Aller au contenu principal

Dans la Vienne, deux agriculteurs devant la justice pour arrachage non autorisé d’une haie

Dans la Vienne, deux agriculteurs sont actuellement en procédure judiciaire pour avoir arraché sans autorisation une haie protégée par le PLU. C’est l’association Vienne nature environnement qui a engagé la procédure. L’audience est reportée au 19 janvier 2023. Les agriculteurs encourent des sanctions prévues par le code rural et risquent une réduction des primes Pac. L’information est parue dans la Nouvelle République.

Si la haie est protégée par le plan local d’urbanisme (PLU), son arrachage doit faire l’objet d’une demande d’autorisation.
© Marie-Annick Carré

Dans la Vienne, l’association Vienne nature environnement poursuit en justice deux agriculteurs à qui elle reproche l’arrachage sauvage de 300 m de haie. Les faits sont rapportés par la Nouvelle République.

« Les atteintes à l’environnement arrivent rarement à la barre d’un tribunal » souligne le journal. Pourtant, c’est bien pour ces raisons que les deux agriculteurs de Sommières-du-Clain étaient convoqués ce 30 novembre au tribunal de Poitiers.

La disparition de la haie a été constatée par huissier le 13 janvier 2021. La haie était protégée par le PLU (Plan local d’urbanisme). Son arrachage était donc soumis à autorisation. « Aucune demande n’avait été déposée » reconnaît le maire de la commune dans le journal. L’élu confirme aussi que l’un des deux agriculteurs mis en cause est membre du conseil municipal.

 

 

Une amende de 3750 euros prévue par le code rural

« Plutôt que de saisir les autorités préfectorales ou de déposer une plainte au pénal », l’association a choisi de « faire citer directement en justice les deux agriculteurs », précise encore le journal, en versant une « consignation de 200 € ». La procédure est lancée mais sur ce dossier la justice sera lente. L’audience publique est fixée au 19 janvier 2023. L’association environnementale demande la réimplantation d’une haie et remise en état du site.

Dans le code rural, l’article L121-23 stipule que « le fait d’exécuter des travaux en méconnaissance des dispositions de l’article L.121-19 est passible d’une amende de 3750 euros » rappelle la préfecture de l’Aisne dans un document intitulé « Mieux connaître sa haie et la réglementation applicable ». Pour les agriculteurs, la sanction peut se traduire aussi par une réduction des primes Pac.

Dans la Vienne, relate encore la Nouvelle République, la Direction départementale des territoires (DDT) a constaté 16 anomalies sur 42 contrôles effectués en 2019. Pour deux agriculteurs, les aides Pac ont été diminuées de 20 %.

Code de l'environnement : prison et 150 000 euros d'amende

L’arrachage de haies est également passible d’une sanction pénale au regard du code de l’environnement, dans la mesure où il peut porter atteinte à la préservation d'espèces protégées. En cas de non-respect de la réglementation, une peine de deux ans d’emprisonnement et une amende de 150 000 euros sont prévues. Huit agriculteurs de l'Aine sont actuellement jugés pour avoir détruit des haies et détruit ainsi, sans autorisation, l'habitat d'espèces animales protégées. Le journal la Thierache a relaté les faits dans un article du 23 septembre 2021.

Les plus lus

Ce qui va changer pour les agriculteurs à partir du 1er janvier 2022
Alors que la fin de l’année 2021 approche à grands pas, tour d’horizon des nouvelles dispositions sociales et nouveaux règlements…
Des néoruraux perdent face à un éleveur bio dans les Yvelines
L’éditrice Odile Jacob et d’autres habitant d’Adainville défendus par Corinne Lepage viennent de voir leur recours contre l’…
salon de l'agriculture
Le salon de l’agriculture 2022 se tiendra, les premières contraintes se dessinent
Gouvernement, organisateurs et agriculteurs ont affiché cette semaine leur forte volonté de voir se tenir le salon de l’…
feuille de cannabis
CBD : que dit l’arrêté du 30 décembre sur la récolte de fleur et de feuille de chanvre
Le gouvernement vient d’autoriser la culture des fleurs et des feuilles de chanvre en France mais avec de nombreuses conditions…
Salon de l'agriculture
« Il faut essayer de tenir le salon de l’agriculture 2022 coûte que coûte »
Réuni hier en conseil d’administration, le Ceneca reste sur sa position de maintenir le salon de l’agriculture 2022 aux dates…
Andréa Catherine : « Je veux montrer qu’une agricultrice sait faire autant qu’un homme »
A 23 ans, Andréa Catherine ne doute plus : elle sera agricultrice. Actuellement salariée dans une exploitation, elle a prévu de…
Publicité