Aller au contenu principal

Une moyenne de vingt heures de travail par vache

La chambre d'agriculture de l'Aisne a réalisé une analyse des temps de travail dans des exploitations naisseurs, naisseurs-engraisseurs et engraisseurs. Tour d'horizon sur les résultats.

Il n'existe pas de lien entre les résultats techniques et le temps passé dans l'élevage.
Il n'existe pas de lien entre les résultats techniques et le temps passé dans l'élevage.
© J.-C. Gutner

La chambre d'agriculture de l'Aisne et JBA (section de la coopérative Cialyn) ont analysé le temps de travail annuel chez des éleveurs de l'Aisne. En moyenne, le temps de travail annuel par vache, avec de la main-d'oeuvre salariale, est de 20 heures pour un nombre moyen de 95 vaches. « Nous avons défini trois catégories : le travail d'astreinte hivernale (alimentation, paillage, soins individuels, vêlage...), le travail d'astreinte estivale (complémentation, sevrage, chargement de l'eau...) et le travail de saison (production fourragère, clôture, épandage, soins collectifs...). Que ce soit en système naisseur ou naisseur-engraisseur, le travail d'astreinte hivernale est majoritaire, 50 % du temps, suivi par le travail de saison et loin derrière le travail d'astreinte estivale. De cette étude, il ressort que les plus gros troupeaux demandent un temps de travail par vache le moins important et qu'il n'existe aucun lien entre les résultats techniques et le temps passé dans l'élevage », note Christian Guibier, conseiller équipe élevage à la chambre d'agriculture de l'Aisne.

4,3 heures de travail pour les taurillons

Le groupe Engraisseurs Somme et Aisne a également calculé le temps de travail nécessaire pour produire un taurillon en ration humide. Le temps moyen pour les 26 élevages, soit 4 700 taurillons, est de 4,3 heures. Cependant, on constate une variabilité par tâche. Ainsi, l'alimentation représente le poste demandant le plus de temps avec 2,1 heures, suivi du paillage avec 1,1 heure, des soins et de la surveillance (28 minutes), du curage avec (16 minutes), de la vaccination, de la pesée et de la tonte (8 minutes), du déchargement/chargement (7 minutes), ainsi que de l'administratif (6 minutes). L'efficacité est d'autre part liée à la taille.

Le travail est en lien avec le bâtiment. « Bien concevoir et différencier bâtiment et circuit représente également un enjeu important. Selon un travail réalisé à la ferme de Jalogny, un éleveur en système naisseur-engraisseur (100 vêlages automne/début hiver, alimentation ensilage, foin et concentrés) doit compter 4,15 heures de temps pris en déplacements par semaine, ce qui représente 8313 EUR/an de frais de fonctionnement. Il existe donc un intérêt en temps et coût de bien concevoir ses circuits », note Etienne Falentin, conseiller élevage à la chambre d'agriculture de l'Aisne.

 

(Chiffres 2013 : groupe JBA et CA Aisne).

 

 

Voir aussi article "Faciliter la distribution des rations".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Julien Denormandie sommet de l'elevage
FNB : "Un contrat écrit obligatoire pour toutes les catégories de bovins d'ici fin 2022"
Selon un communiqué de la FNB, Julien Denormandie a annoncé lors de sa visite au Sommet de l'Elevage qu'au 1er janvier 2022,…
Maïs « coupe haute » : un fourrage plus concentré à bien rationner
Alors que les ensilages de maïs sont prometteurs cette année, Arvalis fait le point sur la technique de récolte de l'ensilage de…
Bruno Dufayet, président de la Fédération Nationale Bovine
Bruno Dufayet, Fédération nationale bovine : « Des signaux de marché au vert, les prix doivent sortir du rouge »
A quelques jours du Sommet de l’Elevage, le président de la Fédération nationale bovine estime que toutes les planètes sont…
Déchargement de broutards français dans un atelier italien - En Italie, la conjoncture actuelle est favorable avec des niveaux de prix nettement plus élevés que ce qui est habituellement pratiqué à cette période de l’année.
Trop peu valorisés, les broutards sont moins nombreux
Le prix du maigre a gagné quelques centimes en fin d’été mais ne progresse pas dans les mêmes proportions que les femelles finies…
Le parc d’attente est un demi-cercle à barrière poussante sécurisée permettant au choix d’orienter les animaux vers un parc, vers le quai de chargement ou vers l’entrée du couloir de contention. Le sol est un béton strié et il a été coulée après avoir bien vérifié que tout fonctionnait. Il est couvert d'un peu de sciure pour ne pas glisser.
[Contention des bovins] Une installation faite maison de haut niveau
Depuis dix ans, le Gaec des Reclous est équipé d’une belle installation associant bois et métal, complétée par un quai de…
vaches blondes au pâturage
[PAC 2023] Ce que l’on sait de l’aide couplée bovine pour les troupeaux allaitants
L’Institut de l’Elevage a présenté lors d’une conférence au Sommet de l’Elevage les informations disponibles sur la future aide…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande