Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Une météo de début de printemps anxiogène pour la pousse de l’herbe

Après un hiver très contrasté pour le niveau des précipitations, le brusque rafraichissement de la fin mars début avril a ralenti la croissance de la végétation. Le manque d’eau commence à devenir un facteur limitant dans bien des départements.

Le déficit de précipitation cet hiver a tout particulièrement concerné une grande moitié est du Massif Central.
© Météo France

Ces derniers mois se sont caractérisés par des températures qui n’avaient rien d’hivernales. De décembre à mars, il n’y a eu aucune période de froid intense et dans bien des régions de moyenne montagne, la neige a été quasi inexistante. « L'hiver 2019-2020 a été l'hiver le plus chaud en France depuis le début du XXe siècle. Une douceur remarquable a dominé tout au long de la saison. En moyenne sur la saison et sur la France, la température de 8,2 °C a été supérieure à la normale de 2,7 °C, plaçant l'hiver 2019-2020 au 1er rang des hivers les plus chauds sur la période 1900-2020 devant les hivers 2015-2016 (+2,6 °C) et 1989-1990 (+2,0 °C). » explique un premier bilan réalisé par Météo France. Dans toutes les zones océaniques et même dans bien des zones herbagères du centre de la France, cette douceur exceptionnelle a permis à l’herbe de pousser pratiquement tout au long de l’hiver.

Bilan des précipitations très contrasté

Côté précipitations, d’après le bilan réalisé par Météo France en fin d’hiver, la situation était très contrastée. Si les cumuls de pluie ont souvent été excédentaires de plus de 30 % sur la moitié nord du pays, le volume des précipitations est en revanche déficitaire sur la moitié sud. « Le déficit a atteint 25 % de l'Allier au nord de l'Aquitaine et de Midi-Pyrénées hormis sur le relief. Du Massif central et de l'ouest de Rhône-Alpes aux régions méditerranéennes ainsi que sur le sud de l'Aquitaine et de Midi-Pyrénées, les cumuls ont été déficitaires de plus de 30 %, voire de plus de 70 % sur les Pyrénées centrales, de l'est du Languedoc-Roussillon à la moyenne vallée du Rhône et aux Alpes du Sud ainsi qu'en Corse.» indique Météo France.

Fonte du stock d'herbe sur pied

Favorisée par cet hiver exceptionnellement clément, la végétation avait pris de l’avance sur le calendrier habituel et mi-mars, elle était, selon les départements, en avance de 15 jours à trois semaines. Les fortes gelées des derniers jours de mars et de début avril sont venus freiner cette avance avec un vent de nord à nord est qui a littéralement asséché la surface du sol. En cette seconde semaine d’avril, l’arrivée des premières chaleurs vient compliquer la situation en particulier dans tous les départements où il n’a pratiquement pas véritablement plu depuis la mi-février. Comme le synthétise la carte ci-joint cela concerne une grosse partie du Massif Central et du pourtour méditerranéen ainsi que certains départements du sud-ouest. Certes il peut encore pleuvoir -et il faut l’espérer ! – mais après déjà deux campagnes fourragères particulièrement compliquées qui ont réduit à zéro le niveau des stocks dans bien des exploitations, le chaud soleil de cette première quinzaine d’avril est analysé avec une certaine appréhension par bien des éleveurs qui voient leurs stocks d’herbe sur pied se réduire de jour en jour.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bovins Viande.

Les plus lus

Cédric Mandin, en Gaec avec son frère François à Sainte-Cécile, en Vendée. © C. Mandin
Cédric Mandin : "nos vaches attendent dans la stabulation"
Pour manifester sa colère face à la baisse du prix des bovins finis, Cédric Mandin, éleveur en Vendée et secrétaire général de la…
Florent Calmès. « Je travaille plus sur le coût de production que sur le GMQ. » © B. Griffoul
Chez Florent Calmès : simplifier le travail pour gérer seul un cheptel de 125 vaches
Florent Calmès, installé dans l’Aveyron, ne fait pas de compromis sur le résultat économique mais a fortement simplifié le…
steak et saucisse
Les mots « saucisses » et « steaks » réservés aux seuls produits carnés
L’Assemblée Nationale a adopté mercredi 27 mai une loi pour renforcer la transparence de l'information du consommateur sur les…
Didier Guillaume a annoncé une prochaine réunion au ministère pour débattre sur le prix trés dégradé de la viande bovine à la production.
[Covid 19] Selon Didier Guillaume, la baisse de rémunération des éleveurs bovins est « inadmissible »
La dégringolade du prix des bovins finis suscite un sentiment de dégoût chez les éleveurs et ne va pas inverser l’actuelle…
Antoine et Pascal Perrin ont apprécié que cette plante valorise très bien l’eau tombée. © C. Sudraud/SAS Scanner
"Le sorgho fourrager multicoupe pour compléter les stocks"
Le Gaec Perron a cultivé en 2019 du sorgho fourrager multicoupe sur 3,5 hectares. Semé mi-mai, en choisissant une variété bon…
EffiViande : un projet au service du maintien de l’élevage bovins allaitants
Piloté par l’Institut de l’élevage, le projet EffiViande vise à co-construire des systèmes de production de viande bovine…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site bovins viande
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière bovins viande
Consultez les revues bovins viande au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière bovins viande