Aller au contenu principal

« Chez nous, les boucs remplacent les hormones »

Dans les Deux-Sèvres, Olivier Billaud a fait évoluer le protocole de mise à la reproduction des 210 chèvres de l’exploitation. Il a réussi à se passer de PMSG* tout en maintenant le taux de fertilité à l’IA grâce à l’effet bouc.

Troisième campagne d’affilée sans injection de PMSG* pour les chèvres du Gaec Les gibiers de Gâtine dans les Deux-Sèvres. « Je voulais me passer de cette hormone dans la préparation à la mise à la reproduction de mes chèvres, tout en conservant des mises bas groupées pour l’organisation du travail et avoir un lot de chevrettes de renouvellement homogène, expose Olivier Billaud, associé du Gaec depuis 2020. Pour être bien préparé, j’ai suivi deux formations sur le protocole éponge et effet bouc. Je ne me serai pas lancé sans. »

Dans le troupeau 100 % désaisonné de 210 chèvres, 96 sont en IA, en deux lots de 48, 90 en saillies naturelles et les autres en lactations longues (choisies et subies). Premier essai concluant en 2021, avec 65 % de fertilité pour les deux lots à l’IA, un en protocole éponge et effet bouc, et l’autre en protocole dit “hormonal de synchronisation”. En 2022, toutes les chèvres inséminées ont été préparées avec effet bouc, le résultat était aussi satisfaisant, avec 68 % de gestantes.

90 jours longs et 60 jours courts

« Après trois années, je ne reviendrai pas en arrière !, affirme l’éleveur. L’élevage des boucs est moins contraignant en termes de travail, de matériel, d’horaire…, que l’injection de PMSG. »

« Pour la préparation des chèvres et boucs, le principe est le même qu’avant. Je débute les jours longs le 20 novembre, jusqu’au 20 février. Les néons sont nettoyés avant la saison et allumés de 6 heures à 22 heures. J’ai aussi réglé leur hauteur pour un bon éclairage. Suivent ensuite 60 jours courts, jusqu’au 20 avril. Les éponges sont posées 13 jours avant la date d’IA et retirées deux jours avant, le matin à la traite. Les boucs sont alors introduits dans les lots pour deux jours et en sortent le matin de l’insémination. »

Le protocole lumineux des chevrettes est légèrement différent. « Les jours longs débutent mi-décembre, jusqu’à la mi-mars. Nous avions remarqué qu’elles venaient en chaleur plus tôt que les chèvres avec le même protocole. Peut-être parce que la lumière est allumée la journée en phase lactée. »

10 boucs vasectomisés pour 96 chèvres

Pour assurer l’effet bouc, Olivier Billaud compte un mâle pour 10 chèvres, il y en a donc cinq par lot de 48. « Les boucs ne sont probablement pas assez loin des chèvres dans la grange par rapport aux recommandations, mais cela fonctionne quand même chez moi », explique-t-il. S’il a utilisé des tabliers les deux premières années, les 10 boucs chargés d’assurer l’effet mâle sont aujourd’hui vasectomisés. « Les boucs s’épuisaient et ceux qui servaient aussi aux saillies naturelles étaient fatigués. De plus, c’est très contraignant à poser, il faut compter deux heures à deux, c’est long et fastidieux. Et puis il faut surveiller que les tabliers ne soient pas arrachés. »

10 autres boucs issus d’IA assurent les saillies naturelles des chèvres et chevrettes, et les retours. Pour la prochaine campagne, Olivier Billaud prévoit deux boucs vasectomisés de plus pour les faire tourner et leur permettre de se reposer.

« Les boucs ont un vrai rôle à assurer. S’ils ne sont pas en forme, ils ne vont pas stimuler les chèvres correctement. Les boucs vasectomisés sont conduits comme les autres, avec la même alimentation. »

* La PMSG est une hormone qui stimule la croissance terminale et la maturation des follicules

100 % des filiations connues

Pour la reproduction, Olivier Billaud, associé du gaec Les gibiers de Gâtine dans les Deux-Sèvres, répartit les chevrettes en 5 lots de 12, avec un bouc par lot. Pour les chèvres en saillies naturelles et les retours, il y a un bouc dans chaque lot également. Le renouvellement est choisi sur les chevrettes issues d’IA, mais aussi parmi les filles de chèvres en saillie naturelle et quelques chevrettes de chevrettes. La connaissance des filiations à 100 %, ou presque, est indispensable pour bien choisir souligne l’éleveur.

Chiffres-clés

210 chèvres désaisonnées, 96 à l’IA
3 associés et 1 salarié
170 ha de SAU
 

Les plus lus

Griffe du séchoir à foin
« J’ai investi dans une fabrique d’aliments à la ferme et un séchage en grange pour le confort de travail et l’autonomie alimentaire du troupeau de chèvres »
Dans l’Aveyron, Étienne Espinasse a fait évoluer son système alimentaire en remplaçant l’ensilage de maïs par du foin de luzerne…
Les lactations longues en élevage caprin
Nouveau guide pratique sur les lactations longues en élevage caprin
L’Institut de l’élevage publie un guide de 64 pages pour aider les éleveurs de chèvres à maîtriser les lactations de plus de 16…
Vue extérieur de la fromagerie Soignon
Soignon étudie un gros déménagement
La fromagerie Eurial qui fabrique les fromages de chèvre Soignon pourrait quitter son site historique des Deux-Sèvres pour s’…
Chèvre alpine au pâturage au Pradel en Ardèche
Une vraie rupture pour assainir le pâturage des chèvres
Ne pas faire revenir les chèvres pendant plus de trois mois dans une prairie en été a permis d’éliminer en moyenne 90 % des…
Etirement à la salle de traite
« L’éleveur est un sportif qui s’ignore »
Le travail en élevage demande une bonne condition physique. Comme un sportif, un éleveur doit s’équiper correctement, s’…
Photo du protocole d'expérimentation.
Les chèvres reconnaissent les émotions dans la voix
Attention à s’adresser aux chèvres correctement ! Certaines amies caprines semblent pouvoir distinguer les émotions humaines…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre