Aller au contenu principal

Coordination rurale : « On n’a pas de programme politique, on n’a qu’un programme agricole », selon Véronique Le Floc’h

À quelques mois des élections des Chambres d'agriculture, Véronique le Floc'h, présidente de la Coordination rurale, revient sur les mobilisations agricoles, répond aux rumeurs et livre ses idées pour la PAC.

Véronique Le Floc’h, président de la Coordination rurale, nous a reçu sur son exploitation laitière bio dans le sud du Finistère, le 16 mai. Elle répond au tac au tac à nos questions sur son emploi du temps, le mouvement de contestation agricole et la place qu’y a pris la Coordination rurale, les relations supposées du syndicat avec le Rassemblement national (RN), ses relations avec la FNSEA ou encore l’enjeu des élections aux Chambres d’agriculture.

Comment conciliez-vous votre activité à la ferme et la présidence de la Coordination rurale ?

À chaque fois que je suis à la maison, je fais au moins les traites. Je fais en sorte de faire tout l'administratif. Celui du syndicat passe souvent, très souvent, quasiment exclusivement avant celui de la ferme.

Quelle est votre tâche préférée sur la ferme ?

Les traites ! Et puis faire les prévisionnels, savoir où on va.

Votre plus grande fierté lors des mobilisations agricoles ?

Et bien les tracteurs, l'Arc de triomphe, la fierté pour mes collègues qui ont entrepris cette démarche, la gerbe déposée au nom de tous les agriculteurs qui ne sont plus là.

Revoir tous nos articles sur les manifestations agricoles

Ce qui vous a le plus énervé ?

Que les politiques fassent traîner les affaires au lieu de régler les problèmes. Enfin voilà, ça traîne, ça traîne et c'est juste abuser des agriculteurs !

Lire aussi : Coordination rurale : Véronique Le Floc’h explique pourquoi, selon elle, la mobilisation agricole n’est pas terminée

Sentez-vous la Coordination rurale écoutée par les pouvoirs publics ?

Alors écoutée oui, entendue moyennement, parce qu'on n'est pas le syndicat majoritaire, donc il ne faudrait surtout pas laisser croire que la Coordination rurale a de meilleures idées que le syndicat majoritaire….

Votre principal désaccord avec la FNSEA ?

Cette histoire de vocation exportatrice ! Ils n'ont jamais pu prouver que ça rapportait quelque chose aux agriculteurs. Et quand on entend Emmanuel Macron nous dire que 40% de notre résultat s'est réalisé grâce à l'export, que ce n'est pas démenti par le syndicat majoritaire ou les deux syndicats majoritaires, ça me pose problème.

Avez-vous des points d’accord avec la FNSEA ?

Ils commencent à nous rejoindre sur le revenu, il était temps ! Si au moins ils pouvaient aller dans notre sens pour couvrir les coûts de production et pour faire en sorte que toutes les exploitations soient sauvées... Ce qui malheureusement n'est pas le cas puisqu'ils restent sur l'idée de "plan social".

La FNSEA commence à nous rejoindre sur le revenu, il était temps !

Vous préférez parler avec Christiane Lambert ou discuter avec Arnaud Rousseau ?

Alors Christiane Lambert m'a visiblement toujours évitée, Arnaud Rousseau me salue ! Malheureusement, on n'a pas suffisamment d'échanges, peut-être parce que nous sommes éloignés d'un point de vue idées.

Etes-vous proche du Rassemblement national ? 

La Coordination rurale est apolitique : nous n’avons de relation privilégiée avec aucun parti politique. On n'a pas de programme politique, on n'a qu'un programme agricole et on discute avec tout le monde.

La Coordination rurale est apolitique : nous n'avons de relation privilégiée avec aucun parti politique

Tout savoir : Elections européennes : pour qui les agriculteurs vont-ils voter ?

Quel est votre mot d’ordre pour les Elections européennes ?

Chacun est libre de voter ce qui lui semble le meilleur, mais pour la Coordination rurale, il faut bien agir pour une nouvelle politique agricole qui protège justement les agriculteurs pour faire face à tous les aléas climatiques, sanitaires, géopolitiques. Repartir sur une nouvelle politique pour dix ans, donc du plus long terme, plus de visibilité, plus de stabilité, des prix et pas des primes, qu'on aille d'abord chercher l'argent auprès des industriels et que la PAC soit davantage notre réserve de crise.

Lire aussi : Elections européennes 2024 : quel enjeu pour les agriculteurs ?

Vous êtes plutôt maillot jaune ou bonnet jaune ?

Les deux ! Un maillot jaune avec un bonnet jaune et on a tout pour gagner !

Les plus lus

Paysage agricole
Quel prix des terres agricoles en 2023 ?

Après deux années de progression, le marché foncier agricole s’est stabilisé en 2023 avec des surfaces en baisse mais une…

Terres agricoles et bâtiments d’élevage en Bretagne
Comment évolue le prix des terres agricoles en Bretagne ?

Le prix moyen des terres agricoles en Bretagne reste assez stable en 2023. Une stabilité à laquelle participe la Safer…

Homme votant pour les élections européennes
Elections européennes : pour qui les agriculteurs vont-ils voter ?

Une enquête réalisée par le Cevipof et l’Agro Toulouse avec le groupe Réussir éclaire sur les intentions de vote des…

Parlement européen
Résultats aux élections européennes : quelles conséquences pour l’agriculture ?

Les résultats des élections européennes en France et dans les autres pays européens sont tombés. Quel impact pour les…

  Arnaud Gaillot, président des Jeunes agriculteurs, devant son troupeau de montbéliardes.
Confidences d’Arnaud Gaillot au terme d’un mandat intense à la tête des Jeunes agriculteurs

Arnaud Gaillot, président des Jeunes agriculteurs, a accepté de nous recevoir plus de deux heures sur son exploitation…

projet 270 000 désert algérie
270 000 vaches en plein désert : le projet fou qatari pour produire du lait en Algérie

L’Algérie vient de signer avec le Qatar un accord pour l’implantation d’une ferme gigantesque qui accueillera 270 000…

Publicité