Aller au contenu principal

Yvelines
Un drone thermique pour sauver des faons lors de la fenaison

Le fauchage de l’herbe dans les prairies occasionne des victimes parmi les animaux. Les faons sont particulièrement touchés tous les ans. Dans les Yvelines, une association lance un financement participatif pour l’achat d’un drone thermique qui permettra d’écarter les jeunes cervidés du danger.

jeune faon
De très nombreux faons réfugiés dans les prairies périssent chaque année au moment des fenaisons.
© Clay Junell / flickr

La période des fenaisons est une période d’activité intense pour les agriculteurs. C’est aussi une période où de jeunes animaux vulnérables se réfugient dans les prairies. En se cachant pour se mettre à l’abri du danger, ils se trouvent exposés à la fauche. C’est le cas en particulier des faons dont des milliers d’individus périssent ainsi chaque année. Le phénomène peut être fatal aussi à des animaux qui peuvent s’intoxiquer (botulisme) en ingérant des restes d’animaux fauchés présents dans les balles de foin.

Dans les Yvelynes, l’Association patrimoniale de la plaine de Versailles et du Plateau des Alluets (APPVPA) lance l’opération SOS Faons sur helloasso. Il s’agit d’un appel à dons pour permettre l’achat d’un drone. En effet, les drones thermiques prouvent leur efficacité pour la détection d’animaux lors d’opérations de sauvetage réalisés entre 5 h et 7 h du matin. Tant que la chaleur extérieure contraste avec leur chaleur corporelle, les animaux peuvent être repérés par le drone. Il est alors possible de les isoler dans des cages rendues visibles pour les agriculteurs où de les transporter en lisière de forêt le temps de la fauche.

Les agriculteurs sont de plus en plus demandeurs de ce service à un moment où ils doivent souvent opérer dans un temps limité.

9000 € pour un drone détecteurs de faons

La somme nécessaire pour financer cette opération est de 9000 €. Elle comprend :

  • 6800 € pour l’achat du drone et du matériel pour le piloter,
  • 1890 € pour le financement de la formation pratique d’un télépilote (la formation théorique est dispensée par un coach bénévole),
  • le montant d’une assurance adaptée à ces opérations de sauvetage.

A ce jour, 560 € ont été rassemblés sous forme de dons, soit 6 % de la somme nécessaire. L’APPVPA est bénéficiaire des sommes collectées. L’association d’intérêt général, à but non lucratif, rappelle aussi que les dons permettent de bénéficier d’avantages fiscaux.

Avantages fiscaux pour les donateurs

Pour les particuliers, il est possible de bénéficier d’une réduction d’impôt égale à 66 % du montant du don effectué, dans la limite de 20 % du revenu imposable.

Pour les entreprises, l’ensemble des versements permet de bénéficier d’une réduction d’impôt sur les sociétés de 60 % du montant versé, plafonné à 20 000 € ou 5 pour mille du chiffre d’affaires annuel hors taxe de l’entreprise. En cas de dépassement de plafond, l’excédent est reportable sur les 5 exercices suivants.

Le projet est porté par une équipe qui se compose de 9 bénévoles :

  • Leslie, arboricultrice, productrice d’actinidias (kiwis);
  • Gilles, retraité, membre de la commission environnement et développement durable de sa commune et télépilote de drone pour le loisir et pour ce projet;
  • Olivier, pilote de ligne et télépilote de drones professionnels, coach bénévole pour le projet;
  • Karin, Michel, Anthony, Joachim, Anne, Philippe, cinq passionnés de nature.

 

Les plus lus

Agriculteur en retraite
Réforme des retraites : quels changements pour les agriculteurs ?
Le projet présenté par Elisabeth Borne n’entraine pas la disparition du régime agricole mais aura des conséquences sur la…
exploitation agricoles et ligne électrique
Prix de l’électricité bloqué à 280 euros/MWh : les agriculteurs éligibles doivent vite renvoyer leur formulaire
Un bouclier tarifaire est instauré pour les TPE ne bénéficiant pas de tarif de vente réglementé. Les agriculteurs peuvent y être…
Paysage de ampagne française vue du ciel
Politique agricole commune : tout savoir sur la nouvelle PAC
Le 1er janvier 2023 entre en application une nouvelle Politique agricole commune. Reussir.fr vous en dit plus sur ses…
Salon de l'agriculture, hall des animaux, porte de Versailles
Salon international de l’agriculture 2023, mode d’emploi
Le Salon de l’agriculture se tiendra du 25 février au 5 mars 2023, porte de Versailles à Paris. « L’agriculture : le vivant au…
Ovalie, vache égérie du salon de l'agriculture 2023, et ses deux veaux
La vache Ovalie ne viendra pas seule au salon de l’agriculture 2023
L’égérie du prochain Salon international de l’agriculture a donné naissance début janvier à des jumelles. Ses éleveurs se…
inrae
Comment les cultures associées peuvent augmenter la production agricole
Grâce à ses travaux, une équipe internationale de scientifiques, dont des chercheurs d’Inrae, a mis en avant l’intérêt des…
Publicité