Aller au contenu principal

Vaches : Allaitantes en stock

Les tarifs sont toujours bien déprimés. 2017 démarre avec un prix moyen pondéré des gros bovins entrée abattoir qui s’établit à 3,47 euros, soit 5 centimes de moins que la première semaine de 2016. En incitant à délaisser les salades composées pour donner priorité aux bourguignons et pot-au-feu dans les assiettes, la météo de janvier devrait logiquement stimuler la demande. Ce serait souhaitable. Après l’afflux de laitières au second semestre 2016, les disponibilités en femelles allaitantes sont annoncées conséquentes pour 2017 en raison de la capitalisation sur pied constatée l’an dernier. En novembre 2016, il y avait 4,125 millions de vaches allaitantes dans les élevages français, soit respectivement +0,9 % et +2,5 % comparativement aux chiffres de novembre 2015 et novembre 2014. La tendance était similaire pour les génisses âgées de 2 à 3 ans. 

Jeunes bovins : Moins de laitiers

Les JB allaitants peinent à gagner quelques centimes, alors que le cœur de l'hiver est en principe favorable à la tenue des prix. La situation demeure très dégradée pour les laitiers, pour lesquels l’offre s’est pourtant réduite l’an dernier. « 200 500 JB laitiers ont été abattus sur l’ensemble de l’année 2016 (-10 % par rapport à 2015). Ils sont toujours moins nombreux dans la BDNI, témoignant du désintérêt croissant des engraisseurs pour ce type d’animaux. Au 1er décembre 2016, la BDNI recensait 88 000 mâles laitiers de 18 à 24 mois (-3,2 % par rapport à 2015) et 201 000 mâles laitiers de 12 à 18 mois (-7,7 %) », précise l’Institut de l’élevage.

Au cours de ces derniers mois, les exportations vers l’Allemagne ont été dynamiques. Dans la mesure où la consommation de viande bovine progresse dans ce pays alors que celle de porc est à la baisse, certains observateurs y voient l’impact de l’arrivée d'environ un million de migrants et réfugiés l’an dernier, musulmans pour la plupart.

Broutards : Laitonnes pour l'Italie

Début janvier, les exportations ont redémarré avec une dynamique qui se ressent sur les prix. Les Italiens confirment leur intérêt pour les laitonnes d’un poids compris entre 320 et 350 kilos. Autant d’animaux dont la qualité de viande et la dimension des muscles correspond aux attentes d’une part croissante des consommateurs. Leur poids carcasse est aussi mieux en phase avec le débit de certaines boucheries. Cet attrait pour les laitonnes se ressent sur les flux importés de France, lesquels ont progressé de 20 % sur les onze premiers mois de 2016. « Au 31 décembre dans la BDNI Italienne, le nombre de femelles de moins dde 1 an toutes races confondues était en forte augmentation (+35 500 femelles de moins de 1 an par rapport à 2015, soit +3,9 %) », précise l’Institut de l’élevage, en soulignant que cette progression est essentiellement imputable aux broutardes françaises. m2

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Jérôme Mélard, éleveur à Puttigny en Moselle, diversifie les débouchés de son atelier d'engraissement avec des génisses Prim'herbe.  © Cloe
Des babynettes avec au moins 35 % d’herbe pour la filière Prim’herbe
L’union de coopératives Cloé démarre un partenariat avec le groupe Carrefour. La filière Prim’herbe vise à approvisionner le…
Le nombre de petits cheptels ne cesse de diminuer mais la progression des unités de grande dimension tend à se stabiliser.
Fortes évolutions démographiques à prévoir pour les systèmes allaitants
À la demande d’Interbev et de la Confédération nationale de l’élevage, l’Institut de l’élevage a analysé la décapitalisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande