Aller au contenu principal

Les freins réels et imaginés du passage en bio

Parasitisme, cultures, insémination, revenus… Les freins au passage au bio sont parfois fondés, parfois moins. Étude en Pays de la Loire.

© D. Hardy

La chambre régionale d’agriculture des Pays de la Loire a listé les obstacles à la conversion en bio des élevages caprins. En interrogeant une trentaine d’éleveurs bio, conventionnels ou en conversion, l’étude DevCap AB a montré de vraie difficulté sur le parasitisme ou la gestion des cultures.

Si les éleveurs conventionnels ou en conversion semblent principalement inquiets par le maintien de leur niveau de production laitière, la maîtrise de l’autonomie alimentaire ou la maîtrise des charges, ces inquiétudes ne sont pas cités par les éleveurs bios eux-mêmes. Pour les éleveurs bios, dont la plupart avaient déjà un fonctionnement très proche de la bio avant leur conversion, le principal frein technique reste la maîtrise du parasitisme en lien avec la conduite au pâturage. En bio, les grandes cultures et les cultures fourragères demandent aussi des techniques culturales particulières : choix des variétés en lien avec le contexte pédoclimatique et les besoins nutritionnels des animaux, choix d’une rotation cohérente, maîtrise des adventices/maladies/ravageurs, etc.

des freins d’ordre psychologique

La capacité des éleveurs à faire de l’insémination en bio est aussi un frein souvent évoqué. Car s’il est possible de se passer d’hormones de synchronisation et de faire de l’IA sur chaleurs naturelles avec de bons résultats, il impose la présence de l’inséminateur plusieurs jours successifs.

Contrairement aux inquiétudes des éleveurs non bio, la question économique ne représenterait pas un problème puisque les éleveurs bio enquêtés considèrent leur système comme plus rentable après le passage en bio « même avec une réduction des niveaux de production laitière ». D’autres freins, davantage d’ordre psychologique, sont cités : sortir du schéma classique, rechercher une cohérence globale, manque de connexions à des réseaux professionnels bio, pression sociale de l’environnement…

Des pratiques contre le parasitisme

Une enquête auprès des éleveurs caprins bios alsaciens confirme ces difficultés à maîtriser le parasitisme. 53 % disent avoir du mal à gérer le parasitisme contre 35 % des éleveurs conventionnels qui font pâturer leurs chèvres. Même si le cahier des charges autorise l’administration d’antiparasitaires, cela n’est possible que lorsque la présence de parasites est avérée par coprologie. La prévention est alors à privilégier en recherchant un équilibre entre le parasite et l’hôte. Pour stimuler l’immunité, les éleveurs complémentent avec des oligoéléments et ils sont plus de la moitié à utiliser la phytothérapie en prévention. 45 % des éleveurs ont des plantes à tanins dans les prairies (espèces arbustives) mais l’implantation de plantes à tanins condensés (plantain, lotier corniculé, sainfoin) reste rare. Plus de 40 % des élevages pratiquent l’alternance fauche-pâture et/ou le pâturage mixte qui permet de nettoyer les parcelles.

Les plus lus

Bouc de race saanen
Quels boucs choisir en 2024 ?
Le catalogue Capgènes des semences de boucs alpins et saanen vient de paraître. Le meilleur de la génétique caprine française est…
Elise, Jérôme et leurs deux filles, de 8 et 11 ans, vivent au milieu des animaux. Lapins, cochons, chèvres, chevaux, vaches, oies, ânes et chiens cohabitent à la ferme ...
« Mon mari boucher vend de la viande de porc et de chevreau de la ferme »
Élise et Jérôme Happel élèvent des chèvres et des porcs en Alsace. Boucher de métier, Jérôme valorise la viande caprine issue de…
Chèvrerie vue d'avion
« On veut travailler dans de bonnes conditions et que les chèvres soient bien »
L’EARL des Tilleuls a investi dans un bâtiment tout confort pour travailler dans de bonnes conditions. Salle de traite, stalle de…
Répartition régionale du cheptel français de chèvres au 1er novembre 2023 et évolution par rapport à 2022
Recul du cheptel caprin quasi généralisé en 2023
Le cheptel caprin français est en recul dans quasiment toutes les régions. Analyse et graphique de l’Institut de l’élevage.
Émilien Retailleau et ses chèvres poitevines
« Je vends des chevreaux élevés sous la mère »
Émilien Retailleau, éleveur d’une cinquantaine de chèvres poitevines à la ferme de la Bonnellerie dans la Vienne, commercialise…
Améliorer le bien-être des chèvres via l’aménagement des bâtiments
Un mini-guide pour enrichir l'espace de vie des chèvres
L'Anicap édite une plaquette qui montre quatre types d'aménagements à installer facilement dans une chèvrerie.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre