Aller au contenu principal

Vaches Toujours trop de laitières

Le prix des vaches est toujours pénalisé par la surabondance de femelles laitières dans tous les grands pays producteurs (Allemagne, France, Irlande, Royaume-Uni…). Entre les réductions d’effectifs et les cessations d’élevage, la crise laitière aura généré un surplus d’abattages conséquent. Sur les huit premiers mois de l’année, les abattages français de vaches dépassent, toutes catégories confondues, de 5,7 % en tonnage et 5 % en têtes le niveau de 2015. Ces fortes disponibilités vont perdurer. « Le nombre de vaches laitières recensées au 1er septembre dans la BDNI était en baisse de 0,7 % sur un an. Mais les femelles âgées de 24 à 36 mois restaient nombreuses (+2,3% par rapport à 2015), de même que celles âgées de 18 à 24 mois (+2,2 %), ce qui laisse supposer que le rythme de réformes se poursuivra dans les mois à venir », précise l’Institut de l’élevage.

Dernières cotations le 10/10/2016

Jeunes Bovins Pénalisés par la surabondance de femelles

Le prix des JB ne bénéficie toujours pas de l’habituelle remontée saisonnière des tarifs. Malgré des disponibilités sans excès, il demeure pénalisé par l’offre pléthorique de femelles laitières. Les animaux de type laitier sont clairement les plus pénalisés.

En Italie, la cotation du JB U3 de Modène n’était que 4,01 € du kilo en semaine 43, contre 4,34 € il y a un an. Qui plus est, en Italie comme en France, la viande bovine et l’élevage continuent aussi à être régulièrement accusés de bien des maux dans de trop nombreux médias, lesquels font aussi régulièrement l’apologie des régimes végétariens ou même à base d’insectes. Quelle tristesse ! Dans ces conditions, faut-il s’étonner de voir la consommation s’éroder régulièrement au fil des ans ? Les Italiens ne consomment plus que 18 kg/habitan/an contre 27 kilos il y a dix ans.

Dernières cotations le 10/10/2016

Broutards L’Espagne séduit le Maghreb

Le prix du maigre semblait s’être stabilisé mi-octobre, après la dégringolade de la fin de l’été. Mais les Charolais de 400 à 450 kilos sont à des tarifs en deçà des cotations de l’automne 2014. Et il reste encore un stock conséquent d’animaux à sortir d’ici janvier.

Les exportations vers le Maghreb sont limitées en volumes, et concurrencées par le bétail espagnol chargé depuis les ports de Tarragone et Carthagène. Pour autant, cela constitue une porte de sortie pour quelques lots.

Les laitonnes ont fait l’objet d’une bonne demande pour l’export sur l’Italie, avec un prix au kilo désormais pratiquement similaire aux mâles. Elles sont plébiscitées sur certains débouchés avec une qualité de viande appréciée. Leur poids carcasse et la dimension de leurs muscles sont aussi analysés comme bien adaptés aux évolutions de la demande.

Dernières cotations le 10/10/2016
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Emmanuelle Ducros © DR
Emmanuelle Ducros : « le RIP pour les animaux est un piège intellectuel "
Emmanuelle Ducros, journaliste économique et spécialiste des questions agricoles à l’Opinion nous éclaire sur le référendum pour…
 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
Le bâtiment de la Sepab permet de faire le tampon entre l’arrivée des animaux et leur chargement sur le bateau dans des conditions confortables. A Tarragone (Espagne), principal concurrent de Sète, ils attendent dans les camions ! © Sepab
Sète, le seul port européen certifié bien-être animal
À Sète, les animaux sont choyés dans un bâtiment flambant neuf. L’acheminement et le séjour au port sont certifiés bien-être…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande