Aller au contenu principal
Font Size

Fnec, Interbev et Anicap réactifs face au Covid-19

Jacky Salingardes, président de la Fnec et de l'Anicap, revient sur les conséquences du Covid-19 sur la filière caprine.

Jacky Salingardes, président de la Fnec et de l'Anicap
Jacky Salingardes, président de la Fnec et de l'Anicap
© B. Morel

Vous vivez depuis plusieurs semaines le confinement imposé par l’arrivée du Covid-19 et toutes ses conséquences pour la filière caprine.

Pour la partie production, livraison et transformation, lors que la production tant attendue depuis plusieurs années était au rendez-vous, il a été demandé d’atténuer le pic de lactation pour éviter aux entreprises, qui connaissaient un fort taux d’absentéisme, de détruire du lait. Ces mêmes entreprises, de leurs côtés, ont mis tout en oeuvre pour éviter tout engorgement et une vraie solidarité a fonctionné, le tout sous l’égide de notre interprofession. Je veux redire et rassurer : il n’y a pas une crise de surproduction comme je l’ai entendu mais des ajustements causés par le coronavirus !

Pas de crise de surproduction de lait

Côté production fermière, les difficultés ont été là et le sont encore parfois. Dès la première semaine, la Fnec, tout comme l’ensemble de la filière, a alerté les pouvoirs publics sur les difficultés rencontrées par les fermiers : perte subite d’une certaine clientèle, impossibilité de stockage, réouverture indispensable des marchés et autres mesures... Nous avons obtenu de nombreuses dérogations permettant de faciliter la poursuite des activités.

Enfin, nous avons obtenu, et c’est une première pour la production caprine, des mesures d’aides au stockage auprès de la Commission européenne qui sont maintenant ouvertes à tous les niveaux et ce à partir de 500 kilos de caillé stockés surgelés.

Pour la viande et tout particulièrement les chevreaux, un travail exceptionnel a été conduit par Interbev. La poursuite de l’abattage continue et j’espère qu’il en sera de même pour l’ensemble des maillons de la filière viande. Il a été également demandé des aides aux stockages car, bien évidemment, le marché à l’export a été et reste très fortement perturbé.

Les pouvoirs publics sont également à nos côtés dans cette crise sanitaire. Alors, bien sûr on entendra ou on lira : il fallait faire comme si ou comme ça, mais je veux témoigner ici du travail et de la collaboration menée par la Fnec et nos deux interprofessions.

En attendant des jours meilleurs, prenez soin de vous !
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les problèmes d'entrée d'air dans les faisceaux trayeurs seraient dus soient au mauvais positionnement du faisceau soit à des conformations de mamelles particulières. © B. Morel
La qualité de la traite influencée par les faisceaux trayeurs
L’Institut de l’élevage a réalisé une étude comparant trois types de faisceaux trayeurs en fonctionnement et d’évaluer leur…
Le prix de base du lait de chèvre s’est établi à 664 euros les 1 000 litres au premier trimestre 2020 en moyenne nationale, soit une progression de près de 17 euros d’une année sur l’autre.
Le prix du lait de chèvre progresse au premier trimestre
Le prix moyen du lait de chèvre a connu une nouvelle progression au premier trimestre, sous l’effet de la hausse du prix de base…
Le salon Capr'Inov se tiendra les 25 et 26 novembre à Niort, dans les Deux-Sèvres. © Capr'Inov
Sommet de l’élevage et Capr’Inov sont maintenus
Alors que le Space est annulé pour cause de Covid-19, le Sommet de l’élevage et Capr’Inov sont maintenus avec des nouveautés à…
Les abattoirs ont continué à collecter les chevreaux pendant le confinement tout en sachant qu'ils ne parviendraient pas à les valoriser correctement. © D. Hardy
Coûte que coûte, libérer les stocks de chevreaux
Les trois opérateurs de la filière chevreau française croulent sous leurs stocks, stigmates restants de la crise du Covid-19.
Les élevages caprins de demain devront s'adapter au changement climatique et à la demande d'une production durable économiquement, socialement et environnementalement.  © D. Hardy
Des pistes pour des élevages caprins durables demain
La recherche et le développement imaginent un élevage de chèvres durable et adapté aux aléas climatiques de demain. Résumés des…
30 mesures pour les coopératives dans l’après-Covid19
La coopération agricole dessine l’avenir de l’agriculture française à travers 30 objectifs pour sortir de la crise du coronavirus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre