Aller au contenu principal

Installation
Bien accueillir les personnes non issues du milieu agricole

À la recherche d’un nouveau projet de vie, les personnes non issues du milieu agricole peuvent permettre le renouvellement des générations d’éleveur. À condition de bien savoir accueillir ces nouveaux inexpérimentés mais très motivés.

En 2016, la moitié des éleveurs de ruminants étaient âgés de plus de 50 ans. Ce constat souligne l’importance du renouvellement des générations d’éleveurs. Pourtant les hors cadre familiaux, ou personnes non issues du milieu agricole (ou Nima), sont de plus en plus nombreux à vouloir s’installer. L’arrivée de ces personnes n’ayant pas un lien direct avec le milieu agricole offre l’opportunité de redynamiser le monde agricole. « Les personnes non issues du milieu agricole sont une réelle opportunité de développement pour le monde de l’élevage ruminant et pour les territoires ruraux dans lesquels il s’insère », affirme Alizée Chouteau de l’Institut de l’élevage.

Une diversité de parcours et de motivations

« Ce qui caractérise ces personnes, c’est leur diversité et leur hétérogénéité dans l’âge, la formation, les origines professionnelles », poursuit la corédactrice d’un rapport d’étude de 82 pages sur Les personnes non issues du milieu agricole : le futur du renouvellement des générations en élevage ? Contrairement aux idées reçues, ces personnes ne sont pas forcément citadines. Nombre d’entre elles ont déjà été initiées au milieu agricole par le biais d’expériences salariales ou de personnes de leur entourage. Dans la majorité des cas, ceux qui s’installent en élevage le font dans le cadre d’une reconversion professionnelle.

Qui sont les sans parents agriculteurs ?

En quête de sens ou à la recherche d’un véritable projet de vie, les Nima sont portées par leurs convictions. La liberté induite par un statut individuel, au sein d’une structure qui leur soit propre, les séduit. Plus d’un quart d’entre eux s’installent en couple ou en association, ce qui rend le projet de vie d’autant plus fort. En effet, beaucoup considèrent que le métier d’agriculteur est « un beau métier qu’il faut valoriser ». Quant à leur vie personnelle, ces nouveaux installés souhaitent conserver un équilibre entre leur vie familiale et le travail à la ferme, vecteur de leur épanouissement. Cette notion d’équilibre était moins présente il y a quelques années. La volonté de bâtir un projet atypique, en rupture avec les modèles agricoles existants, peut aussi être un moteur à l’installation.

Un monde de l’élevage méconnu et perçu comme coûteux et fermé

Quand l’élevage est à l’origine du projet d’installation, le lien homme-animal est la principale motivation. « J’aime le contact avec les bêtes », clame un éleveur. Passionnées par la transformation fromagère, certaines personnes ont cœur à réaliser leur production fermière et mettent en place un atelier d’élevage. Dans le cas où l’élevage apparaît plus tard dans le projet, une volonté de diversification du système de production est la principale raison qui intègre l’élevage au projet d’installation. S’adapter aux contraintes du territoire est aussi un aspect important, témoignant d’un lien fort qu’ont ces personnes avec le territoire. « Il faut que nous valorisions l’environnement qu’il y a autour de nous », témoigne un jeune installé. Selon les experts sollicités par l’étude, l’installation en élevage reste encore minoritaire par rapport à la production maraîchère. Une réticence liée parfois à la méconnaissance du monde de l’élevage.

« Un monde complètement inconnu ». C’est la sensation décrite par un éleveur lors de ces démarches d’installation. Le manque de connaissances techniques, juridiques, économiques et sociales rend difficile l’accès au métier. L’image du métier d’éleveur véhiculée par les médias décourage parfois les personnes à concrétiser leur projet d’installation. Les difficultés financières et la charge de travail importante sont aussi des critères qui peuvent être un frein à l’installation. Ainsi, le milieu agricole reste opaque aux personnes extérieures.

Une intégration parfois compliquée mais des solutions pour faciliter l’installation

« C’est la confrontation des néo-ruraux avec des idées un peu nouvelles sur l’agriculture et des gens bien en place depuis longtemps », remarque un éleveur. Les divergences sur des conceptions différentes de l’élevage peuvent être source de conflits entre les Nima et le monde de l’élevage (voisins, associés…). Souvent, une méfiance de la part des personnes issues du milieu agricole se fait ressentir. « C’est comme si tu salissais, ou en tout cas que tu dégradais le métier. Il y a une sorte de fierté paysanne pour dire que ce n’est pas à la portée de n’importe qui ». Les non issus du milieu agricole ne sont pas toujours pris au sérieux et font l’objet de remarques désagréables comme « elle s’amuse avec ses brebis ». Pour être accepté, ils doivent souvent faire leurs preuves. Certains observent que leur voisinage agricole « attend cinq ans pour voir » et recommandent de « ne pas hésiter à aller vers les autres ». D’autres admettent que « ça s’est bien passé mais c’est aussi parce qu’on n’était pas des grandes gueules ».

L’accompagnement technique mais aussi social et humain peut beaucoup aider. Les stages et les espaces test permettent de se former efficacement en approchant la réalité du terrain. La plateforme Devenir éleveur, mise en place en 2017, est une véritable mine d’informations sur le métier. Un groupe de travail dédié à la communication sur le métier d’éleveur est aussi en cours d’installation.

Pas de pression mais peu de soutien

Contrairement aux jeunes éleveurs s’installant dans la ferme familiale, les Nima ne subissent pas de pression familiale supplémentaire. Certains témoignent plutôt d’un manque de soutien de la part de leur entourage - « Quand on parle du projet, on nous répond qu’il faut être fou pour aller là-dedans » - ou des organismes auxquels ils font appel. Un éleveur s’étant tourné vers Pôle emploi observait par exemple qu’« ils ne comprenaient pas pourquoi je voulais changer de métier ». Beaucoup de nouveaux installés déplorent aussi le coût élevé de l’installation comparé aux repreneurs familiaux qui héritent d’un capital. Les femmes évoquent une difficulté supplémentaire pour s’installer. Pour certaines d’entre elles, « c’est la double peine ». Néanmoins, le nombre de cheffes d’exploitation et associées ne cesse d’augmenter de même que la proportion de femmes dans l’enseignement agricole.

En savoir plus

Rapport d’étude sur les Nima

L’étude de 82 pages sur Les personnes non issues du milieu agricole : le futur du renouvellement des générations en élevage ? est à télécharger sur idele.fr/fileadmin/medias/Documents/Rapport_de_synthese_NIMA_VF.pdf

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

[Juridique] Intrusion dans une parcelle agricole : s’interposer n’est pas la bonne réaction
Portail réussir
Les intrusions dans les parcelles agricoles ont alimenté l’actualité ces dernières années. Mais ces intrusions ne constituent pas…
Les bâtiments loués par le gaec Denis-Van Hasselaar n'étaient à l'origine pas du tout fonctionnels ni adaptés à l'élevage caprin. © S. Van Hasselaar
Une chèvrerie moderne dans un vieux bâtiment
Dans l’Indre, Philippe Denis et Séverine Van Hasselaar ont remodelé un vieux bâtiment pour en faire une chèvrerie bien équipée. …
Avec le pâturage des mûriers, les chèvres peuvent exprimer leur comportement naturel pour la cueillette. © C. Boyer
L’arbre fourrager, une solution pour nourrir les chèvres face aux changements climatiques
Des expérimentations ont débuté au Pradel pour évaluer l’intérêt du pâturage des arbres par les chèvres. Les premiers résultats…
Élevages caprins (ayant déclaré un recensement) © BDNI 2020/Idele
​Les commandes d’identifiants dessinent la France caprine
En 2019, plus de 20 000 exploitations, détenant 1,1 million de reproducteurs caprins, ont déclaré leurs animaux à la base de…
Le Pradel a accueilli près de 400 personnes lors de la journée portes ouvertes du 6 octobre. © B. Morel
Pour ses 30 ans, la ferme caprine du Pradel ouvre ses portes aux scientifiques
Pour ses 30 ans, la ferme expérimentale caprine du Pradel a ouvert ses portes pour partager ses connaissances avec la filière.…
L'enquête d'Agrocampus Ouest met en lumière les limites ressenties pour développer le pâturage caprin : dépendance à la météo, sensibilité au parasitisme, gestion des lots, fluctuation de la qualité et la quantité, crainte de la listériose… © D. Hardy
Encore des freins à l’utilisation de l’herbe dans les systèmes caprins du Grand Ouest
La complexe gestion de l’herbe et du pâturage des chèvres rebute les éleveurs qui craignent des fluctuations et du travail…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre