Aller au contenu principal

Plan d´aides
« Un rééquilibrage est nécessaire » estime un collectif d´éleveurs mécontents réuni à Tech Ovin

Imprévu, un débat s´est tenu le 5 septembre sur le Salon Tech Ovin avec pour thème « Quel avenir pour l´élevage ovin en Limousin ? »


Après quelques revendications exprimées lors de l´inauguration du Tech Ovin auprès de la représentante de ministre, un collectif d´éleveurs mécontents s´est manifesté contre « un plan d´aides nettement insuffisant et qui écarte les éleveurs mixtes bovins-ovins. » Baptisé « Sauvons les moutonniers », il rassemble Gérard Etien (FDO Allier) et Martial Vigneras (FDO Haute-Vienne) et se montre hostile à ce plan d´aides. Pour en discuter, un débat improvisé s´est tenu sur le Salon Tech Ovin. Président de Limovin, François Vannier dresse un bilan du malaise des éleveurs ovins face à l´évolution de leur revenu : « L´écart de revenu entre les éleveurs atteint dans la région 30 à 40 % et il est nécessaire d´obtenir plus d´un agneau par brebis pour obtenir un revenu suffisant. Le prix de l´agneau est à 100 euros et on peut s´inquiéter d´obtenir une bonne maîtrise de la commercialisation pour que l´éleveur en vive ! »
Mettre l´agneau français en valeur
Pour Gérard Etien : « L´agneau devient une viande de luxe et les acheteurs s´orientent vers le moins cher, l´Irlandais par exemple. » Martial Vigneras plaide pour « l´obtention de règles plus précises à l´import et pour imposer notre production dans les rayons. La situation est calamiteuse et les GMS ne font pas suffisamment d´efforts pour mettre en avant l´agneau français dans les rayons ».
Bernard Martin, président de la FNO estime que « les éleveurs ne doivent pas se concurrencer sur nos marchés. Livrer des agneaux à Parthenay a fait chuter les prix dans le Sud- Est. Combien de temps encore va-t-on jouer au yo-yo ? Les filières organisées et avec des marques de qualité parviennent bien à valoriser nos agneaux. Un rééquilibrage par des aides est nécessaire mais il faut aussi le revoir à Bruxelles. » Ce que confirme Jean-Marie Delage, président de la Chambre d´agriculture de la Haute-Vienne : « Les trésoreries sont au plus bas et on ne peut parler d´investissement. Ce rééquilibrage pourrait au niveau national s´opérer avec l´appui des autres productions. »

Les plus lus

Griffe du séchoir à foin
« J’ai investi dans une fabrique d’aliments à la ferme et un séchage en grange pour le confort de travail et l’autonomie alimentaire du troupeau de chèvres »
Dans l’Aveyron, Étienne Espinasse a fait évoluer son système alimentaire en remplaçant l’ensilage de maïs par du foin de luzerne…
Les lactations longues en élevage caprin
Nouveau guide pratique sur les lactations longues en élevage caprin
L’Institut de l’élevage publie un guide de 64 pages pour aider les éleveurs de chèvres à maîtriser les lactations de plus de 16…
Vue extérieur de la fromagerie Soignon
Soignon étudie un gros déménagement
La fromagerie Eurial qui fabrique les fromages de chèvre Soignon pourrait quitter son site historique des Deux-Sèvres pour s’…
Chèvre alpine au pâturage au Pradel en Ardèche
Une vraie rupture pour assainir le pâturage des chèvres
Ne pas faire revenir les chèvres pendant plus de trois mois dans une prairie en été a permis d’éliminer en moyenne 90 % des…
Etirement à la salle de traite
« L’éleveur est un sportif qui s’ignore »
Le travail en élevage demande une bonne condition physique. Comme un sportif, un éleveur doit s’équiper correctement, s’…
Photo du protocole d'expérimentation.
Les chèvres reconnaissent les émotions dans la voix
Attention à s’adresser aux chèvres correctement ! Certaines amies caprines semblent pouvoir distinguer les émotions humaines…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre