Aller au contenu principal

Transmission d'exploitation
Une transmission tout en douceur

En Corrèze, Alice Terrier va s’associer avec Pierre Beysserie, bien avant le départ en retraite de celui-ci. La transmission se fera ainsi en douceur.

Alice Terrier (au centre) va s’installer très prochainement
en Gaec avec Pierre Beysserie et son épouse Sophie.
Alice Terrier (au centre) va s’installer très prochainement
en Gaec avec Pierre Beysserie et son épouse Sophie.
© E. Durand

Alice Terrier, issue d’un milieu non agricole, va s’installer très prochainement en Gaec, à Naves en Corrèze. « Au départ, je voulais travailler avec les chevaux, mais gagner sa vie dans ce domaine reste très difficile. Lors de mon stage de BTS, je devais passer 15 jours dans une exploitation agricole pour analyser sa comptabilité. C’est comme ça que tout a commencé », explique t-elle. Pierre Beysserie, et Sophie son épouse, éleveurs de veaux de lait en Corrèze avec 80 vêlages par an, lui ont proposé de s’installer avec eux.

Pas de corde au cou

«A 20 ans, je ne m’y attendais pas. C’est une grosse responsabilité et un engagement à long terme », continue-elle. « Beaucoup d’éleveurs pensent à transmettre leur exploitation l’année où ils arrêtent et cela ne fonctionne pas », reprend Pierre. Avec Alice, c’est comme si j’anticipais la transmission très en amont. J’ai 44 ans et ne vais donc pas partir à la retraite tout de suite. Par contre, je la préviens dès maintenant que dans dix ans ce sera à elle de chercher quelqu’un pour me remplacer. » 

Entre temps, Alice aura développé l’exploitation et surtout ne se sera pas mise pas « la corde au cou » comme certains jeunes qui s’installent du jour au lendemain. Elle reconnaît cependant que « se projeter dans les dix ans qui viennent n’est pas un exercice facile ». Le partage des parts sociales serait de 50/50, ce qui fait déjà un montant de 100000 euros à trouver. Pour diminuer encore la part du capital à racheter, l’idée serait de laisser le matériel à la SARL déjà existante. Un atelier maraîchage et vente à la ferme ainsi qu’une vingtaine de vaches limousines en plus, permettront aux associés de dégager un revenu supérieur.« De toute façon, une exploitation si on ne la développe pas, elle meurt et si on la développe, elle n’est pas reprenable, déclare Pierre. Au moins ici, je sais que même après avoir arrêté, l’exploitation sera encore là. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Julien Denormandie sommet de l'elevage
FNB : "Un contrat écrit obligatoire pour toutes les catégories de bovins d'ici fin 2022"
Selon un communiqué de la FNB, Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l'Elevage qu'au 1er janvier 2022,…
Maïs « coupe haute » : un fourrage plus concentré à bien rationner
Alors que les ensilages de maïs sont prometteurs cette année, Arvalis fait le point sur la technique de récolte de l'ensilage de…
Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine
Bruno Dufayet, Fédération nationale bovine : « Des signaux de marché au vert, les prix doivent sortir du rouge »
A quelques jours du Sommet de l’Elevage, le président de la Fédération nationale bovine estime que toutes les planètes sont…
Déchargement de broutards français dans un atelier italien - En Italie, la conjoncture actuelle est favorable avec des niveaux de prix nettement plus élevés que ce qui est habituellement pratiqué à cette période de l’année.
Trop peu valorisés, les broutards sont moins nombreux
Le prix du maigre a gagné quelques centimes en fin d’été mais ne progresse pas dans les mêmes proportions que les femelles finies…
Le parc d’attente est un demi-cercle à barrière poussante sécurisée permettant au choix d’orienter les animaux vers un parc, vers le quai de chargement ou vers l’entrée du couloir de contention. Le sol est un béton strié et il a été coulée après avoir bien vérifié que tout fonctionnait. Il est couvert d'un peu de sciure pour ne pas glisser.
[Contention des bovins] Une installation faite maison de haut niveau
Depuis dix ans, le Gaec des Reclous est équipé d’une belle installation associant bois et métal, complétée par un quai de…
« Egalim 2 est un choc culturel » selon Bruno Dufayet, président de la FNB
Dans les allées du Sommet de l’élevage, le président de la fédération nationale bovine est revenu sur la loi Egalim 2 qui va…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande