Aller au contenu principal

Menez-vous vos animaux à l’herbe ?

Une chèvre française mange en moyenne 65 % d’herbe verte ou conservée dans sa ration. L’herbe pâturée ou affouragée en vert représente 11 %.

Oui. Nos 100 chèvres sortent habituellement de mars à novembre mais c’était compliqué l’an dernier avec la pluie au printemps suivie de la sécheresse. Nous avons 34 hectares de prairies pour les fourrages et nous pâturons aussi 20 hectares de zones humides à côté de la ferme. Elles y vont de 11 à 14 heures environ. Nous les accompagnons avec le sac à dos et nous pique-niquons avec elles au milieu des prairies et des bois. Quand il fait chaud, on les ressort aussi le soir. Comme nous fauchons l’herbe assez tôt, elles profitent aussi des regains derrière. Le troupeau existe depuis 1981 mais elles ne sont pas toujours sorties. J’ai repris la ferme en 2009 et je les ai mises assez vite au pâturage. Je pense que c’est mieux pour leur bien-être et aussi pour l’image de nos produits que nous vendons beaucoup en Amap et en direct.

Oui. Nos 50 chèvres angoras passent l’hiver en bâtiment pour que la laine reste propre. Nous les tondons deux fois dans l’année. Elles sont tondues d’abord à la mi-février, avant les naissances, pour que les petits trouvent facilement les mamelles. J’attends alors le mois de mars qu’elles aient un peu plus de laine pour les sortir. Nous les tondons aussi en août. Elles sont rentrées en octobre où je les mets en lot avec les boucs. Pour moi, c’est une évidence de les mettre dehors. Les chèvres angoras sont rustiques et se débrouillent très bien toutes seules sur les prairies même si je les vermifuge. Quand elles sont en bâtiment, je leur donne de la paille, du foin, de la luzerne et de l’orge que je produis sur mes 23 hectares.

Non. Nous avons actuellement 180 chèvres et 70 vaches laitières. Le bâtiment des chèvres n’a pas d’accès vers l’extérieur. Mais nous allons prochainement arrêter les vaches laitières et augmenter le troupeau caprin pour atteindre 450 chèvres. Le bâtiment des vaches réaménagé donne sur un champ de deux hectares et nous prévoyons que les chèvres aient un libre accès à l’extérieur. Elles pourront y aller dès qu’il fait beau pour se dégourdir les pattes. Nous avons le temps de prévoir cet accès à l’extérieur et de nous organiser pour limiter le parasitisme car les premières mises bas du troupeau agrandi n’auront lieu qu’en 2021, une fois que les vaches seront parties.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

Sanders se prépare à accompagner le développement de la protéine végétale française
Sanders, le leader français de la nutrition animale, fait face à une pénurie mondiale de soja non OGM. En six mois, l’entreprise…
L’inflation record fragilise les producteurs de lait de chèvre et les entreprises de transformation alerte l’Anicap
A quelques heures de l’ouverture de Capr’Inov, l’interprofession caprine s'alarme de la hausse des coûts de production qui touche…
Evolution des principaux postes de l'Ipampa lait de chèvre.
L'Ipampa lait de chèvre au plus haut
Les cours de toutes les matières premières s’envolent, alourdissant les charges en élevage avec un indice Ipampa au plus haut et …
Les associés Gaec Il était une ferme, à Caunay (79) élèvent et transforment le lait de 80 chèvres Alpines.
[Capr'Inov] Des visites à la carte la veille du salon
Entre Deux-Sèvres et Vendée, cinq visites d’exploitations d’une demi-journée sont prévues le mardi 23 novembre par Capr’Inov et…
La carte permet de moduler sa recherche selon le pas de temps souhaité, le type de prédateurs et de victimes, la fiabilité de la source, le type de données (attaque, meute, indice de présence).
Une carte des prédateurs collaborative et en temps réel
La lutte contre les prédateurs passe par le recensement précis des attaques, leurs contextes et le partage le plus large possible…
Pour la Fnec, une hausse nécessaire d'au moins 60 €/1000 L du prix du lait de chèvre
Alors que les coûts de production en élevage sont en forte hausse et que la loi dite Egalim 2 vient d’être promulguée, la Fnec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre