Aller au contenu principal

Dossier BVD
Y a-t-il un I.P.I. dans le troupeau ?

Un passage viral de BVD peut s’exprimer de façon très variable en élevages. Il peut passer inaperçu tout comme se révéler une véritable catastrophe sanitaire. Certains signes doivent attirer l’attention, mais dans tous les cas, le recours aux analyses est indispensable.

Limousines suitées
© F. Alteroche/archives

Les expériences en matière de BVD et les conséquences pour les élevages peuvent être très variables comme le montrent les témoignages présentés dans ce dossier. Il existe même des situations où le passage viral de BVD peut passer inaperçu. Pourtant certains signes cliniques observés doivent y faire penser. D’autres, moins spécifiques, peuvent amener à le considérer comme une cause possible. Le signe le plus évocateur est la maladie des muqueuses. Cette maladie ne touche que les I.P.I. (Infectés Permanents Immunotolérants). Le plus souvent, elle les atteint avant l’âge de 2 à 3 ans. Elle se traduit par l’apparition d’une diarrhée importante, parfois hémorragique, sur laquelle les traitements restent sans effet. On observe souvent des ulcères dans la bouche, entre les onglons, sur l’oesophage. Une fois la maladie déclenchée, il n’y a pas d’issue favorable : l’animal meurt au bout de trois à dix jours. Un autre signe qui doit faire penser à la BVD (sans la prouver) est la naissance de veaux faibles ou malformés. Il existe également des cas de forme hypervirulente, très agressive, mortelle, mais cela reste rare (quelques cas seulement répertoriés à ce jour en France).

EFFET IMMUNODÉPRESSEUR DU VIRUS BVD

D’autres fois, on observe des problèmes sanitaires qui peuvent avoir d’autres origines comme des problèmes de reproduction (infécondité, avortements…), des épidémies de diarrhées néonatales, des épisodes de grippe intestinale, des maladies digestives et respiratoires… Le virus BVD n’est alors qu’une hypothèse parmi d’autres. D’ailleurs, dans certains cas comme les diarrhées néonatales, le virus BVD n’est pas directement à l’origine de la diarrhée, mais il favorise le développement des germes responsables. C’est l’effet immunodépresseur du virus BVD. Dans tous les cas, l’examen de l’animal ne suffit pas pour confirmer le diagnostic. Il faudra avoir recours à des analyses complémentaires (voir encadré). Ce sont elles qui permettront de confirmer ou non le rôle du virus dans le problème rencontré. Si au final, les analyses mettent en évidence la responsabilité du virus BVD dans les pathologies rencontrées, il est alors fortement recommandé d’engager un dépistage des I.P.I. dans l’élevage, ces bovins entretenant la circulation virale dans le troupeau. La grande majorité des groupements de défense sanitaire proposent des plans de dépistage des I.P.I.

ATTENTION AUX ANTICORPS COLOSTRAUX

Une mère qui a produit des anticorps après contact avec le virus, transmet des anticorps colostraux à son veau. Celui-ci peut rester porteur pendant trois à six mois, ce qui a pour conséquence de fausser les résultats des sérologies et antigénémies réalisées sur des veaux trop jeunes. La sérologie risque alors d’être positive par excès, en détectant les anticorps colostraux. Au contraire, l’antigénémie risque d’avoir un résultat négatif par erreur, les anticorps colostraux diminuant le taux d’antigènes. Il est donc déconseillé de mettre en oeuvre ces analyses sur des animaux trop jeunes. Par contre, la P.C.R. n’est en rien perturbée et peut être utilisée quel que soit l’âge de l’animal.

Dossier BVD

Attention aux animaux en début de gestation p.18

L'I.P.I n'est pas le seul animal à risque p.20

Chez Pascal Manguelin dans l'Ain, une circulation virale par étape p.22

Gérer son niveau de risques, l'introduction d'animaux demeure le danger majeur p.24

Animaux sentinelles, surveiller son troupeau par sondage p. 26

Au Gaec Valadeau dans la Creuse, les génisses à la reproduction sont une population à risque p.28

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Vignette
Photovoltaïque, une énergie simple à mettre en œuvre
Produire une énergie décarbonée tout en finançant la construction d’un bâtiment, c’est l’opportunité qu’offre le photovoltaïque…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
Le bâtiment de la Sepab permet de faire le tampon entre l’arrivée des animaux et leur chargement sur le bateau dans des conditions confortables. A Tarragone (Espagne), principal concurrent de Sète, ils attendent dans les camions ! © Sepab
Sète, le seul port européen certifié bien-être animal
À Sète, les animaux sont choyés dans un bâtiment flambant neuf. L’acheminement et le séjour au port sont certifiés bien-être…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande