Aller au contenu principal
Font Size

Collectif contre le dumping social
Une plainte déposée contre l'Allemagne

Comme cela avait été annoncé lors du dernier Space, le « Collectif contre le dumping social en Europe » a demandé au gouvernement français et à la Commission européenne de se saisir du dossier et d’obliger l’Allemagne – qui est accusée de ne pas respecter les textes communautaires en matière de droit du travail – à appliquer le salaire minimum auprès de tous les salariés de l’industrie de la viande, sans discrimination liée à la nationalité d’origine. L’emploi de main-d’oeuvre étrangère à bas coût en Allemagne génère de forte distorsions de concurrence. « Cet avantage concurrentiel est directement lié à l’emploi à très bas salaire, par les entreprises allemandes d’abattage et de découpe de viande, d’une main-d’oeuvre intérimaire issue des nouveaux États membres de l’Union européenne ou de pays tiers », explique ce collectif qui rassemble différentes organisations françaises et belges liées à la production et à la transformation de viande bovine et porcine, dont entre autre le Sniv-SNCP, Coop de France et Interbev. Ces salariés bon marché sont employés dans leur État d’origine (notamment en Pologne, Hongrie, Roumanie) par des entreprises ayant leur siège hors des frontières allemandes. Elle assument le rôle d’intermédiaires et détachent ces employés en Allemagne pour des durées plus ou moins longues puis facturent une prestation aux industriels allemands qui y ont recours.


7 € DE L’HEURE POUR LES INTÉRIMAIRES EN ALLEMAGNE


La présence de ces travailleurs - détachés à titre temporaire - est en fait un phénomène devenu quasi-permanent et la plupart des industriels allemands de la viande font appel à ces sociétés d’intérim afin de réduire les coûts de production et donc de gagner des parts de marché. « Le rapport du coût de la main-d’oeuvre entre l’Allemagne et la France est de 1 à 3 alors même que, sur ces métiers, 80 % de la valeur ajoutée sont constitués par la masse salariale », dénonce ce collectif. Le coût de cette main-d’oeuvre venue de l’Est utilisée par les industriels allemands de la viande avoisinerait 7 € de l’heure, « alors que le coût salaire + charges des salariés dépasse 15 € en Allemagne, 20 € en France et 30 € au Danemark », souligne ce collectif qui sur le principe « même travail, même salaire », demande donc au gouvernement français et à la Commission européenne d’obliger l’Allemagne à appliquer le salaire minimum auprès de tous les salariés de son industrie de la viande sans discrimination liée à la nationalité d’origine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

L’intérêt de l’épeautre en alimentation du troupeau allaitant tient à la présence des glumes.
L'épeautre, une céréale qui n'apporte pas que de l'énergie
Par la présence des enveloppes du grain riches en cellulose, l’épeautre est utile en engraissement pour sécuriser la ration. Il…
carte Arvalis estimation date de début de récolte du maïs ensilage
Les ensilages de maïs pourraient débuter plus tôt que prévu
Arvalis a publié une carte des dates de début possible des chantiers d'ensilage de maïs. Ce sera autour du 20 août en Rhône-Alpes…
abattage à la ferme loire atlantique
L'AALVie lance un financement participatif pour son projet d'abattage à la ferme
L'association AALVie (abattage des animaux sur le lieu de vie) a dévoilé son projet lors d'une conférence de presse le 7 juillet…
broutards charolais au pré
L'offre en broutards restera limitée dans les prochains mois

Au 1er juin 2020, on dénombrait 511 000 mâles de race allaitante âgés de 6 à 12 mois dans la BDNI : un effectif en recul de 3…

David Durand, éleveur au GAEC des Gariottes (à gauche) et Christophe Seringe, technicien d’élevage à la SCA Le pré vert (à droite), un tandem de choc pour développer le veau rosé bio. © E. Durand
Le veau rosé bio comme alternative au broutard
Le veau rosé bio s’est développé depuis une dizaine d’années dans le Sud-Ouest. Pour le Gaec des Gariottes en Corrèze, cette…
Un seul gros bovin est traité à la fois et le temps entre la saignée et l’éviscération ne doit pas dépasser une heure. © AALVIE
Un caisson mobile pour abattre les animaux à la ferme
Depuis trois ans, des éleveurs de Loire-Atlantique et de Vendée préparent la mise en place de caissons mobiles pour abattre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande