Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

[Cantines scolaires] Ne dites pas aux enfants qu’il y avait des limaces dans la salade

L'heure du repas dans une école de l'Aisne. L’alimentation, un des éléments d’une qualité de vie pour les enfants.
© J.-C. Gutner – archives

Fin janvier, le Conseil constitutionnel a retoqué, pour des raisons de forme, l’article 192 de la loi « égalité et citoyenneté » qui mettait en place une obligation d’introduire 20% d’alimentation bio et locale dans la restauration collective publique. Une décision que déplorent en cœur la FCPE (Fédération des conseils de parents d’élèves) et l’association Agir pour l’environnement. Pour les deux organisations, il s’agissait pourtant « d’une mesure de justice sociale qui aurait permis un égal accès à une alimentation saine et de qualité […] tout en assurant des débouchés stables pour les paysans », selon les propos rapportés par Agra.

Qu’à cela ne tienne. Sans attendre, plusieurs communes ont décidé d’aller dans le sens d’une hypothétique réglementation.

A Combourg, en Ille-et-Vilaine, les deux cantines scolaires servent du frais « made in France », rapporte le journal Terra. Seules, les pâtisseries sont surgelées, tout le reste est cuisiné sur place. Luc Citré, « cuistot » en chef, veille à la qualité, des viandes en particulier. Il ajuste également les quantités dans les assiettes et a entrepris, avec son équipe, depuis la rentrée 2016 de réduire les déchets et le gaspillage. 

Autre exemple, cette fois dans le Sud, à Barjac dans le Gard, où la cantine scolaire a choisi de passer au 100 % bio, sans augmenter le prix du ticket pour les parents. Pourtant, les limaces dans la salade et les vers dans les légumes, ça complique un peu ! Mais pour compenser les coûts et le temps supplémentaires liés à cette décision, l’équipe municipale a décidé d’agir aussi en amont du projet, en limitant le gaspillage à la source. Les repas servis à table permettent de mieux adapter les quantités. Et il a fallu aussi encourager les enfants à découvrir des plats différents : le fameux apprentissage des nouveaux goûts. Résultat : 250 repas servis chaque jour au prix inchangé de 2,50 € le repas. Et pour Mr le maire, Edouard Chaulet, qui s'exprime dans une vidéo en ligne, c’est une évidence : « quoi de plus utile à faire de l’argent public que de bien faire manger les enfants ? » A méditer.

Les plus lus

Le Sommet de l’élevage maintenu en 2020, du 7 au 9 octobre
Amélioration en vue sur le front du Covid-19 et bonne nouvelle pour les éleveurs : le Sommet de l’élevage est maintenu en 2020.…
Nuisibles : l'athlète olympique tire sur les corbeaux pour aider les agriculteurs
Les JO 2020 de Tokyo sont reportés à 2021. Le vol pour le Japon n’aura pas lieu cet été. Alors en attendant, c’est dans la Manche…
Une molécule dérivée de la sciure de bois devient intermédiaire chimique pour la production d’antiviraux
De la sciure de bois aux antiviraux, il y a une succession de procédés chimiques. Une molécule d’origine australienne transformée…
[Covid-19] Le confinement a donné envie aux Français d’élever leurs poules pondeuses
Le confinement a donné aux particuliers possédant un jardin d’élever leurs poules et de manger leurs œufs « maison ». Depuis le…
[Covid-19] « Comment bâtir un système alimentaire résilient ? » - Des étudiants de SupAgro Montpellier répondent dans une vidéo
Comment garantir notre capacité à assurer une alimentation adaptée à nos besoins, même quand surviennent des événements imprévus…
[Coronavirus] En situation de pandémie, la question cruciale de l’autonomie protéique en alimentation animale de la France
Dans la situation de crise sanitaire du Covid-19, le sujet de l’autonomie protéique de la France apparaît primordial. L’…
Publicité