Aller au contenu principal

Vins et spiritueux
Cognac - Un marché basé sur l’export qui continue à progresser

Le cognac est un produit haut de gamme qui fait le prestige de la France… à l’étranger. 98 % du spiritueux charentais est vendu hors de nos frontières et les ventes continuent de progresser. Les Américains en sont les premiers consommateurs. Ils en raffolent dans leurs cocktails.

© Bernard Aumailley

En matière de commerce mondial, il y a les importations dont certains aimeraient pouvoir se passer. La viande bovine en provenance du Canada prévue dans les accords du Ceta, par exemple, ou encore la volaille brésilienne prévue dans les accords UE-Mercosur, que Mr Macron va peut-être finalement rejeter. Et puis, il y a les produits que la France exporte et qui pèsent de façon importante dans la balance commerciale de notre pays. C’est le cas du cognac.

L’Agriculteur charentais dresse le bilan économique de ce produit phare de la viticulture française, consommé hors de nos frontières à près de 98 %. Les chiffres 2018-2019 ont été présentés par le BNIC, le bureau national interprofessionnel du cognac.

 « Le cognac participe pour un quart à la balance des vins et spiritueux français », communique le journal. En 2018-2019, « 211,1 millions de bouteilles » ont été expédiées, En valeur, le chiffre d’affaires est de 3,4 milliards d’euros au départ de Cognac. Le journal salue également la progression enregistrée sur cette campagne « + 2, 5 % en volume et près de 6,9 % en valeur ».

Le marché du cognac se situe principalement dans la zone NAFTA (North American Free Trade Agreement) et en Extrême-Orient. Les Etats-Unis se placent en tête des pays importateurs avec 94, 3 millions de bouteilles expédiées sur la campagne 2018/2019. « Ce goût des Américains pour l’eau-de-vie charentaise s’explique notamment par la présence historique du cognac sur ce marché, les investissements constants des maisons, et la présence marquée de la consommation en cocktail aux États-Unis, » indique le BNIC.

Les résultats de l’interprofession présentés dans l’Agriculteur charentais sont « positifs », ce qui permet au BNIC d’envisager une expansion du vignoble, avec 10 000 ha supplémentaires prévus. « le potentiel du vignoble sera de 86 000 hectares contre 76 000 hectares aujourd’hui », souligne le journal.

 

Lire aussi Flamboyants à l'export, les spiritueux attirent différemment en France .

Les plus lus

Les Touristes
Les touristes, mission agriculteurs : pourquoi le directeur du lycée agricole a validé l'émission d'Arthur sur TF1
Le lycée agricole de Contamine-sur-Arve en Haute-Savoie a accueilli en immersion cinq humoristes et une ancienne miss France pour…
Première mondiale - Une usine pour le recyclage des ficelles et filets agricoles annoncée pour 2022
L’entreprise normande RecyOuest a annoncé le 9 juillet son projet de construction d’une usine de recyclage des ficelles et filets…
Moissons 2021 : premières impressions mitigées et craintes pour la suite
Certains n’ont pas commencé, d’autres sont en pleine récolte. Les moissons 2021 ont pris du retard en raison des pluies de début…
Hélène Thouy
Parti animaliste : cinq choses à savoir sur Hélène Thouy candidate à la Présidentielle
Hélène Thouy, coprésidente du Parti animaliste, s’est déclarée le jeudi 1er juillet dernier candidate à l’élection…
Demandes de remboursement partiel de la TIC 2020 - Chorus Pro est ouvert aux agriculteurs
Pour le remboursement partiel de la TIC, la taxe intérieure de consommation, les demandes sont à adresser en ligne sur Chorus pro…
Moissonneuse
Moisson 2021 : la Covid-19 empêche le grand public de retourner dans les moissonneuses
Comme en 2020, David Forge agriculteur et youtubeur a mis en sommeil son site moissonneuse.fr, à cause de la Covid-19. Il n’…
Publicité