Aller au contenu principal

Une nouvelle Pac à compter de 2023

2021 et 2022 seront deux années de transition. La prochaine Pac s’appliquera pour la période 2023-2027.

 © E.Durand
© E.Durand

« Une Pac plus verte mais surtout plus juste », c’est ainsi que le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a salué l’accord conclu entre les Vingt-sept dans la nuit du 20 au 21 octobre dernier pour la prochaine Pac, laquelle s’appliquera à compter de 2023 pour la période 2023-2027 si la pandémie de Covid ne perturbe pas le calendrier. D’ici là, 2021 et 2022 seront deux années de transition. Le système d’aides actuel continuera à être appliqué mais dans le nouveau cadre budgétaire.

Les premières grandes lignes de l’accord font état de renforcer l’ambition environnementale de la PAC. La volonté est d’introduire des écorégimes. Ce seront des aides directes à l’hectare ou à l’animal pour des pratiques ou situations en faveur de l’environnement, du bien-être animal ou de la lutte contre le changement climatique. Le Conseil des ministres souhaite qu’au minimum 20 % de l’enveloppe des aides du 1er pilier leur soient consacrés. Ces programmes climat-environnement devraient être proches des MAEC actuels mais avec une enveloppe plus importante.

Renforcer l’autonomie protéique

Le compromis obtenu par la présidence allemande prévoit par ailleurs une consolidation des aides couplées, à hauteur de 15 % de l’enveloppe des paiements directs. Soutenant une initiative française, la très grande majorité des États-membres a souhaité que les soutiens couplés puissent venir favoriser le développement des plantes riches en protéines de manière à renforcer l’autonomie protéique de l’Union européenne.

Dès le 23 octobre, les eurodéputés se sont ensuite prononcés pour qu’un minimum de 60 % des fonds du premier pilier soit affecté aux aides du revenu de base, aux aides redistributives (avec un minimum de 6 %), aux aides couplées (12 % maximum) et programmes opérationnels. 30 % du budget des paiements directs devra être consacré aux écorégimes et 4 % aux jeunes agriculteurs. Le plafonnement des aides a été défini à 100 000 €/exploitation (hors écorégimes, jeunes agriculteurs et la moitié des charges salariales) avec une dégressivité à partir de 60 000 €.

Le Conseil des ministres et le Parlement, avec la médiation de la Commission, doivent maintenant trouver un accord selon le processus de codécision (trilogue), pour une publication des règlements d’ici mars-avril.

 

Lire aussi Les dix points à savoir sur la prochaine Pac

Comprendre les enjeux de la future Pac en six questions

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

[Sursemis des prairies] Dix conseils pour favoriser l’implantation
Pour favoriser le sursemis lors de la rénovation des prairies Bruno Osson de Semae, propose dix conseils à suivre.
Guillaume Hemeryck élève un troupeau salers de très bon niveau génétique, avec de la taille et de la croissance. © S. Bourgeois
Des Salers bien à leur place dans une grande exploitation de cultures
À la SARL du Bois de Nevert, dans la Somme, le troupeau Salers d’une centaine de vaches valorise des prairies au sein d’une…
Passer du temps à anticiper, à organiser puis, à gérer le pâturage pour le faire durer le plus longtemps possible doit ensuite permettre de limiter le nombre d’heures passées sur un tracteur pour constituer des stocks puis les distribuer. © F. d'Alteroche
Des pistes pour conforter le revenu des élevages bovins viande
Autosuffisance alimentaire, valorisation du produit, productivité numérique, part de l’herbe pâturée dans l’alimentation, coûts…
Le bâtiment mesure 48 m x 19 m. Il est équipé de deux cellules de 120 m3 chacune pouvant stocker 150 tMS au total, d'un automate de ventilation avec variateurs de fréquence et d'une griffe. Des bottes de foin et paille (50 tMS) y sont également stockées. Les panneaux photovoltaïques plein sud couvrent 650 m2 de toit.  © S. Bourgeois
Un séchoir à fourrages pour un élevage bio de 50 charolaises
Benoît Jaunet, éleveur en bio dans les Deux-Sèvres, dispose depuis quatre ans d’un séchoir de fourrages. Un équipement rare en…
© B. Griffoul
Un semoir de semis direct à dents auto-construit
Installés dans l’Aveyron, Fabien Fabre et Bastien Doumayrou ont fabriqué un semoir de semis direct à socs très fonctionnel pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande