Aller au contenu principal

Alimentation
De bons fourrages pour limiter les concentrés

Face aux prix des concentrés, la valorisation des fourrages reste un levier pour maîtriser le coût alimentaire. À condition de produire de bons fourrages et de les faire ingérer.

Faire des fourrages de qualité et les faire ingérer en quantité
Faire des fourrages de qualité et les faire ingérer en quantité
© D. Hardy

Même si les coûts de production ont connu une légère détente en 2013, les charges liées à l’achat d’aliments restent à un niveau historiquement élevé. Dans ce contexte économique tendu, la valorisation des fourrages dans la ration est un levier important pour baisser le coût alimentaire. En renforçant l’autonomie fourragère, les éleveurs deviennent moins dépendants de la fluctuation du prix des concentrés, du déshydraté ou du soja. Au-delà de la quantité, le fourrage offert doit être de qualité pour optimiser le rationnement du troupeau. Malgré les aléas de la météo, on peut soigner les différents moments de la chaîne implantation-récolte-conservation-distribution pour améliorer la qualité des foins. La qualité de la première coupe étant souvent difficile à assurer, d’autres techniques peuvent être envisagées comme l’enrubannage, l’affouragement en vert, le séchage en grange ou le pâturage.

Reste ensuite à favoriser la consommation de fourrages pour limiter la quantité de concentrés distribués. La qualité du fourrage est alors essentielle mais en augmentant les distributions et en acceptant davantage de refus, on peut aussi faire augmenter l’ingéré et la production laitière.

Pour faire rimer autonomie avec économie, les techniciens caprins du réseau Redcap en Poitou-Charentes et la station caprine du Pradel en Rhône-Alpes proposent des solutions pour produire plus de fourrages, récolter du fourrage de qualité, réduire les quantités de concentrés et autoconsommer ses céréales et protéagineux. Car, face à l’incertitude des prix, nourrir ses chèvres avec des fourrages de qualité reste payant.

La suite du dossier dans La chèvre n°322, pages 20 à 29

Les plus lus

L’équipe d’Holland Goats comprend les propriétaires Lianne et Harm Jan Brouwer (à gauche) et le salarié Allard Vlastuin (à droite). Bas van der Heiden (deuxième à ...
Un bâtiment tout confort pour élever et exporter les chevrettes hollandaises
Holland Goats élève entre 1 500 et 1 800 chevrettes chaque année. C’est aussi de là que partent environ 4 000…
Logo du Concours général agricole
Le palmarès caprin du concours général agricole des produits laitiers 2024
Le concours général agricole des produits laitiers se tenait le lundi 26 févriers 2024. Parmi les 397 médailles du réputé…
Affiche du film Les Chèvres !
Dany Boon défend une chèvre au cinéma
En salle le 21 février, le film "Les chèvres !" raconte l'histoire loufoque de l'improbable procès d'une chèvre au 17e siècle.…
Grégory Gilbert, éleveur dans la Sarthe, aide une chèvre à mettre bas.
« Une moyenne à 800 000 cellules avec 40 % de chèvres en lactation longue »
À l’EARL Chevr’Auvers dans la Sarthe, un soin tout particulier est porté à la qualité du lait de chèvre. Nicole Pradel et Gregory…
Une de l'annuaire Capgènes 2024
L'annuaire 2024 des éleveurs Capgènes est en ligne
L'annuaire 2024 de Capgènes recense les éleveurs de chèvres, département par département, en indiquant les performances…
Collecte d'échantillons de lait de chèvre par un chauffeur-laitier
Dépister les maladies dans le lait de chèvre
En testant le lait de tank des chèvres, on peut détecter des maladies présentes dans le troupeau caprin sans multiplier les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre