Aller au contenu principal

Comment McKinsey compte influencer l’évolution de l’agriculture française

Le cabinet de consultants McKinsey a mis en place un simulateur d'agriculture régénératrice hébergé sur le campus Hectar, créé par Xavier Niel et Audrey Bourolleau.

Julien Revellat, directeur associé du bureau parisien de McKinsey
Julien Revellat, directeur associé du bureau parisien de McKinsey dans le demo center agricole sur le campus Hectar.
© LesstudioAlma

McKinsey le cabinet américain de conseil s’intéresse de près à l’agriculture. Le bureau parisien du groupe a créé un simulateur d’agriculture régénératrice hébergé par Hectar, le campus agricole lancé par Xavier Niel. Julien Revellat, directeur associé du bureau parisien de McKinsey, qui coordonne le pôle agriculture en France, a accepté de répondre par écrit aux questions de Réussir. Il nous en dit plus sur le projet.

En quoi consiste le partenariat entre McKinsey et Hectar ?

Julien Revellat : Notre demo center agricole consiste en un atelier immersif qui s’adresse à tous les acteurs du secteur agroalimentaire en réflexion sur la transition agricole et l’impact carbone en particulier, et qui prend la forme d’un simulateur d’agriculture régénératrice. A l’origine de ce projet, nous avions l’ambition de contribuer à relever un défi qui nous concerne tous collectivement : développer une nouvelle agriculture qui bénéficie en premier lieu aux agriculteurs et réponde aux enjeux environnementaux comme aux besoins des consommateurs.

Nous avons décidé d’investir pour redonner à l’agriculture française la place qu’elle mérite, en contribuant à renforcer ses compétences. Nous avons en effet l’intime conviction que pour répondre à ce défi, 6 axes de travail sont nécessaires :

  • Modélisation numérique des options de transition (leviers, impacts, coûts, implications pour les agriculteurs),
  • Compréhension du terrain et retours d’expérience des chemins de transition mis en œuvre dans les champs et les étables,
  • Evolution des tendances consommateurs et notamment des critères privilégiés, au-delà de ce qui est « bon pour la planète »,
  • Optimisation des supply-chain de la fourche à la fourchette, notamment des déchets, circularité, énergie, nouveaux modèles économiques (par ex : circuits-courts),
  • Formation des agriculteurs aux pratiques et technologies de demain,
  • Solution technologiques (ag-tech/ food-tech) de demain.

 

McKinsey et Hectar sont complémentaires dans l’apport de ces compétences. C’est pourquoi notre demo center agricole prend sa place sur le campus d’Hectar, dont la vocation est d’éclairer et d’apporter des solutions.


Quel est le but du simulateur d’agriculture régénératrice ?

Notre ambition est d’accélérer la transition environnementale, sociale et économique du secteur agroalimentaire. Cette accélération implique d’étendre l’ambition de cette transition et de raccourcir son délai de mise en œuvre. L’ensemble des acteurs de l’agroalimentaire ont besoin d’identifier les choix à opérer. Pour répondre à cette problématique, le demo center agricole est un lieu de sensibilisation aux enjeux de la transition environnementale dans l’agriculture, qui replace l’agriculteur au centre.

Nous avons déjà accueilli au sein de cet outil innovant plus de 500 personnes

En s’appuyant sur des cas concrets, modélisés par des technologies d’analytique avancée, le simulateur permet d’activer des leviers et d’apprécier en fonction des choix opérés l’impact environnemental (carbone, biodiversité, eau), économique (investissements, rendements, valeur ajoutées), mais aussi humain (compétences, modèles économiques), tout en protégeant les revenus de l’agriculteur. Il permet ainsi aux divers acteurs des filières de visualiser les effets des arbitrages qu’eux-mêmes ou leurs partenaires peuvent réaliser dans leurs activités, leurs approvisionnements. Il constitue pour eux un outil d’aide à la décision extrêmement fin et précieux.

Dans cette optique d’accélération, notre demo center agricole est un actif majeur ; il s’inscrit dans le développement de compétences nouvelles de McKinsey en Europe, en complémentarité avec notre centre d’expertise au Benelux (agronomes, climatologues, donnée agricole etc.) et à Tel Aviv (technologies agricoles). Nous avons déjà accueilli au sein de cet outil innovant plus de 500 personnes, issus de 12 entreprises au cours des 6 dernières semaines, et l’expérience se révèle très riche à leurs yeux.


Comment a été conçu le simulateur d'agriculture régénératrice et à qui s’adresse-t-il ?

Le développement du simulateur a pu être possible grâce à l’apport de l’ensemble de nos compétences du secteur, nous avons notamment mobilisé nos experts agricoles (agronomiques, climat, données agricoles, technologiques, agriculture régénérative) mais aussi nos experts du secteur alimentaire (nutritionnistes, …). L’ensemble des hypothèses a été comparé aux publications des grands instituts français mais aussi des acteurs de terrain (par ex : coopératives).

Ce simulateur a été développé grâce à nos compétences analytiques, stratégiques et technologiques, au sein de McKinsey et de notre centre technologique pour l’agriculture ACRE, basé à Bruxelles. Nos équipes ont consolidé les données et conçu les leviers (qui peuvent inclure l'agroforesterie, différentes sources d'énergie, différentes pratiques agricoles), puis modélisé les scenarios, jusqu’au développement technologique de la solution. Le simulateur se concentre aujourd’hui sur un premier cas d’usage : la production de bout-en-bout d’une baguette de pain, mais nous travaillons actuellement sur une extension au lait et à l’élevage.

 

Un premier cas d’usage étudié : la production d’une baguette de pain


Quelles ressources a utilisé McKinsey France pour mettre ça au point ?

La conception de cet outil est le fruit de la mobilisation de 10 de nos collaborateurs durant un an, accompagnée d’un investissement financier. Le simulateur s’appuie par ailleurs sur un large capital d’expérience accumulé par McKinsey, qui accompagne les acteurs de l’agroalimentaire à travers un pôle de compétences installé depuis 10 ans en France, et depuis 30 ans au niveau mondial.

C'est le fruit de la mobilisation de 10 collaborateurs durant un an

La « practice française » est en forte croissance et rayonne à l’international, car elle a fondé un « hub de compétences commun » avec le Benelux et Israël. Cette « taskforce » d’expertises et d’outils compte aujourd’hui 120 collaborateurs actifs sur le sujet.


Pourquoi McKinsey s'intéresse à l’agriculture ? Quelles sont les autres activités de McKinsey sur le sujet ?

Chez McKinsey nous aidons les acteurs des secteurs agricoles et agroalimentaires à mettre en œuvre la transition vers une économie bas-carbone, circulaire et durable. Nos clients sont les entreprises de tout type : coopératives, acteurs de la transformation, distributeurs, investisseurs, fabricants d’intrants ou de matériels, etc. Notre objectif est de les aider à accélérer leur transition environnementale, tout en s’assurant que la rémunération des agriculteurs est bien prise en compte. Nous avons ainsi pour ambition de contribuer à réindustrialiser et moderniser le système agricole français.

Nous avons pour ambition de contribuer à réindustrialiser et moderniser le système agricole français

Nous accompagnons le secteur vers les pratiques agricoles de demain, en activant différents leviers : décarbonation, croissance verte, optimisation et diversification de la chaine de valeur. Nous investissons sur les enjeux de demain, comme la souveraineté alimentaire, la digitalisation des pratiques agricoles, ou la montée à l’échelle de nouveaux acteurs, c’est-à-dire le « scale-up » de startups, qui apportent des innovations technologiques pour accompagner et accélérer la transition.

Les plus lus

Hugo Clément le 16 novembre sur France Inter.
Antibiotiques : comment Dr Toudou et des éleveurs répondent à Hugo Clément sur Twitter
A la suite de l’émission Sur le Front d’Hugo Clément sur l’usage des antibiotiques dans un élevage de lapin, plusieurs voix se…
biodiversité HVE
Certification HVE : tout savoir sur le nouveau cahier des charges
La refonte de la certification Haute valeur environnementale est officielle avec la publication de deux textes au journal…
niveau des nappes phréatiques au 1er novembre 2022
Niveaux des nappes phréatiques toujours bas : le BRGM appelle à limiter les prélèvements en eau
Les pluies du début d’automne n’ont pas compensé les déficits accumulés depuis le début de l’année : les nappes phréatiques…
Alexis Duval, président d'Intact.
Agriculture régénératrice : Alexis Duval lance Intact, start-up valorisant l’amidon de légumineuses
Soutenu par Axéréal, l’ex-président du directoire de Tereos, se lance dans la fabrication bas carbone d’ingrédients à base de…
Eleveur laitier proche de la retraite
La retraite des agriculteurs basée sur les 25 meilleures années à partir de 2026
L’Assemblée nationale a voté ce 1er décembre à l’unanimité un texte permettant de calculer la retraite de base des…
Ligne électrique au-dessus d'un champ
Risques de coupures d’électricité : comment les agriculteurs doivent s’y préparer
Le gouvernement demande aux préfets par une circulaire d’anticiper les risques de délestages électriques attendus pour janvier…
Publicité