Aller au contenu principal

La secrétaire d’État à la Biodiversité veut stopper la croissance des dégâts de gibier

Bérangère Abba, la secrétaire d’État à la Biodiversité, dit avoir l’intention de « mettre un coup d’arrêt » à la croissance des dégâts de gibier. Des mesures sont en cours de discussion au ministère de la Transition écologique avec les chasseurs et les agriculteurs.

La FNSEA demande des mesures pour parvenir à réduire les effectifs de gros gibier d’au moins 30 %.
© Vincent Marmuse (archives)

La secrétaire d’État à la Biodiversité Bérangère Abba a indiqué, dans un entretien accordé à Agra Presse, son intention de « mettre un coup d’arrêt à la croissance des dégâts » de gibier grâce à des mesures encore en cours de discussion qu’elle pourrait dévoiler prochainement. Après les discussions renouées depuis dix-huit mois avec les chasseurs comme avec le ministère de la Transition écologique, la FNSEA attend désormais rapidement « des moyens pour abaisser les populations ». Les dégâts de sanglier sur les cultures, en particulier, sont en hausse très forte depuis plusieurs années. Espérant réduire les effectifs d’au moins 30 %, le syndicat majoritaire souhaiterait « rendre possible le prélèvement toute l’année, supprimer les critères de sélection appliqués dans certaines régions, et autoriser le piégeage ainsi que la chasse dans les parcelles en cours de récolte », liste Florent Lepretre, représentant syndical au sein de la Commission nationale de l’indemnisation des dégâts de gibier.

Les chasseurs ne veulent pas payer pour les zones non-chassables

Les chasseurs, de leur côté, insistent sur la prise en compte des zones non-chassables. « Nous ne pouvons plus assumer financièrement de payer l’intégralité des dégâts agricoles pour tout le territoire, alors qu’il y a des zones où ne pouvons pas mettre les pieds », rappelle Willy Schraen, président de la Fédération nationales des chasseurs (FNC). Alors que l’agrainage demeure un dossier délicat, chasseurs et agriculteurs tomberaient en revanche d’accord pour faciliter la chasse de nuit dans les parcelles agricoles, « en faisant attention à l’aspect sécurité », précise Florent Lepretre.

Lire aussi « Un contrat entre chasseurs et agriculteurs pour réduire la population de sangliers de 20 % »

Lire aussi « Sangliers dans les cultures - Les chasseurs ne veulent plus être les seuls à payer les dégâts »

Les plus lus

Le meilleur de l'humour des agriculteurs sur les réseaux sociaux
L'humour agricole est une vieille tradition qui a trouvé sa place sur les réseaux sociaux. Autodérision, humour vache, absurde,…
Preview image for the video "😱 18 BATTEUSES DANS 1 PARCELLE - Dernières moissons à l'ETA GABARD".
18 batteuses dans une parcelle, qui est derrière la vidéo qui fait le buzz ?
Mise en ligne vendredi 29 juillet sur Youtube, la vidéo cumule les vues. Elle est signée Honoré Sarrazin, jeune vidéaste et futur…
Sophie Renaud, Miss France agricole 2021 : « On voit qu’il y a des femmes en agriculture grâce à Instagram »
Sophie Renaud s’est installée sur la ferme familiale en 2016. Elle communique beaucoup pour défendre son métier et la place des…
L’agriculture bio tire le marché des produits phytos vers le haut
Les ventes de produits phytopharmaceutiques aux distributeurs pour l’année 2021 ont augmenté. C'est l'agriculture bio qui a…
Production de fourrages : quel sera l’impact du changement climatique en 2070 ?
Le changement climatique s’accélère et l’agriculture est directement impactée. Quid des années futures avec le réchauffement…
ensilage maïs
Sécheresse : ensilage de maïs avant le 10 août, « du jamais vu depuis 45 ans ! »
Dans plusieurs régions de France, les travaux d’ensilage de maïs pour le fourrage ont commencé, comme en témoignent les…
Publicité