Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Les éleveurs s’opposent à l’identification électronique des chevreaux

La Fnec s’est mobilisée pour modifier un règlement européen voulant imposer une coûteuse identification électronique pour des chevreaux destinés à la boucherie.

La traçabilité des chevreaux de moins de 12 mois avec une seule marque auriculaire non électronique a fait ses preuves. © D. Hardy
La traçabilité des chevreaux de moins de 12 mois avec une seule marque auriculaire non électronique a fait ses preuves.
© D. Hardy

Sous l’impulsion de la Fnec, de nombreux syndicats caprins départementaux ont écrit à leur préfet et élus locaux pour dénoncer une nouvelle réglementation européenne qui pourrait imposer l’identification électronique des chevreaux destinés à la boucherie. Ce changement est lié à la révision européenne du règlement sur la santé animale. En modifiant de quelques mots le texte sur l’identification, la Commission européenne a oublié la dérogation pour la traçabilité caprine. Une consultation trop rapide des États membres a abouti à ce que le texte rentre dans le processus législatif avec une application normalement prévue pour avril 2021.

Une boucle qui vaut près d’un tiers du chevreau

Pas question pour la Fédération des éleveurs de chèvres qui a aussitôt écrit au ministre de l’Agriculture et aux députés européens tout en mobilisant les organisations françaises (APCA, Idele, GDS France, Interbev…) et les syndicats caprins européens. « Cette disposition est fatale pour les éleveurs de chèvres, puisqu’elle prévoit que l’identification soit électronique pour les chevreaux de boucherie qui ne vont pas directement à l’abattoir, soit la très large majorité des chevreaux », explique la Fnec dans son courrier au ministre. « La Fnec s’est battue depuis des années pour que l’identification électronique ne soit pas obligatoire pour les chevreaux, animaux qui ont une très faible valeur économique, et qui sont tracés par lots tout au long de la chaîne et jusqu’à l’abattage par des abattoirs spécialisés en volaille et lapin (où l’électronique n’a pas de valeur ajoutée à la gestion de la traçabilité). »

En effet, à 90 centimes environ par animal, l’identification électronique est coûteuse puisque cela représente près du tiers du prix d’un chevreau (mal) valorisé entre 2,50 et 4 euros. Pour les éleveurs, la traçabilité par lots existe déjà et a fait ses preuves. Fin août, la Fnec semblait confiante avec l’espoir que la mobilisation permette de revenir à une identification non-électronique dans le texte.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les abcès à micocoque peuvent parfois atteindre la taille d'un pamplemousse. © X. Pouquet
La maladie des abcès chez les chèvres
Les abcès caséeux ou à microcoque de Morel gênent bien des élevages de chèvres sans qu’il n’y ait de véritables traitements,…
 © D. Hardy
Le lait de chèvre dans la tempête du Covid-19
Les laiteries et les producteurs se sont adaptés à la crise du Coronavirus. Mais les fromages AOP et de tradition souffrent…
Du 23 au 29 mars, les abatteurs ont congelé entre 96 et 98 % de leur production. Aujourd’hui, cela frôle toujours les 100 %. © J.-F. Mallet/Interbev
Le chevreau très malmené par le Covid-19
À l’instar de l’agneau, la période de Pâques représente la plus importante période de consommation de viande de chevreau. Avec le…
Les fromagers fermiers ont fait preuve d'inventivité pour vendre leurs fromages. © D. Hardy
Nouveaux circuits commerciaux : les fromagers fermiers ont innové avec le Covid-19
Les fromagers fermiers ont rapidement dû se réorganiser pour faire face aux perturbations du Covid-19 et à la fermeture des…
Jacky Salingardes, président de la Fnec et de l'Anicap
Fnec, Interbev et Anicap réactifs face au Covid-19
Jacky Salingardes, président de la Fnec et de l'Anicap, revient sur les conséquences du Covid-19 sur la filière caprine.
Avant d’utiliser des copeaux, les éleveurs utilisaient une poudre asséchante à base de kaolin. © D. Hardy
« Des copeaux de bois dans l’aire d’attente »
« Avant la traite de nos 300 chèvres, nous épandons des copeaux de bois dans l’aire d’attente et sur les couloirs de sortie. Les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre