Aller au contenu principal

Les éleveurs s’opposent à l’identification électronique des chevreaux

La Fnec s’est mobilisée pour modifier un règlement européen voulant imposer une coûteuse identification électronique pour des chevreaux destinés à la boucherie.

La traçabilité des chevreaux de moins de 12 mois avec une seule marque auriculaire non électronique a fait ses preuves. © D. Hardy
La traçabilité des chevreaux de moins de 12 mois avec une seule marque auriculaire non électronique a fait ses preuves.
© D. Hardy

Sous l’impulsion de la Fnec, de nombreux syndicats caprins départementaux ont écrit à leur préfet et élus locaux pour dénoncer une nouvelle réglementation européenne qui pourrait imposer l’identification électronique des chevreaux destinés à la boucherie. Ce changement est lié à la révision européenne du règlement sur la santé animale. En modifiant de quelques mots le texte sur l’identification, la Commission européenne a oublié la dérogation pour la traçabilité caprine. Une consultation trop rapide des États membres a abouti à ce que le texte rentre dans le processus législatif avec une application normalement prévue pour avril 2021.

Une boucle qui vaut près d’un tiers du chevreau

Pas question pour la Fédération des éleveurs de chèvres qui a aussitôt écrit au ministre de l’Agriculture et aux députés européens tout en mobilisant les organisations françaises (APCA, Idele, GDS France, Interbev…) et les syndicats caprins européens. « Cette disposition est fatale pour les éleveurs de chèvres, puisqu’elle prévoit que l’identification soit électronique pour les chevreaux de boucherie qui ne vont pas directement à l’abattoir, soit la très large majorité des chevreaux », explique la Fnec dans son courrier au ministre. « La Fnec s’est battue depuis des années pour que l’identification électronique ne soit pas obligatoire pour les chevreaux, animaux qui ont une très faible valeur économique, et qui sont tracés par lots tout au long de la chaîne et jusqu’à l’abattage par des abattoirs spécialisés en volaille et lapin (où l’électronique n’a pas de valeur ajoutée à la gestion de la traçabilité). »

En effet, à 90 centimes environ par animal, l’identification électronique est coûteuse puisque cela représente près du tiers du prix d’un chevreau (mal) valorisé entre 2,50 et 4 euros. Pour les éleveurs, la traçabilité par lots existe déjà et a fait ses preuves. Fin août, la Fnec semblait confiante avec l’espoir que la mobilisation permette de revenir à une identification non-électronique dans le texte.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

Les Chèvres Bio France produisait du lait principalement pour la fromagerie et la laiterie de La Lémance. La nouvelle équipe veut diversifier sa clientèle.  © D. Hardy
Divorce dans le caprin bio
Cinq ans après sa création, Les Chèvres Bio France explosent en plusieurs groupes. Le prix du lait et un encouragement à la…
[VIDEO] - Prévoir la récolte du maïs fourrage 2021 dès les floraisons
La date de floraison du maïs, c’est le jour où la moitié des plantes ont des soies visibles à l’aisselle des feuilles. C’est le…
La FNEC s'inquiète de la hausse des coûts de production en élevage caprin
La fédération des éleveurs de chèvre alerte les transformateurs et les distributeurs et leur demande de s’engager à revaloriser…
Les probiotiques peuvent améliorer naturellement l’état sanitaire des chèvres et ainsi optimiser la production de lait.  © Lallemand
Des probiotiques pour améliorer le fonctionnement des chèvres
Selon Lallemand, l’apport de levures vivantes dans la ration permet une hausse de la production laitière et une réduction des…
[VIDEO] - 700 l de lait de chèvre transformés chaque jour à la ferme du Steinbach en Alsace
Avec 200 chèvres aujourd'hui, Pierre et Rita Sturtzer ont progressivement agrandit leur élevage créé en 2003 de toute pièce à…
Siclex est un dispositif expérimental permettant de simuler des sécheresses sur des micro parcelles et d'évaluer la résistance des plantes testées. © S. Laval
Des mélanges prairiaux pour s’adapter au changement climatique
À l’Inrae de Lusignan, les chercheurs travaillent sur la sélection variétale et les mélanges pour adapter prairies et fourrages à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre