Aller au contenu principal

« Une véritable passion pour ce métier »

Ancien directeur commercial de Deltagro Export, qu’il a contribué à fonder, Pierre Richard a conservé une activité de consultant pour les pays tiers. Une carrière professionnelle intense.

Premiers camions

Après mes études agricoles au lycée de Roanne-Chervé et un séjour de six mois au Canada comme ouvrier agricole, j’ai intégré la coopérative Sicarev à Montbrison (Loire) comme technicien. En 1985, j’ai pris en main le service animaux maigres. J’ai fait le premier camion de broutards pour l’Italie en 1985. Ça a démarré fort. De grosses structures étaient déjà en place, comme Centre Sud, mais nous avons senti qu’il y avait encore de la place. Puis, l’Espagne est arrivée avec une forte demande en femelles et, enfin, la Grèce en 1992. Nous étions les premiers sur cette destination. En 1998, nous avons fait un premier bateau vers la Tunisie. C’était nos débuts sur les pays tiers.

Peser sur le marché

Au départ, Sicarev était une petite coopérative d’abattage à Montbrison (Loire). En 1988, nous commercialisions 10 000 broutards. En 2005, avec la création de Deltagro Union et l’arrivée de nouveaux partenaires, dont Cyalin, nous étions à 100 000 têtes. Aujourd’hui, Deltagro Export commercialise 200 000 animaux maigres. L’actuel directeur de Sicarev, Bernard Pouillon, et moi-même avons œuvré pour que d’autres coopératives nous rejoignent afin de peser davantage sur le marché. Avec 200 000 têtes, l’accès aux nouveaux marché est plus facile parce que l’offre est plus diversifiée.

Consultant

Après mon départ à la retraite mi 2015, j’ai repris une activité de consultant pour le compte de Deltagro afin de poursuivre le développement de l’activité sur les pays tiers.

Turquie et Israël

La Turquie reste le pays avec le plus gros potentiel pour l’export sur les pays tiers. Nous espérons qu’elle rouvrira en 2017 et acceptera les veaux vaccinés. Nous œuvrons aussi pour une ouverture du marché israélien. Le pays importe 250 000 broutards et veaux sevrés par an. La France devrait pouvoir exporter 200 000 têtes sur les pays tiers et non pas 55 000 têtes comme cette année, où il ne restait pratiquement que l’Algérie, le Liban et la Lybie.

Principe de précaution

L’administration française applique beaucoup trop à la lettre le principe de précaution, contrairement à d’autres pays voisins beaucoup plus conciliants. Elle ne nous a pas suffisamment défendus sur le dossier FCO.

Mille vaches

La ferme des mille vaches et l’atelier d’engraissement du plateau de Mille vaches sont des modèles à développer en France où nous manquons cruellement de grandes structures. Quand le marché turc s’est ouvert en 2015, nous ne savions pas où placer des quarantaines parce qu’il n’y avait pas d’atelier d’engraissement de 500 à 1 000 places ou plus. Nous manquons de compétitivité face aux concurrents européens, comme l’Espagne ou les nouveaux venus d’Europe de l’Est (Pologne, Hongrie, Tchéquie, Roumanie) parce que nos structures sont trop petites. Il faudrait y remédier au plus vite en remettant en cause la politique des structures. L’agriculture française doit retrouver sa place de leader en Europe.

Passionné

Si on veut obtenir du résultat, il faut passer beaucoup de temps sur le terrain, en l’occurrence à l’étranger où je me suis fait un solide réseau de clients. Certains sont devenus des amis avec lesquels j’ai pu partager des passions communes comme la chasse. La chasse est ma grande passion. Je chasse le gibier d’eau dans la plaine du Forez. Je chasse aussi en Afrique.

Langues

Les langues et les relations humaines ont toujours été ma passion. Je me débrouille en anglais, espagnol, italien et j’ai des notions de grec. J’ai toujours voulu traiter directement avec mes clients. La connaissance des langues facilite les relations.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Lorsqu’elle est en position haute, la partie inférieure de la barrière se situe à 5 mètres du sol et n’est donc pas pénalisante pour rentrer dans la stabulation avec du gros matériel et en particulier pour curer le fumier. © F. d'Alteroche
Une stabulation aux nombreuses astuces
Au Gaec de l’Armançon en Côte-d’Or, la principale stabulation héberge 128 vaches suitées. Elle intègre différents équipements mis…
Les jeunes bovins au plus bas alors qu’ils devraient être au plus haut
Alors qu’ils devraient être au plus haut à cette période de l’année, les prix des taurillons finis sont au plus bas. Peu prisée…
La vente directe représente le  débouché pour en moyenne une vache par mois, parmi celles âgées de huit ans maximum. L'éleveur vend également en direct à peu près six veaux par an. © S. Bourgeois
Différents régimes pour l'engraissement des vaches de race Blonde d'Aquitaine
Des séries d’essais ont été menées dans le cadre du projet Défiblonde entre 2016 et 2020 pour affiner les connaissances sur les…
Franck Baechler. "Le bétail aide à redynamiser les flux de carbone." © S. Bourgeois
Franck Baechler : être autonome et construire mon sol
Installé depuis trois ans en agriculture de conservation des sols dans le Loir-et-Cher, Franck Baechler a introduit dans son…
Une rémunération possible des éleveurs pour les efforts fournis en matière de réduction de l’empreinte carbone
Les webinaires d’automne de l’Institut de l’élevage ont été l’occasion de faire un point sur le plan carbone de la filière viande…
 © F. d'Alteroche
Emmanuel Bernard, Interbev : "une OPA sur la viande pour gagner toujours plus »
Emmanuel Bernard, éleveur dans la Nièvre, est depuis fin septembre président de la section gros bovin d’Interbev. Il donne son…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande