Aller au contenu principal

Une moyenne de vingt heures de travail par vache

La chambre d'agriculture de l'Aisne a réalisé une analyse des temps de travail dans des exploitations naisseurs, naisseurs-engraisseurs et engraisseurs. Tour d'horizon sur les résultats.

Il n'existe pas de lien entre les résultats techniques et le temps passé dans l'élevage.
Il n'existe pas de lien entre les résultats techniques et le temps passé dans l'élevage.
© J.-C. Gutner

La chambre d'agriculture de l'Aisne et JBA (section de la coopérative Cialyn) ont analysé le temps de travail annuel chez des éleveurs de l'Aisne. En moyenne, le temps de travail annuel par vache, avec de la main-d'oeuvre salariale, est de 20 heures pour un nombre moyen de 95 vaches. « Nous avons défini trois catégories : le travail d'astreinte hivernale (alimentation, paillage, soins individuels, vêlage...), le travail d'astreinte estivale (complémentation, sevrage, chargement de l'eau...) et le travail de saison (production fourragère, clôture, épandage, soins collectifs...). Que ce soit en système naisseur ou naisseur-engraisseur, le travail d'astreinte hivernale est majoritaire, 50 % du temps, suivi par le travail de saison et loin derrière le travail d'astreinte estivale. De cette étude, il ressort que les plus gros troupeaux demandent un temps de travail par vache le moins important et qu'il n'existe aucun lien entre les résultats techniques et le temps passé dans l'élevage », note Christian Guibier, conseiller équipe élevage à la chambre d'agriculture de l'Aisne.

4,3 heures de travail pour les taurillons

Le groupe Engraisseurs Somme et Aisne a également calculé le temps de travail nécessaire pour produire un taurillon en ration humide. Le temps moyen pour les 26 élevages, soit 4 700 taurillons, est de 4,3 heures. Cependant, on constate une variabilité par tâche. Ainsi, l'alimentation représente le poste demandant le plus de temps avec 2,1 heures, suivi du paillage avec 1,1 heure, des soins et de la surveillance (28 minutes), du curage avec (16 minutes), de la vaccination, de la pesée et de la tonte (8 minutes), du déchargement/chargement (7 minutes), ainsi que de l'administratif (6 minutes). L'efficacité est d'autre part liée à la taille.

Le travail est en lien avec le bâtiment. « Bien concevoir et différencier bâtiment et circuit représente également un enjeu important. Selon un travail réalisé à la ferme de Jalogny, un éleveur en système naisseur-engraisseur (100 vêlages automne/début hiver, alimentation ensilage, foin et concentrés) doit compter 4,15 heures de temps pris en déplacements par semaine, ce qui représente 8313 EUR/an de frais de fonctionnement. Il existe donc un intérêt en temps et coût de bien concevoir ses circuits », note Etienne Falentin, conseiller élevage à la chambre d'agriculture de l'Aisne.

 

(Chiffres 2013 : groupe JBA et CA Aisne).

 

 

Voir aussi article "Faciliter la distribution des rations".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Vignette
Quand arrive l’heure du vêlage
Différents facteurs influencent la durée de gestation, mais c’est bien le veau qui déclenche lui-même le moment de la mise bas…
 © C.Delisle
Un « RIP » qui agace bien des acteurs de la ruralité
Un Référendum d’initiative partagée pour les animaux a été lancé début juillet par le journaliste Hugo Clément. Cette initiative…
Vignette
Photovoltaïque, une énergie simple à mettre en œuvre
Produire une énergie décarbonée tout en finançant la construction d’un bâtiment, c’est l’opportunité qu’offre le photovoltaïque…
Vignette
Voyage au centre de la bouse de vache
La bouse de vache est un écosystème fascinant. Elle intéresse depuis longtemps les entomologistes, scientifiques spécialisés dans…
Claude Piet (à droite) et Mickaël Lelaure de Terrena. « Le changement le plus net est que les jeunes bovins sont plus calmes et passent plus de temps couchés. » © S. Bourgeois
Une alimentation compacte pour éviter tout tri de la ration
Au Gaec des Puits dans le Maine-et-Loire, de l’eau est ajoutée dans la ration complète des jeunes bovins, depuis deux ans. Ce…
 © C. Mandin
Cédric Mandin, FNB : « il faut se focaliser sur les indicateurs de marché »
Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la Fédération nationale bovine, tire le bilan de l’action de retenue en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande