Aller au contenu principal
Font Size

Filière sucre
Campagne betteravière : certains se battent, d'autres ont jeté l'éponge

Rendements faibles, fermetures de sucreries, la campagne betteravière s'annonce morose. Dans la Somme, les planteurs sont appelés à se prononcer sur un projet d'OP.

Arracheuse à betteraves
Que valent les arracheuses à betteraves sur le marché de l'occasion ? Le parc va se réduire avec la production.
© L. Vimond

Les sucreries tournent et la campagne betteravière bat son plein. Du côté de l’usine de Saint Louis Sucre à Roye, dans la Somme, « la question des OP Organisation est dans toute les conversations des planteurs », observe L’Oise agricole.

Benoît Gerbaux est président de l’Organisation de producteurs de Roye « qui, en 2020, recevra également les betteraves des planteurs d’Eppeville », précise le journal. La fermeture de la sucrerie d’Eppeville a en effet été décidée par le groupe allemand Südzucker auquel appartient Saint Louis Sucre.

Le président de l’OP revient sur le projet de « regroupement de l’offre des planteurs de Roye et d’Eppeville dans un seul contrat entre l’OP et Saint Louis Sucre ». Rien moins qu’un « transfert de propriété des betteraves à l’OP » qui met la sucrerie face à un « contrat unique de plusieurs centaines de milliers de tonnes de betteraves ».

Dans la région, un second projet a vu le jour également, initié par deux représentants de la Commission de répartition de la valeur (CRV). L’OP Avenir sucre dénonce « une mainmise de la CGB » sur la première OP. Benoît Gerbaux ne conteste pas et estime que l’objectif de la Confédération générale des betteraviers est « légitime » et consiste à « défendre le revenu des planteurs de betteraves par les moyens appropriés ».

Pour les planteurs, le temps de la réflexion est donc venu. Mais il faut se décider rapidement. « Le choix est simple », affirme Benoît Gerbaux dans L’Oise agricole : « soit on signe le contrat Saint Louis Sucre, soit on adhère à l’OP avant le 30 octobre ».

Lire l'intégralité de l'interview dans L'Oise agricole ou dans L'Action agricole picarde

Ambiance très morose dans le Puy-de-Dôme

En Auvergne, aux rendements faibles cette année dans l’ensemble des régions betteravières, s’ajoute « le contexte tumultueux de la fermeture de la sucrerie ». C’est la dernière campagne d’arrachage pour les planteurs qui livraient à l’usine Bourdon de Cristal Union. C’est « la campagne de tous les désastres », commente L’Auvergne agricole qui a recueilli le témoignage d’un entrepreneur de travaux agricoles. Il craint de ne pas être payé cette année « parce qu’ils n’ont plus de trésorerie ». Et d’ajouter : « Je suis persuadé que Cristal Union mûrissait ce projet depuis au moins deux ans ». Amer, il confie son sentiment au journal : « tout a été fait pour rayer la production betteravière de la Limagne ».
Lire article complet dans L'Auvergne agricole

Les plus lus

Moisson record : avec 173,98 q/ha un néo-zélandais bat le record de rendement en blé
Eric Watson, agriculteur néo-zélandais d’Ashburton, bat pour la deuxième fois consécutive le record du rendement en blé avec une…
Louis Bodin
[VIDEO] Quand le Mr. Météo TF1, Louis Bodin, conduit une moissonneuse-batteuse !
Le groupe agricole Noriap des Hauts-de-France et Seine-Maritime invite Louis Bodin, ingénieur-prévisionniste-météorologue, à…
Qui est Julien Denormandie nouveau ministre de l'Agriculture ?
Le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler, a annoncé, le 6 juillet, la nomination de Julien Denormandie au poste de…
Julie Bléron, référente agricole de gendarmerie
Dans l’Orne, la gendarmerie a une spécialiste du monde agricole
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie. Sa mission est de recréer un lien entre la gendarmerie et l’agriculture. Avec…
Urine
Le pipi des Parisiens au service de l’agriculture
Comment réduire l’utilisation des engrais chimiques dont l’usage contribue au changement climatique et menace les milieux…
Joseph Boussion & Hugo Clément
Loup abattu - le berger Joseph Boussion recadre Hugo Clément : la vidéo vue plus d’un million de fois
Dimanche 5 juillet, un loup est abattu au col du Lautaret, en Hautes-Alpes. Cet abattage légal est-il normal ? Entre indignation…
Publicité