Aller au contenu principal

Vaches Stocks conséquents

À la veille des concours de bêtes de boucherie, les prix n’évoluent guère. La consommation de l’ensemble des produits carnés est en recul. Les analystes s’interrogent pour savoir si ce phénomène est lié au recul du pouvoir d’achat, aux évolutions des habitudes de consommation ou à l’active promotion du « véganisme » dans moult médias. Probablement un peu des trois à la fois !

La capitalisation sur pied de ces derniers mois a fait progresser le cheptel allaitant français de 30 000 vaches entre décembre 2015 et décembre 2016. Qui plus est, le nombre de génisses de 2 à 3 ans est en hausse de 26 000 têtes au cours du même intervalle de temps. Dans les cheptels laitiers, le nombre de vaches laitières s’est réduit mais pas le stock de génisses. Au moins pour 2017, les volumes disponibles demeureront conséquents pour les abatteurs.

Jeunes Bovins Stabilité

Tout comme en France, les cotations Italiennes de JB allaitants plafonnent et sont inférieures (4,35 €/kgC pour des U3 en semaine 8) à celles de 2016 à la même époque. Favorisées par les tarifs à la production bien médiocres, les exportations françaises de viande bovine ont affiché un certain dynamisme (+3 %/2015) l’an dernier, en particulier vers la Grèce et l’Allemagne, permettant de compenser pour partie le recul des ventes vers l’Italie.

Pour les mois à venir, la concurrence irlandaise est annoncée plus aiguë, avec une production en hausse. Qui plus est, « la chute de la livre sterling face à l’euro ayant réduit considérablement la compétitivité de la viande irlandaise sur le sol britannique, les exportateurs irlandais se tourneront davantage vers l’Europe continentale, mais également vers les pays tiers », précise l’Institut de l’élevage.

Broutards Croisement laitier

Tandis que les cotations se redressent, tous les exportateurs de bétail maigre ne cessent de recommander de vacciner contre la FCO les animaux nés en 2016-2017 destinés à une vente en maigre pour la campagne 2017-2018.

Au cours de l’automne 2016, les statistiques de la BDNI ont fait état d’un recul des naissances de veaux mâles laitiers, sous le double effet de la progression des IA en semence sexée et d’un recours accru au croisement avec des races bouchères (Blanc Bleu, Charolais, Inra 95…) dans ces mêmes élevages laitiers. Cette évolution suscite des interrogations, dans la mesure où on la retrouve dans la plupart des autres pays européens. Ces effectifs croissants de veaux croisés laitiers ne risquent-ils pas de constituer autant d’animaux supplémentaires pour produire de la viande rouge, avec à terme une concurrence supplémentaire sur le marché du bétail maigre issu du cheptel allaitant ? 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Un marché des broutards mâles sérieusement engorgé
La demande n’est pas au rendez-vous pour les taurillons finis et l’abondance de cette marchandise dans la plupart des pays…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
Le bâtiment de la Sepab permet de faire le tampon entre l’arrivée des animaux et leur chargement sur le bateau dans des conditions confortables. A Tarragone (Espagne), principal concurrent de Sète, ils attendent dans les camions ! © Sepab
Sète, le seul port européen certifié bien-être animal
À Sète, les animaux sont choyés dans un bâtiment flambant neuf. L’acheminement et le séjour au port sont certifiés bien-être…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
infographie export de bovins vifs sur pays tiers
Maghreb et Moyen-Orient ont faim de viande sur pied
Les exportations de bovins vivants vers les pays tiers diversifient les débouchés du bétail français. Les pays du pourtour sud et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande