Aller au contenu principal

Portail Réussir: le média dédié à l'agriculture, l'agroalimentaire et l'alimentation.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Gastronomie
De Mauriac à Singapour : un Cantalien sacré meilleur chef d'Asie

Le petit Julien a grandi en Auvergne, dans le Cantal. Rien ne prédestinait cet enfant issu d'un milieu rural modeste à devenir un chef étoilé renommé. Pourtant devenu grand, il connaît la gloire à Singapour. Son restaurant fait rayonner la gastronomie française et le prénom Odette à l'international.  

Six lettres brodées sur un tablier, Julien Royer a concocté avec Odette " une cuisine française d’ADN, qui s’est petit à petit ouverte sur l’Asie ".

Il faut savoir sortir des sentiers battus. Mais tout de même, le journal l'Union du Cantal qui parle d'un restaurant en Asie... Etrange ? Pas tant que ça.

Un établissement s'appelant Odette à Singapour, ce n'est pas banal. On se dit que ça sonne bien français. Et pour cause, à la tête de ce restaurant renommé : Julien Royer, un « toqué » originaire de Mauriac, dans le Cantal. A 36 ans, le chef qui a ouvert ce lieu gastronomique il y a quatre ans, vient d'être sacré meilleur chef d'Asie. « Une distinction attribuée par le classement 'Asia's 50 best restaurants', une institution plus influente encore que les étoiles Michelin », précise le journal départemental. « Une ascension fulgurante » pour ce Cantalien formé dans les cuisines du lycée professionnel Raymond Cortat à Aurillac. Le Cantal peut être fier.

Nommé en 2016 et en 2017 «  Chef of the year », Julien Royer, est un nom prestigieux connu internationalement dans le domaine de la cuisine. Son restaurant Odette, « classé à la 28e place dans le 'World's 50 Best Restaurants' fait partie du cercle des grandes tables du monde... Ce qui ne l'empêche pas de cultiver la modestie », commente Patricia Oliviéri qui a pu interviewer l'Auvergnat exilé.

« Le fait de grandir dans un milieu rural a, je pense, pas mal façonné mon goût pour les bonnes choses et pour la cuisine », analyse le virtuose des fourneaux. Il parle de sa formation et de son parcours, sans oublier, bien sûr Odette, sa grand-mère maternelle, qui lui a montré « tout le bonheur et toute l’émotion que l’on peut procurer à travers le goût, la cuisine.”

L'interview est à retrouver dans l'Union du Cantal

 

Les plus lus

Vignette
Le suicide des agriculteurs, réalité dans la vie et sur les écrans
La profession agricole est la plus touchée par le phénomène dramatique du suicide. Un fléau contre lequel des mesures de…
Vignette
Julia Landrieu interprète sa version agri de « Balance ton quoi »
Des cheveux longs blonds et une voix douce, comme la chanteuse Angèle. Alors pourquoi ne pas se lancer ? Sur Twitter, Julia…
Vignette
Sophie-Elodie, maraîchère candidate à « L’Amour est dans le pré »
Karine Le Marchand a rechaussé ses bottes et « L’Amour est dans le pré » est reparti pour un tour. Le très médiatique show…
Kverneland - Le cultivateur à dents Enduro travaille à toutes les profondeurs.
Machinisme
Le groupe Kverneland, qui célèbre cette année ses 140 ans, lance le cultivateur à dents polyvalent Enduro à l’occasion du salon…
Vignette
L'autoconsommation photovoltaïque est rentable en particulier en élevages laitier et porcin

Avec les hausses du prix de l’électricité, autoconsommer l’énergie photovoltaïque permet de plus en plus de réaliser des…

Vignette
L’attrait pour les médecines alternatives rend nécessaire une évolution du cadre réglementaire
Les médecines alternatives en santé animale séduisent de plus en plus vétérinaires et éleveurs. Les formations se développent.…
Publicité