Aller au contenu principal
Font Size

Financer son installation grâce aux dons

Très en vogue sur le net, le financement participatif permet à des petits projets de voir le jour. Miimosa est une plateforme entièrement dédiée à l’agriculture.

Le soin apporter à la photo qui apparaîtra sur le site est primordial. Cela peut facilement jouer sur la donation du nombre de dons. © D. Hardy
Le soin apporter à la photo qui apparaîtra sur le site est primordial. Cela peut facilement jouer sur la donation du nombre de dons.
© D. Hardy

Créé en 2014, le site internet de financement participatif Miimosa a déjà soutenu plus de 1 400 projets agricoles. Les porteurs de projet peuvent choisir le type de collecte auprès des particuliers. Il s’agit soit de don avec contrepartie, soit le prêt participatif. Dans ce cas-là, le porteur de projet emprunte avec des intérêts aux particuliers qui sont regroupés dans une banque d’épargne gérée par Miimosa. L’entreprise accompagne les projets du début à la fin. En effet, le porteur de projet reçoit un dossier de communication qui reprend les grands principes du lancement de projet, ainsi que des modèles de flyers qui peuvent être utilisés librement par le porteur. « Tout le monde n’a pas à l’esprit l’importance de la communication avant de se lancer dans un projet comme ça, avertit Justine Huber, responsable de projets à Miimosa. Le financement participatif, c’est un marathon de la communication. »

S’entraîner à communiquer et créer son réseau

En moyenne, un projet dure seulement quelques mois et Miimosa enregistre une réussite des projets à hauteur de 76 %. « L’objectif moyen des projets sur Miimosa est autour de 6 500 euros, mais cela peut aller de 1 000 à plus de 70 000 euros, détaille Justine Huber. La donation moyenne sur notre plateforme est de 95 euros, c’est bien plus que sur l’ensemble des sites de financement participatifs. » À noter que ce type de financement est particulièrement intéressant pour une personne qui souhaite se tourner vers la vente directe, puisque d’une part cela l’entraîne à la communication et d’autre part, elle commence déjà à se créer son propre réseau. Si le porteur de projet se tourne vers le prêt participatif, « Miimosa effectue une analyse de risque sur l’exploitation afin de voir sur le projet est viable, mais la relation de confiance est primordiale », rappelle la responsable de projet. L’entreprise demande simplement que les projets soient en accord avec les valeurs du site, à savoir le respect du bien-être animal, de l’environnement, etc. « En ce moment l’élevage caprin a le vent en poupe dans le financement participatif », se réjouit Justine Huber.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le système choisi pour le projet est type Centre Ouest, avec un troupeau assez grand et une livraison de lait.  © Idele
Une chèvrerie de précision pour demain
Après six années de travail mutualisé entre les différentes productions animales, les prototypes de bâtiments de demain…
La chèvrerie construite en 2016 intègre également la salle de traite et le séchage en grange, ce qui explique la hauteur sous plafond très importante. Cela est finalement satisfaisant, permettant une bonne circulation de l'air. © B. Morel
Dans le Nord, le déclic du bio
Antoine Deltour est chevrier dans le Nord. Il y a quelques années, il a eu un déclic et a décidé de convertir son exploitation en…
 © J. Jost
Méteils et prairie multiespèce : de savants mélanges pour les chèvres !
En diversifiant les espèces de graminées et de légumineuses, on renforce l’autonomie alimentaire des élevages caprins en …
Le concept One Health veut soigner l’animal pour soigner l’Homme
La crise du Covid-19 met en avant les liens entre santé animale et santé humaine. Le concept One Health ("une santé" en anglais)…
Les Français consomment le lait de chèvre sous toutes ses formes
FranceAgriMer a publié le bilan de la consommation de produits laitiers en 2019, document dans lequel les tendances d’achats, les…
Les chèvres les plus habituées qui connaissent le parcours pourront montrer toutes les bonnes ressources aux autres plus naïves. © E. Genevet
« Alimenter sur parcours sans compromettre la ressource »
« Dans les zones méditerranéennes, les élevages caprins profitent largement des pelouses plus ou moins embroussaillées, des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre