Aller au contenu principal

Des yaourts étuvés dans la cuve à tomme

Mathilde Boulanger fabrique les yaourts et les tommes avec la même cuve.

Une fois par semaine, Mathilde Boulanger, fromagère fermière dans l’Yonne, fabrique des yaourts nature ou aromatisés à la vanille ou à la fraise. Pour cela, elle se sert de la cuve chauffante servant à la fabrication des tommes. « Je mets un fond d’eau dans la cuve, jusqu’à la hauteur de la sonde de température. Ensuite, j’y empile 5 caisses de 40 yaourts. Je ferme la cuve et je rajoute un drap de bain qui garde la chaleur pour les yaourts du haut. » La cuve chauffe à 43 °C et Mathilde y laisse les yaourts pendant 6 à 8 heures pour être sûre de leur fermeté. « Je laisse les deux fenêtres de la fromagerie ouvertes quand je fais des yaourts car la pièce où sont aussi transformés les lactiques à, sinon, tendance à chauffer. » Après l’étuve, les caisses de yaourts sont transportées en chambre froide. Acheté environ 10 000 euros, le chaudron sert ainsi à faire des tommes (le samedi) en plus des yaourts (le lundi).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

Installées depuis deux ans, Lola Jouan et Amandine André transforment le lait de leurs 110 chèvres à Chitenay (Loir-et-Cher).
Du rêve à l’installation en élevage caprin
Dans le Loir-et-Cher, Amandine André et Lola Jouan ont réalisé leur projet d’enfance : s’installer toutes les deux et créer leur…
Sur la commune de Selles-Sur-Cher, Vincent et Marie-Frédérique Péré ont reconstruit un bel outil de travail après l'incendie, permettant d'élever plus de chèvres, avec une pénibilité réduite.
« À la suite de l'incendie de la chèvrerie, nous avons reconstruit et augmenté l’effectif »
Installé depuis près de quatre ans dans le Loir-et-Cher, Vincent Péré a dû revoir ses projets après l’incendie qui a détruit la…
L'isolation de la chèvrerie en 2018 et l'installation de translucides perforés ont permis d'améliorer l'ambiance pour les chèvres et les associés de la chèvrerie de la Trufière à Chissey-lès-Mâcons, en Saône et Loire, Sylvain Chopin, Marie-Émilie Robin (absente sur la photo) et Bérénice Claude.
« Sur notre élevage de chèvres, nous accordons les cycles de production »
La chèvrerie de la Trufière tire le meilleur parti de son environnement et a investi pour réduire sa dépendance énergétique.
Isolation, ouvertures latérales, abreuvoirs... les bâtiments doivent eux aussi s'adapter aux périodes de fortes chaleurs pour assurer le bien-être des animaux et des éleveurs.
Dossier changement climatique : quelles conduites d’élevage caprin demain ?
Ces dernières années ont été marquées par des aléas climatiques de grande ampleur. Le manque d’eau se fait férocement ressentir…
Isolation du toit, ouvertures latérales, curage fréquent, abreuvoirs en nombre... L'adaptation des chèvreries à la chaleur est indispensable dès leur conception.
Des chèvreries adaptées (aussi) pour l’été
Isolation et ventilation des bâtiments sont clés dans la gestion des fortes chaleurs, avec des recommandations qui ont évolué en…
Accueillez-vous des stagiaires sur votre exploitation ?
Accueillez-vous des stagiaires sur votre exploitation ?
La formation des futurs éleveurs et éleveuses de chèvres, que ce soit par baccalauréat professionnel, BTS ou certificat de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre