Aller au contenu principal
Font Size

Agriculture européenne
Christiane Lambert pour une Europe en mode « plus et mieux »

Il faut redonner « un souffle nouveau à la construction européenne ». Les agriculteurs l'appellent « de leurs vœux » car ils l'ont bien compris : « leur avenir passera par plus, mais aussi et surtout par mieux d'Europe ». Ces propos sont ceux de Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, qui signe une tribune dans le journal La Haute-Loire paysanne.

Christiane Lambert, lors du congrès de la FNSEA, en mars 2019.
© FNSEA

A quelques jours des élections européennes, le 22 mai, Christiane Lambert, la présidente du syndicat agricole majoritaire, signe une longue tribune dans La Haute-Loire paysanne.

Pour la FNSEA, la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles, l'agriculture « peut être à nouveau le moteur de l'unité européenne » et sa présidente rappelle la qualité de l'agriculture, tant française qu'européenne. « Elle souligne l'attachement des agriculteurs à l'Europe et à la politique agricole commune », commente le journal départemental.

« Les agriculteurs sont conscients de ce qu'ils doivent à l'Europe, observe Christiane Lambert, mais aussi de ce qu'ils lui ont apporté en assurant à 500 millions de citoyens une alimentation saine, sûre et accessible ». Elle parle aussi de la « modernisation historique, qui a permis de hisser l'Union européenne au premier rang des puissances agricoles mondiales en quelques décennies » . Un « héritage » qu elle s'étonne de voir aujourd'hui « critiqué et récusé » . C'est « le paradoxe agricole européen », mais la syndicaliste s'interroge : «  Comment comprendre que les enjeux politiques de la production alimentaire européenne soient aussi peu considérés, dans un monde où la population augmentera de 30 % d'ici à 2050 ? ».

Dans sa tribune, Christiane Lambert évoque également « la dérégulation mondiale des marchés agricoles ». Et là encore, elle questionne : « Comment maintenir une agriculture rentable, attractive et à taille humaine, capable d’engager ses transitions agroécologiques, si l’Europe continue à importer l’agriculture que nous ne voulons pas ? » Et d 'évoquer les enjeux alimentaires, climatiques, énergétiques et écologiques, face auxquels « l'agriculture apparaît comme une solution majeure ».

L'agriculture est victime actuellement de nombreuses critiques que « les agriculteurs reçoivent comme une injustice profonde » déplore-t-elle. Pourtant, « malgré la mauvaise foi de certains, tous les travaux de prospective internationale placent l'agriculture en tête des solutions grâce aux grands enjeux du XXIe siècle. » Et de poser une dernière question pour susciter la réflexion: « Quel autre secteur est autant attendu ?». 

Les plus lus

Qui est Julien Denormandie nouveau ministre de l'Agriculture ?
Le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler, a annoncé, le 6 juillet, la nomination de Julien Denormandie au poste de…
[Vidéo] Un record pour le prix de l'agneau
La première semaine de juin, le prix de l'agneau a atteint 6,56 €/kg, selon l'Institut de l'élevage. Soit une hausse de +9% par…
Météo - Emmanuel Buisson de Weather Measures : « vers un été un peu plus chaud que la normale avec une grande instabilité »
La pluie est revenue mais suffira-t-elle à éloigner le spectre d’une sécheresse ou d’une canicule pour 2020. Comment se présente…
[VIDEO] Une première étape vers une retraite à 85 % du SMIC pour tous les agriculteurs
La commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale a adopté, le 10 juin, la proposition de loi d’André Chassaigne (PCF…
Crédits carbone : un premier contrat signé dans le secteur agricole
Le paiement des agriculteurs pour service environnemental rendu, les PSE, c’est parti ! Un premier contrat de vente de CO2 a été…
[Déconfinement] Les enfants d'agriculteurs auraient dû être « prioritaires » pour le retour à l'école ?
Le 22 juin, tous les élèves scolarisés en France, de la maternelle au collège, vont retrouver le chemin de l’école. Ainsi en a…
Publicité