Aller au contenu principal

Les ruminants sont plus efficients qu’on le pensait

Les ruminants valorisent surtout des protéines non consommables par L’Homme.

Ce que mange une chèvre française en moyenne chaque année © Idele-Inosys-Autosysel
Ce que mange une chèvre française en moyenne chaque année
© Idele-Inosys-Autosysel

Une récente étude du Groupement d’intérêt scientifique Élevage demain remet en perspective la concurrence entre alimentation animale et humaine. Souvent critiqué pour sa faible efficience de conversion des ressources végétales en produits animaux, l’élevage montre pourtant une forte capacité à valoriser de nombreux coproduits végétaux, résidus de cultures et fourrages qui ne sont pas consommables par l’Homme.

Il est généralement avancé que 2,5 à 10 kg de protéines végétales sont nécessaires pour produire un kilo de protéines animales. Pourtant, si l’on ne considère que la fraction des végétaux consommés par les animaux et qui est directement consommable par l’Homme et seulement la fraction des produits animaux qui entrent dans la chaîne alimentaire, l’étude démontre que de nombreux élevages ont une contribution positive à la production de protéines de qualité.

L’efficience protéique augmente avec la part d’herbe

« L’Homme ne mange pas d’herbe ni de pulpe de betterave, résume Jean-Louis Peyraud, chercheur à l’Inra et président du GIS Élevage demain, et nous ne mangeons pas le cuir ou la laine ». En se concentrant uniquement sur ce que L’Homme mange, les monogastriques (porc, poulet, poule pondeuse) ont une efficience nette bien plus élevée qu’en brute. Ils peuvent produire entre 0,7 et 1,6 kg de protéines animales par kg de protéines végétales consommables par l’Homme. Les élevages bovins laitiers produisent entre 0,6 à plus de 3 kg de protéines animales pour 1 kg de protéines végétales ingérées selon la part d’herbe dans la ration. Pour l’élevage ovin viande, l’efficience protéique nette varie entre 0,2 et 1,3.

« Nous n’avons pas encore abordé la question sur les chèvres laitières », regrette Sarah Laisse qui a travaillé deux ans sur cette étude. Cependant, ce sujet sera traité prochainement par l’Institut de l’élevage dans le cadre du projet Casdar Eradal (Utilisation efficiente des ressources alimentaires en production laitière pour produire de denrées alimentaires pour l’homme). L’alimentation des chèvres est composée d’une plus grande part de concentrés qu’en bovins laitiers (32 % contre 22 % en bovins laitiers) ; l’efficience alimentaire des chèvres laitières est donc vraisemblablement moins bonne qu’en vaches laitières.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

La chevroquine contre le Covid
Une molécule naturellement présente dans le lait de chèvre s’avère être une arme efficace contre la pandémie de Covid-19.
Au Pradel, le personnel de la ferme expérimentale applique des lingettes désinfectantes sur les mamelles des chèvres en salle de traite. © C. Boyer/Idele
Vers une meilleure maîtrise des Stec dans les élevages laitiers
Le projet Stecamont a permis d’acquérir des connaissances et de tester l’efficacité de mesures de maîtrise des Stec hautement…
Race très rustique, la chèvre des Pyrénées peut aussi bien être élever pour son lait, sa viande ou simplement son appétit pour les broussailles. © DR
La chèvre des Pyrénées, de la débroussailleuse à la productrice mixte
Classée dans les races à petits effectifs, la chèvre des Pyrénées ne cesse de conquérir de nouvelles exploitations pour son…
Mickaël Séveno et sa conseillère comptent exploiter plus à fond les données de la vidéo. © V. Bargain
« L’analyse vidéo a permis de mieux respecter les cycles des chèvres »
Grâce à la vidéo, Mickaël Séveno a pris conscience qu’il distribuait le deuxième repas de concentré trop tôt pour respecter le…
En cas de mammites sévères, la réforme peut s’avérer une décision judicieuse. © D. Hardy
Les mammites cliniques chez la chèvre
Peu fréquentes chez la chèvre, les mammites restent un critère d’alerte sur la santé des mamelles du troupeau et devront faire l’…
Les parcelles de Cédric Chalon sont d'abord pâturées par ces vaches avant de servir pour une enrubannage qui sera distribué aux chèvres. © C. Chalon
Ces éleveurs caprins qui travaillent des pâtures à biodiversité d’exception
Trouver un juste équilibre entre élevage et préservation de la biodiversité, ces éleveurs caprins du Rhône et de l’Hérault y…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre