Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Avenir de l’agriculture
« Ce que faisaient nos grands-parents » est-il un modèle agricole pour demain ?

Pour Didier Guillaume, il faut revenir aux méthodes agronomiques du passé et arrêter la dépendance aux pesticides. Une marche arrière pour aller de l’avant qui suscite réflexions dans les médias et réactions sur les réseaux sociaux. Le « c’était mieux avant » a du mal à passer.

En visite dans la Drôme et en Ardèche le 26 avril, le ministre de l’Agriculture a visité une entreprise productrice de noix, une exploitation viticole et une ferme laitière. L’annonce du jour était principalement celle de vouloir développer sur l’ensemble du territoire un observatoire contre l’Agribashing. Mais Didier Guillaume s’est aussi exprimé sur le glyphosate en rappelant son interdiction dès 2021. « Nous serons le premier pays au monde à sortir du glyphosate » se réjouit-il au micro du Dauphiné.  Et il veut aller plus loin. A terme, il faut selon lui « arrêter la dépendance à tous les pesticides ». Il a exposé sa vision de l’agriculture qui doit réapprendre à se passer des pesticides et redévelopper les méthodes agronomiques ancestrales : rotation des cultures, assolements, couverts. Dans son témoignage recueilli par le Dauphiné, il a assuré vouloir revenir à « ce que faisaient nos grands-parents ». Des propos qui ont mis le monde agricole en émoi.

Pas sûr, en effet, que le dos courbé de nos ancêtres travailleurs de la terre, joliment appelé la « plicature champêtre », ne fasse rêver les jeunes générations d’agriculteurs. Et surtout, l’agriculture de nos grands-parents « ne garantissait pas la sécurité alimentaire de la France », souligne le journal web l’Opinion.

« En l’état actuel des connaissances, » écrit Emmanuelle Ducros dans son article, « cultiver sans pesticides d’aucune sorte -ni bio ni autres – se traduirait par la disparition de 30 % des volumes produits ». En cause, les champignons et insectes qui attaquent les cultures. « Chaque année, sept nouveaux insectes ravageurs apparaissent en France, » affirme la journaliste.

 

Mac Lesggy signale sur Twitter l’article de l’Opinion en parlant de « grand bond en arrière ».

 

Agriculture : le grand bond en arrière de @dguillaume26 décrypté par @emma_ducros via @Lopinion_fr https://t.co/TNbDqSN4av

— Mac Lesggy (@MacLesggy) May 2, 2019

 

Philippe Goetzmann trouve la démonstration d’Emmanuelle Ducros « parfaite ». Pour lui, c’est clair : le retour à l’agriculture d’antan est « dangereux ».

 

Parfaite démonstration d' @emma_ducros. Non il ne faut pas revenir à l'agriculture de nos grands-parents. C'est dangereux pour les français et pour la France. https://t.co/84jkUipEII

— Philippe Goetzmann (@pgoetzmann) May 1, 2019

 

Philippe Méresse, pour sa part, commente l’article en ajoutant une comparaison de rendement blé en 1945 et aujourd’hui.

 

Donner des faits, comme dans cet article de ⁦@emma_ducros⁩ est souvent mieux qu’énoncer des dogmes comme ⁦@dguillaume26⁩. Un ex: rdt moyen blé en 1945 : 12-14q/ha, ajd : 70q/ha. Bcp d’autres faits, c’est à lire !! #agriculture #alimentation https://t.co/NbbHDypgf8

— Philippe Méresse (@Philoulyon) May 2, 2019

 

Jean-Louis Thieriot pense que la proposition de Didier Guillaume est synonyme de « retour des crises de subsistance, épuisement de nos paysans, sacrifice de nos exploitations ».

 

??Remarquable mise au point d’ @emma_ducros après les propos du ministre de l’agriculture proposant de « revenir à l’agriculture de nos grands parents ». Retour des crises de subsistance, épuisement de nos paysans, sacrifice de nos exportations. https://t.co/4rPNNqd8y5

— Jean-Louis THIERIOT (@JLTHIERIOT) May 2, 2019

Marie-Andréé Luherne conseille la lecture de cet article par « les 97 % de personnes que nous nourrissons" et par Didier Guillaume lui-même.

 

A lire par les 97 % de personnes que nous nourrissons et par @dguillaume26 qui veut revenir à «l’agriculture de nos grands-parents»:
à quoi cela ressemblerait-il? via @Lopinion_fr https://t.co/dTCo8D06Jt

— ?Marie Andrée Luherne??? (@MaLuherne56) May 1, 2019

L’intégralité des commentaires à retrouver sur Twitter ‘agriculture grands parents’.

Lire aussi sur Twitter l’analyse du tableau « Les Sarcleuses » de Jules Breton par Alexandre Carré, ou l’art de la plicature champêtre.

 

#Agriculture #Art et #Histoire,
un #Thread

"Les Sarcleuses" est un tableau de Jules Breton, peint en 1860.
Il représente des femmes en train de desherber un champ à la main. Une réalité aujourd'hui oubliée...

⏬⏬⏬ pic.twitter.com/i2gvzkY8ep

— Alexandre Carré (@alexcarre49) April 11, 2019

Les plus lus

jean baptiste moreau agriculture député LREM agriculture macron
Jean-Baptiste Moreau, député : "Le localisme ne sauvera pas l’agriculture française"
Dans une tribune publiée sur le site du journal L’Opinion, le député accuse la grande distribution de ne pas avoir joué le jeu…
[Coronavirus] Le Space n’aura pas lieu en 2020 – Le salon des productions animales annulé en raison de la crise
C’est un coup dur pour les organisateurs du salon et l’ensemble de la profession agricole : le Space, Salon international des…
Le Sommet de l’élevage maintenu en 2020, du 7 au 9 octobre
Amélioration en vue sur le front du Covid-19 et bonne nouvelle pour les éleveurs : le Sommet de l’élevage est maintenu en 2020.…
Une molécule dérivée de la sciure de bois devient intermédiaire chimique pour la production d’antiviraux
De la sciure de bois aux antiviraux, il y a une succession de procédés chimiques. Une molécule d’origine australienne transformée…
[Covid-19] Le confinement a donné envie aux Français d’élever leurs poules pondeuses
Le confinement a donné aux particuliers possédant un jardin d’élever leurs poules et de manger leurs œufs « maison ». Depuis le…
[Covid-19] « Comment bâtir un système alimentaire résilient ? » - Des étudiants de SupAgro Montpellier répondent dans une vidéo
Comment garantir notre capacité à assurer une alimentation adaptée à nos besoins, même quand surviennent des événements imprévus…
Publicité