Aller au contenu principal

Les ruminants sont plus efficients qu’on le pensait

Les ruminants valorisent surtout des protéines non consommables par L’Homme.

Ce que mange une chèvre française en moyenne chaque année © Idele-Inosys-Autosysel
Ce que mange une chèvre française en moyenne chaque année
© Idele-Inosys-Autosysel

Une récente étude du Groupement d’intérêt scientifique Élevage demain remet en perspective la concurrence entre alimentation animale et humaine. Souvent critiqué pour sa faible efficience de conversion des ressources végétales en produits animaux, l’élevage montre pourtant une forte capacité à valoriser de nombreux coproduits végétaux, résidus de cultures et fourrages qui ne sont pas consommables par l’Homme.

Il est généralement avancé que 2,5 à 10 kg de protéines végétales sont nécessaires pour produire un kilo de protéines animales. Pourtant, si l’on ne considère que la fraction des végétaux consommés par les animaux et qui est directement consommable par l’Homme et seulement la fraction des produits animaux qui entrent dans la chaîne alimentaire, l’étude démontre que de nombreux élevages ont une contribution positive à la production de protéines de qualité.

L’efficience protéique augmente avec la part d’herbe

« L’Homme ne mange pas d’herbe ni de pulpe de betterave, résume Jean-Louis Peyraud, chercheur à l’Inra et président du GIS Élevage demain, et nous ne mangeons pas le cuir ou la laine ». En se concentrant uniquement sur ce que L’Homme mange, les monogastriques (porc, poulet, poule pondeuse) ont une efficience nette bien plus élevée qu’en brute. Ils peuvent produire entre 0,7 et 1,6 kg de protéines animales par kg de protéines végétales consommables par l’Homme. Les élevages bovins laitiers produisent entre 0,6 à plus de 3 kg de protéines animales pour 1 kg de protéines végétales ingérées selon la part d’herbe dans la ration. Pour l’élevage ovin viande, l’efficience protéique nette varie entre 0,2 et 1,3.

« Nous n’avons pas encore abordé la question sur les chèvres laitières », regrette Sarah Laisse qui a travaillé deux ans sur cette étude. Cependant, ce sujet sera traité prochainement par l’Institut de l’élevage dans le cadre du projet Casdar Eradal (Utilisation efficiente des ressources alimentaires en production laitière pour produire de denrées alimentaires pour l’homme). L’alimentation des chèvres est composée d’une plus grande part de concentrés qu’en bovins laitiers (32 % contre 22 % en bovins laitiers) ; l’efficience alimentaire des chèvres laitières est donc vraisemblablement moins bonne qu’en vaches laitières.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La filière cherche en premier lieu à désengorger le marché et réduire massivement les surstocks de chevreaux.
L’engraissement de chevreaux dans l’incertitude
Les tractations se poursuivent pour que les chevreaux d’automne puissent être correctement engraissés et abattus.
Les chèvres d'Angélique sont choyées pour produire du lait qui sera transformé en fromages.
[ Vidéo ] Angélique raconte sa passion des chèvres et des fromages au lait cru
Angélique est éleveuse de chèvres et fabrique ses propres fromages au lait cru à la ferme. Elle nous invite à partager une…
Luzernes : Désialis absent du marché jusqu'à la fin septembre minimum
La dépêche
Face à une moindre production de luzerne sur les deux premières coupes, le déshydrateur est dans l’attente des résultats des deux…
La ferme de Pracoutel est une entreprise familiale au coeur de la Drôme et la fabrication des picodons est inscrit dans ses gènes. © B. Morel
Du picodon de qualité bien valorisé
Dans la Drôme, la ferme de Pracoutel produit du picodon fréquemment primé aux concours et bien valorisé auprès des consommateurs.
Il était une fois dans l'ouest, la chèvre des fossés © ASP La Chèvre des Fossés
Un ouvrage dédié à la chèvre des fossés
Il était une fois dans l’Ouest, la chèvre des fossés retrace l’histoire d’une race locale qui a bien failli disparaître. L’…
9,7 % des chèvres françaises étaient conduites en bio ou en cours de conversion fin 2019. © D. Hardy
Plus de 1 200 exploitations caprines engagées dans l’agriculture biologique
Les derniers chiffres publiés par l’Agence bio montrent, une fois de plus, la croissance insolente de la consommation et de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre