Aller au contenu principal

Commercialisation
« Une volatilité accrue des cours est certaine » affirme P. Chotteau de l´Institut de l´élevage

L´ouverture du marché européen aux viandes importées est un des points cruciaux des discussions qui se déroulent à l´OMC. Philippe Chotteau, de l´Institut de l´élevage, nous explique ce que serait « un accord supportable » pour le secteur.


Pourquoi la baisse des droits de douane sur les découpes d´aloyaux et de globes(1) risque de déséquilibrer l´ensemble du marché européen ?
Philippe Chotteau - La baisse des droits de douane sur les découpes sera une aubaine pour les importateurs européens comme pour les exportateurs du Mercosur. C´est au niveau des marchés de gros des pays importateurs, dont sont au premier plan l´Allemagne et les Pays-Bas, que se jouera l´arbitrage du marché. Une étude sur trois ans nous a permis de montrer que les cours des découpes d´aloyaux et de globes importés du Mercosur sont bel et bien connectés à ceux produits en Europe, malgré des niveaux de prix différents sur ces marchés de gros. En cas de très forte baisse des droits de douane comme le proposent le G-20 - les pays émergents emmenés par le Brésil - et les USA, les conséquences à la baisse sur les cours des aloyaux européens sont quasi-certaines. Or ces morceaux sont le coeur du marché : leur prix dirige les cours de la viande bovine.
Certes aujourd´hui, le marché est segmenté. Les aloyaux importés du Mercosur restent cantonnés au marché de la restauration parce que leur mode de conditionnement (« chilled ») ne facilite pas leur vente en GMS. Mais avec l´OMC, on se place à moyen et à long terme, et à cette échéance, il ne faut pas compter sur cette barrière technologique pour limiter les débouchés. Une meilleure maitrîse du « chilled », voire la fabrication d´UVC sous atmosphère contrôlée au Mercosur semble très envisageable et pourrait ouvrir les portes des GMS européennes.
Que peut-on attendre du classement de certaines catégories de produits en « produit sensible » ou de la « clause de sauvegarde spéciale » ?
P. C. - La « clause de sauvegarde spéciale » est plutôt symbolique car très difficile techniquement à faire fonctionner telle qu´elle est pour l´instant. Il faudrait en renégocier les règles, or il n´est même pas sûr qu´elle soit maintenue car très peu de pays la défendent.
Il est par contre très probable qu´au moins les viandes désossées - voire peut-être aussi d´autres types de produits - soient classés par l´UE « produit sensible ». Pour ces produits, les droits de douanes seront baissés de façon moins forte que pour les autres, et en contrepartie des contingents (volumes qu´il est permis d´importer à droits très réduits) supplémentaires seront ouverts. Les modalités ne sont pas encore négociées(2). Il est sûr alors que les importations progresseraient, mais dans des volumes négociés et de façon progressive. Par rapport à une baisse générale des droits de douanes, l´effet serait de stabiliser les prix à l´import.

On voit les conséquences de l´épidémie de fièvre aphteuse au Brésil sur le marché européen. Les normes techniques, sanitaires, réglementaires, nous protègent-elles ?
P. C. - L´épée de Damoclès de la fièvre aphteuse pèsera encore très longtemps sur le Brésil, en interdisant les exportations de viandes non désossées et d´animaux vivants. Pour ces derniers, les directives européennes sur le bien-être laissent difficilement envisager des transports transatlantiques. Par contre les autres mesures européennes jouent moins sur le marché des découpes réfrigérées : la Commission européenne est beaucoup moins drastique sur l´identification du bétail en Amérique du Sud qu´en Europe, par exemple.
Le Brésil exporte déjà dans une centaine de pays et trouve chez chacun les meilleures opportunités de marché. L´UE restera le marché le plus rémunérateur du monde pour les pièces d´aloyaux, même si une demande pour ces produits haut de gamme peut émerger à moyen terme en Chine ou en Russie.

Des effets de calendrier pourraient-ils être favorables à la filière européenne ?
P. C. - Avant 2010, le risque de déstabilisation du marché est faible. Si jamais un accord est trouvé cette année, il entrera en application au plus tôt à partir de 2008 et de façon progressive. Cela nous amène à une application totale au plus tôt en 2 014. Néanmoins, il faut aussi tabler sur une suppression totale des restitutions pour les bovins, aujourd´hui proposée par l´UE. Ceci augmentera les disponibilités européennes et laissera d´autant moins de place pour des importations supplémentaires.


(1) ici au sens « Hilton », aloyau = filet, faux-filet, coeur de rumsteack et noix d´entrecôte et globe = tende de tranche, tranche grasse et semelle.
(2) entretien réalisé le 23 juin 2006.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

tas de fumier compact maturé stocké au champ
Le fumier stocké au champ ne présente pas de risque de pollution nitrique
D'après un essai à la ferme expérimentale de Derval, le stockage du fumier compact ou très compact en andain au champ, après deux…
 L’outil mesure 6 m de long. Il se positionne sur le télescopique soit dans l’alignement de la flèche ou perpendiculairement à cette dernière. Ces deux positionnements correspondent aux deux usages pour lequel cet outil a été conçu et est utilisé : à savoir faciliter la mise en place des bâches en plastique une fois le silo tassé ou soulever les barrières en tubulaires dans la stabulation en intervenant à distance depuis le couloir situé devant les ... © F. d'Alteroche
Tirer les bâches d’ensilage sans efforts
À Thoisy-le-Désert en Côte-d’Or, Ludovic Roy place et retire sans difficultés les bâches en plastique des silos avec une rallonge…
Vignette
Plan de relance : des aides pour la biosécurité et le bien-être animal
Le volet agricole du plan de relance comprend une mesure « pacte biosécurité et bien-être animal ». Le dispositif sera piloté par…
Cette année, la campagne de vêlages se passe vraiment bien avec 85 % de vêlages sans aide, et les retours en chaleurs sont nettement plus rapides qu’auparavant. Pour certaines, c’est quinze jours après le vêlage. © S. Bourgeois
Une approche globale pour une reproduction au top
Des vaches bien préparées au vêlage retournent vite en chaleurs. C’est l’expérience qu’a faite Jean-Michel Michelot, éleveur dans…
Le plan protéines n’oublie pas l’herbe

La stratégie nationale protéines végétales, dévoilée le 1er décembre vise à réduire la…

"Un veau qui ne se lève pas se remarque rapidement ce qui permet de le prendre en charge sans délai », soulignent les éleveurs interrogés sur leur conduite de limitation des tétées. © C. Delisle
Y a-t-il un intérêt à limiter l’accès des veaux à leurs mères ?
Dans le cadre du projet Optirepro, l’Institut de l’élevage et la chambre d’agriculture des Pays de la Loire se sont penchés sur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande