Bérangère Abba, la secrétaire d’État à la Biodiversité, dit avoir l’intention de « mettre un coup d’arrêt » à la croissance des dégâts de gibier. Des mesures sont en cours de discussion au ministère de la Transition écologique avec les chasseurs et les agriculteurs.

La FNSEA demande des mesures pour parvenir à réduire les effectifs de gros gibier d’au moins 30 %.
© Vincent Marmuse (archives)

La secrétaire d’État à la Biodiversité Bérangère Abba a indiqué, dans un entretien accordé à Agra Presse, son intention de « mettre un coup d’arrêt à la croissance des dégâts » de gibier grâce à des mesures encore en cours de discussion qu’elle pourrait dévoiler prochainement. Après les discussions renouées depuis dix-huit mois avec les chasseurs comme avec le ministère de la Transition écologique, la FNSEA attend désormais rapidement « des moyens pour abaisser les populations ». Les dégâts de sanglier sur les cultures, en particulier, sont en hausse très forte depuis plusieurs années. Espérant réduire les effectifs d’au moins 30 %, le syndicat majoritaire souhaiterait « rendre possible le prélèvement toute l’année, supprimer les critères de sélection appliqués dans certaines régions, et autoriser le piégeage ainsi que la chasse dans les parcelles en cours de récolte », liste Florent Lepretre, représentant syndical au sein de la Commission nationale de l’indemnisation des dégâts de gibier.

Les chasseurs ne veulent pas payer pour les zones non-chassables

Les chasseurs, de leur côté, insistent sur la prise en compte des zones non-chassables. « Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricoles pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où ne pouvons pas mettre les pieds », rappelle Willy Schraen, président de la Fédération nationales des chasseurs (FNC). Alors que l’agrainage demeure un dossier délicat, chasseurs et agriculteurs tomberaient en revanche d’accord pour faciliter la chasse de nuit dans les parcelles agricoles, « en faisant attention à l’aspect sécurité », précise Florent Lepretre.

Lire aussi « Un contrat entre chasseurs et agriculteurs pour réduire la population de sangliers de 20 % »

Lire aussi « Sangliers dans les cultures - Les chasseurs ne veulent plus être les seuls à payer les dégâts »

Les plus lus

Jeune et agriculture
Les jeunes ont une opinion bien tranchée sur l’agriculture
Les 18-35 ans ont une image moins positive de l’agriculture que l’ensemble de la population française et attendent qu’elle joue…
100 euros
L’indemnité inflation de 100 euros pour les agriculteurs en cinq questions-réponses
Qui va bénéficier de l’indemnité inflation de 100 euros annoncée par le gouvernement ? Comment ? Quand et par qui sera-t-elle…
Xavier Niel nomme un « Paysan-directeur » à la tête de la ferme d’Hectar
Christophe Naudin, 39 ans, devra gérer la ferme pilote de 250 hectares en polyculture de céréales et élevage bovin en « …
L’Aspa : une allocation pour ceux qui disposent de peu de ressources pour leur retraite
L’Aspa, l’Allocation de solidarité aux personnes âgées est prévue pour permettre aux personnes disposant d’une faible retraite de…
Betteraves
Cristal Union recherche 7000 hectares de betteraves pour saturer ses usines
Le groupe coopératif sucrier cherche des surfaces supplémentaires pour améliorer le fonctionnement de ses usines de Sainte-Emilie…
Assemblée nationale
[Mise à jour] Egalim 2 définitivement adoptée : quels changements pour les agriculteurs ?
La loi Egalim 2 est définitivement adoptée après l'ultime vote du Sénat jeudi 14 octobre au soir. Retour sur ses principales…
Publicité