Aller au contenu principal

[DOSSIER]
« Nous employons deux salariés sur quatre élevages »

Sylvain Boiron, éleveur à Vallières-les-Grandes (Indre), emploie deux salariées à temps plein avec trois autres exploitants. Une organisation bien rodée avec de nombreux avantages.

Pour partager un salarié, il faut que le groupe tienne la route. Ce qui compte, c'est l'envie de travailler ensemble.
Pour partager un salarié, il faut que le groupe tienne la route. Ce qui compte, c'est l'envie de travailler ensemble.
© DR

« À quatre éleveurs, nous employons deux salariés à temps plein depuis une dizaine d’années. Nous avions chacun besoin d’un mi-temps, et cela nous a semblé une bonne façon de travailler ensemble. Bien sûr il faut s’entendre, élaborer les plannings à l’avance tout en conservant une adaptabilité en cas d’imprévu (maladie…) », explique Sylvain Boiron, éleveur dans l’Indre.

Depuis qu’ils ont mis en place ce fonctionnement, plusieurs personnes ont été recrutées, mais le turn-over n’est pas plus important que dans les autres métiers (banque, contrôle laitier…) autour d’eux.

Avant de recruter, les quatre éleveurs se sont mis d’accord sur les tâches à réaliser, principalement la traite et l’alimentation des chèvres. « On ne parle pas d’acheter un tracteur, il faut que le groupe tienne la route. »

« Aujourd’hui, nous employons deux CDI à 35 heures. La coupure de milieu de journée est un frein au recrutement, mais c’est comme cela, nous vivons au rythme des animaux, donc si le candidat n’est pas prêt à s’organiser sur ce point, il vaut mieux ne pas aller plus loin. Il ne faut pas avoir peur de rencontrer de nombreux candidats avant d’arrêter son choix. »

Notre premier salarié était un homme en reconversion professionnelle. Puis, une jeune femme qui est restée cinq ans avant de s’installer. Sur les deux salariées actuelles, l’une a été apprentie chez l’un d'eux.

« Il faut aussi que le salarié accepte de travailler sur quatre exploitations différentes et de s’adapter aux méthodes de travail de chacun d’entre nous. C’est un atout vis-à-vis de jeunes qui envisagent de s’installer parce que c’est très formateur pour eux, ils expérimentent quatre élevages, quatre façons de travailler, en même temps », affirme l'éleveur.

Le saviez-vous ?

Pourquoi créer un groupement d’employeurs ?

Un groupement d’employeurs est une association Loi 1901. Il permet à ses adhérents de recruter ensemble un ou plusieurs salariés, dont les compétences seront utilisées selon les besoins de chacun. Les atouts :

Une main-d’œuvre d’appoint spécialisée ou polyvalente ;
Un salarié compétent et motivé qui connaît chaque exploitation ;
Les tâches administratives sont partagées.

Les plus lus

Agrial veut séduire les futurs installés en élevage caprin
Pour assurer le renouvellement des actifs de ses 600 adhérents caprins, la coopérative Agrial promeut le métier d’éleveur de…
Gwenaëlle et Julien Ravon et leurs quatre enfants, Pierre-Louis, Valentin, Eulalie et Baptistin, sont installés à Saint-Mathurin en Vendée depuis 2011 avec leurs 110 chèvres poitevines. Un projet atypique mais cohérent.
« La poitevine apporte une plus-value à nos fromages »
À Saint-Mathurin en Vendée, La Ferme du Cap’Vert limite les charges et valorise bien le lait de ses 110 chèvres poitevines,…
Le témoignage d’Olivier Billaud a marqué l’assistance lors de la journée "éleveurcaprindemain organisée par le Brilac et l'Anicap début décembre : en reconversion, le jeune exploitant caprin avait rencontré son cédant à la journée #éleveurcaprindemain de 2017.
À Melle, la filière caprine d’aujourd’hui rencontre celle de demain
La traditionnelle journée #éleveurcaprindemain dédiée à l’installation était organisée le 2 décembre par le Brilac, l’Anicap et…
Engraissement des chevreaux à la ferme, quatre webinaires pour tout savoir
L'institut de l'élevage et ses partenaires proposent une série de webinaires abordant les étapes clefs et les résultats du projet…
Assurer ses prairies pour sécuriser l'alimentation de ses animaux est une solution à envisager avec le nouveau dispositif d'assurance récolte en vigueur depuis le 1er janvier.
« Une assurance récolte plus incitative pour les éleveurs caprins »
Rémi Dubourg, chargé d’études à Chambres d’agriculture France. Depuis le 1er janvier 2023, un nouveau cadre légal s’applique pour…
Alain Chrétien à sa table à dessin en février 2009
Disparition du dessinateur Alain Chrétien
Fidèle dessinateur des revues Pâtre et La Chèvre depuis plus de quarante ans, Alain Chrétien est décédé brutalement jeudi dernier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre