Aller au contenu principal
Font Size

Menez-vous vos animaux à l’herbe ?

Une chèvre française mange en moyenne 65 % d’herbe verte ou conservée dans sa ration. L’herbe pâturée ou affouragée en vert représente 11 %.

Oui. Nos 100 chèvres sortent habituellement de mars à novembre mais c’était compliqué l’an dernier avec la pluie au printemps suivie de la sécheresse. Nous avons 34 hectares de prairies pour les fourrages et nous pâturons aussi 20 hectares de zones humides à côté de la ferme. Elles y vont de 11 à 14 heures environ. Nous les accompagnons avec le sac à dos et nous pique-niquons avec elles au milieu des prairies et des bois. Quand il fait chaud, on les ressort aussi le soir. Comme nous fauchons l’herbe assez tôt, elles profitent aussi des regains derrière. Le troupeau existe depuis 1981 mais elles ne sont pas toujours sorties. J’ai repris la ferme en 2009 et je les ai mises assez vite au pâturage. Je pense que c’est mieux pour leur bien-être et aussi pour l’image de nos produits que nous vendons beaucoup en Amap et en direct.

Oui. Nos 50 chèvres angoras passent l’hiver en bâtiment pour que la laine reste propre. Nous les tondons deux fois dans l’année. Elles sont tondues d’abord à la mi-février, avant les naissances, pour que les petits trouvent facilement les mamelles. J’attends alors le mois de mars qu’elles aient un peu plus de laine pour les sortir. Nous les tondons aussi en août. Elles sont rentrées en octobre où je les mets en lot avec les boucs. Pour moi, c’est une évidence de les mettre dehors. Les chèvres angoras sont rustiques et se débrouillent très bien toutes seules sur les prairies même si je les vermifuge. Quand elles sont en bâtiment, je leur donne de la paille, du foin, de la luzerne et de l’orge que je produis sur mes 23 hectares.

Non. Nous avons actuellement 180 chèvres et 70 vaches laitières. Le bâtiment des chèvres n’a pas d’accès vers l’extérieur. Mais nous allons prochainement arrêter les vaches laitières et augmenter le troupeau caprin pour atteindre 450 chèvres. Le bâtiment des vaches réaménagé donne sur un champ de deux hectares et nous prévoyons que les chèvres aient un libre accès à l’extérieur. Elles pourront y aller dès qu’il fait beau pour se dégourdir les pattes. Nous avons le temps de prévoir cet accès à l’extérieur et de nous organiser pour limiter le parasitisme car les premières mises bas du troupeau agrandi n’auront lieu qu’en 2021, une fois que les vaches seront parties.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les abattoirs ont continué à collecter les chevreaux pendant le confinement tout en sachant qu'ils ne parviendraient pas à les valoriser correctement. © D. Hardy
Coûte que coûte, libérer les stocks de chevreaux
Les trois opérateurs de la filière chevreau française croulent sous leurs stocks, stigmates restants de la crise du Covid-19.
Les problèmes d'entrée d'air dans les faisceaux trayeurs seraient dus soient au mauvais positionnement du faisceau soit à des conformations de mamelles particulières. © B. Morel
La qualité de la traite influencée par les faisceaux trayeurs
L’Institut de l’élevage a réalisé une étude comparant trois types de faisceaux trayeurs en fonctionnement et d’évaluer leur…
Le prix de base du lait de chèvre s’est établi à 664 euros les 1 000 litres au premier trimestre 2020 en moyenne nationale, soit une progression de près de 17 euros d’une année sur l’autre.
Le prix du lait de chèvre progresse au premier trimestre
Le prix moyen du lait de chèvre a connu une nouvelle progression au premier trimestre, sous l’effet de la hausse du prix de base…
Le salon Capr'Inov se tiendra les 25 et 26 novembre à Niort, dans les Deux-Sèvres. © Capr'Inov
Sommet de l’élevage et Capr’Inov sont maintenus
Alors que le Space est annulé pour cause de Covid-19, le Sommet de l’élevage et Capr’Inov sont maintenus avec des nouveautés à…
Les élevages caprins de demain devront s'adapter au changement climatique et à la demande d'une production durable économiquement, socialement et environnementalement.  © D. Hardy
Des pistes pour des élevages caprins durables demain
La recherche et le développement imaginent un élevage de chèvres durable et adapté aux aléas climatiques de demain. Résumés des…
Le lait français représente la moitié du prix de la bûchette de chèvre
Le dernier rapport de l’Observatoire des prix et des marges est plutôt optimiste pour la filière caprine.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre