Aller au contenu principal

Vers une normalisation du calcul de l'empreinte eau

Une méthode répondant à une norme a été mise au point de façon objective et reconnue scientifiquement pour calculer l'empreinte eau. De quoi permettre bientôt à la filière de disposer d'éléments solides pour savoir et faire savoir quel est l'impact de l'élevage bovins viande français sur la ressource en eau.

En système jeunes bovins, l'empreinte eau consommative est évaluée à 49 litres équivalent H2O par kilo de poids vif.
En système jeunes bovins, l'empreinte eau consommative est évaluée à 49 litres équivalent H2O par kilo de poids vif.
© S. Bourgeois

À la question de savoir quelle quantité d'eau est nécessaire pour produire un kilo de viande bovine vive, on trouve jusqu'à présent des réponses allant de 50 litres à 200 000 litres. En 2012, des scientifiques ont dénoncé le mauvais usage des chiffres publiés sur l'élevage par le Water Footprint Network - le fameux « 15 000 litres d'eau pour produire un kilo de viande bovine ». Ils ont fait valoir que cette méthode n'est pas pertinente pour l'élevage, car cette activité utilise des terres non arables et non irriguées, contrairement à ce que prend comme hypothèse le Water Footprint Network. Une méthode de calcul de l'empreinte eau qui répond à une norme (iso 14026) a été ensuite élaborée et sa parution est prochaine. Il s'agit de l'empreinte eau consommative.


Le tourteau de soja,  part prépondérante de l'empreinte eau


« Cette méthode prend en compte l'utilisation de la ressource en eau et sa pollution potentielle. Elle part du principe que la consommation d'eau doit être modulée par un coefficient d'impact sur l'environnement local, qui est établi en fonction de la zone géographique, de la période de prélèvement, des capacités de stockage des éléments naturels, des usages agricoles et résidentiels... », explique Armelle Gac de l'Institut de l'élevage. Des premières évaluations nationales de l'empreinte eau selon cette méthode ont pu être faites sur des cas-types. « Nous avons évalué les flux d'eau prélevés et consommés, et pour les intrants, nous avons utilisé une base de données (Quantis 2013) », explique Armelle Gac. Pour un naisseur-engraisseur de jeunes bovins des Pays de la Loire, cette méthode aboutit au chiffre de 335 litres d'eau prélevés par kilo de poids vif produit. Pour un naisseur-engraisseur de boeufs en Normandie, elle est de 315 litres par kilo de poids vif produit. L'abreuvement représente environ 73 litres soit 20 à 23 % de cette eau. La part des fertilisants est de 10 %, celle du fuel est de 1 % et celle de l'électricité de 10 %. Ce sont les aliments achetés et en particulier le tourteau de soja, qui occupent une part prépondérante de l'empreinte eau (59 % en système jeunes bovins et 55 % en système boeufs). La méthode de calcul aboutit ensuite avec application du coefficient d'impact à une empreinte eau consommative de 49 litres équivalent H2O par kilo de poids vif en système jeunes bovins, et de 36 litres équivalent H2O par kilo de poids vif en système boeufs.


Plusieurs points à travailler pour valoriser les résultats


On est donc très loin des 15 000 litres par kilo du Water Footprint Network. Cependant, il reste plusieurs points à travailler pour pouvoir valoriser ces résultats. « Nous allons analyser davantage de systèmes pour explorer la variabilité et la sensibilité des résultats à la localisation, et établir des valeurs « France » plus robustes. Les bases de données actuelles pour prendre en compte les aliments achetés sont pour l'instant limitées et comportent des incertitudes », explique aussi Armelle Gac. Par ailleurs, l'empreinte eau consommative s'exprime en une unité difficile à s'approprier (litres équivalent H2O) et revenir aux prélèvements et consommations permettrait d'être plus concret.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
Le bâtiment de la Sepab permet de faire le tampon entre l’arrivée des animaux et leur chargement sur le bateau dans des conditions confortables. A Tarragone (Espagne), principal concurrent de Sète, ils attendent dans les camions ! © Sepab
Sète, le seul port européen certifié bien-être animal
À Sète, les animaux sont choyés dans un bâtiment flambant neuf. L’acheminement et le séjour au port sont certifiés bien-être…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
infographie export de bovins vifs sur pays tiers
Maghreb et Moyen-Orient ont faim de viande sur pied
Les exportations de bovins vivants vers les pays tiers diversifient les débouchés du bétail français. Les pays du pourtour sud et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande